Le réflexe fibre... pour préparer l'arrivée du très Haut débit


Franck Martin

La CASE a pris de l'avance en matière de télécommunication numérique. Elle entend rester en tête du peloton en préparant l'arrivée du Très Haut Débit, de concert avec le "276". L'objectif régional est clair : connecter par fibre optique 70 % de la population à l'horizon 2025. La CASE doit s'emparer du dossier dès maintenant, pour inscrire cette priorité au prochain contrat d'agglomération avec nos partenaires du 276 : Région et deux départements normands.


Egalité d'accès en ligne et enjeu pour l'emploi

Le réflexe fibre... pour préparer l'arrivée du très Haut débit
En Haute-Normandie, 50% des habitants sont concentrés sur 11% du territoire. Dans l’Eure,
ce n’est que 21% de la population qui est couverte par les offres du secteur privé. C’est
dire que l’aménagement numérique du territoire est primordial pour l’égalité d’accès de nos
concitoyens aux services publics qui, de plus en plus, sont « en ligne ».

Mais c’est aussi un enjeu pour l’emploi ! Si nous voulons que les entreprises continuent à
irriguer l’ensemble des territoires dits périphériques ou ruraux, il faut qu’elles puissent avoir
accès aux dernières technologies nécessitant des connexions de Très Haut Débit.
L’aménagement numérique du territoire, c’est un réseau à Haute Valeur Stratégique qu’il
faut construire. Et les collectivités ont toute leur place à prendre pour dessiner ce territoire
numérique de demain, car les opérateurs privés se concentrent uniquement sur les zones
qu’ils jugent rentables…

Sans les initiatives publiques, la fracture numérique qui déjà est
amorcée pourrait s’aggraver, au détriment des populations.


L'objectif est fixé, la Région s'engage financièrement

A l’horizon 2025, l’ambition du 276 porte sur la connexion en fibre optique de 70% de la
population. C’est dans cette perspective que la Région et l’Etat copilotent l’élaboration de la
Stratégie de Cohérence Régionale sur l’Aménagement Numérique (SCORAN). Ensuite, ce
sont les Schémas Directeurs d’Aménagement Numérique (SDAN) qui prennent la main à
l’échelle départementale.
Parlons chiffres. Concrètement, ce sont 15 millions d’euros qui devront être mis sur la table
par les collectivités pour assurer un déploiement équitable du numérique sur le territoire
régional.


Un groupe de travail pour définir notre ambition

Quel rôle doit alors jouer la communauté d’agglomération Seine-Eure ? La CASE, vous le
savez, a là encore été précurseur. La Boucle Locale de Télécommunication de 23 km que
nous avons mis en place dès 2006 a permis à nombre d’entreprises de s’implanter et de se
développer sur nos zones d’activités.
Aujourd’hui, nous devons rester en première ligne. La forte attractivité de notre territoire,
pour être pérenne et se renforcer, passe et passera par l’offre numérique en Très Haut
Débit.

D’ores et déjà, nous devons retrousser nos manches et être force de proposition.
Quelle ambition numérique pour notre territoire ? Dans notre démarche vertueuse de
dématérialisation et de mutualisation entre l’agglomération et les communes, quelle plus-
value peut apporter une irrigation numérique de qualité pour les mairies par exemple ?
Je souhaite que la CASE devienne un territoire de Haute Qualité Numérique. Pour cela,
mettons en place un groupe de travail qui planchera sur ces questions. Rédigeons
un « cahier d’acteurs », inscrivons-nous dans ce projet régional, faisons en sorte d’être partie
prenante de la gouvernance régionale qui devrait être mise en place dans les mois à venir.
Définissons nos priorités en matière de déploiement de la fibre optique jusque dans les
foyers (Fiber To The Homme – FTTH).

Nous aurons aussi à nous poser, et à poser à nos partenaires, la question du financement.
La future génération de contrats de territoire, qui seront signés à partir de 2014, sera celle de
l’aménagement numérique. Il faudra que l’Etat s’asseye à la table des négociations, car les
investissements seront lourds.




Restons proactifs

Dès juin prochain, le SDAN27 sera présenté aux élus départementaux. Il ne faut pas
tarder si nous voulons que la CASE reste comme souvent une terre d’innovation. Très vite,
nous auront à établir un schéma d’ingénierie, schéma fin de déploiement de la fibre optique,
proposant des tracés optimisés. Il nous appartiendra aussi d’avoir le « réflexe fibre ».

Oui, dans toutes nos opérations d’aménagement (voirie, eau, assainissement), il faudra anticiper
et prévoir les équipements nécessaires au passage ultérieur de la fibre (fourreaux, chambres
de tirage. C'est déjà le cas, dans la plupart des opérations où la CASE est maître d'ouvrage.

Soyons proactifs, non pas pour nous-mêmes, mais pour le territoire Seine-Eure et ses
habitants. L’aménagement numérique de notre territoire doit être notre priorité.


Jeudi 29 Mars 2012

Franck Martin

Nouveau commentaire :

Louviers | CASE | Eure | Normandie | Politique | Humour | Editorial (vidéo) | Revue de Presse | Polémique | Vidéune | Route du Rhum | Présidentielle 2012 | Elections 2014 | Mairie de Louviers | Elections 2017