Boule de Feu de Remire


 
HORTH Marie-Claude
HORTH Marie-Claude

Posté le jeudi 7 mai 2009




Où êtes vous licenciée ?

Je suis licenciée à l’Amicale Bouliste des Amandiers de Cayenne depuis deux ans.


Occupez vous un poste au sein de ce club ?

Je suis la secrétaire du nouveau bureau qui a été mis en place le 14 janvier 2009.


Par quel biais êtes vous arrivée à la Pétanque ?

Par pur hasard et par démarche personnelle: la place des Amandiers est une place chère à mon cœur; je l’ai beaucoup fréquenté durant mon enfance, car ma grand-mère habitait à la rue Schoelcher, et tous les matins avec mes sœurs, frères et cousins nous nous rendions aux Amandiers afin de ramasser les amandes et voir les bateaux accostés; au fil des années , dès que j’avais une occasion je faisais le détour par cette place,et je regardais au loin les joueurs de pétanque qui s’entraînaient. Puis un joueur (Mr NABO) m’a demandé si ça ne m’intéressait pas de jouer; j’ai été chercher les boules de « plage » que j’avais dans mon coffre, et depuis je joue à la pétanque, mais avec des boules de compétition.


De votre regard de néophyte, comment trouvez vous ce sport, auquel vous venez d’adhérer ?

Je trouve que la pétanque est un sport complet qui demande de l’adresse, une bonne endurance et une formidable maîtrise de soi.


La famille HORTH est une famille très sportive. Comment vous sentez vous dans ce sport de genre nouveau ?

Il est vrai que la pétanque est un sport nouveau dans la famille, depuis que je pratique cette discipline; maintenant lors des réunions familiales, en plus du basket, du football, et du cyclisme, on parle de boules de cochonnet et de Fanny ! Je me sens bien dans ce sport, car je l’ai choisi et personne ne m’oblige à le pratiquer.


Quel poste occupez vous au sein de votre équipe ?

Je pointe en général, mais il m’arrive de tirer avec plus ou moins de succès, quand la situation le demande.


Quels sont vos partenaires de jeu préférés ?

Je n’ai pas de partenaires de jeu préférés, mais j’aime bien jouer avec un partenaire qui sait me mettre en confiance.


Que pensez vous de la gente féminine à travers ce sport ?

Il y a de bons éléments parmi la gente féminine, les femmes ont beaucoup de mérite, car il faut savoir concilier la vie familiale et la pratique de la pétanque, ce qui ne doit pas être facile parfois. Il est vraiment dommage qu’il n’y ait pas plus de compétitions réservées exclusivement aux Féminines.


Vous êtes l’une des plus fidèles lectrice de notre site. Avez vous des critiques ou encore des améliorations à apporter ?

Effectivement je me rends plusieurs fois par jour sur votre site, car c’est un site assez complet et très bien fait, les informations et les résultats sportifs sont régulièrement mis à jour ; la diversité des rubriques est appréciable. En ce qui me concerne je ne porte pas de critiques sur le travail effectué par autrui. Vous accomplissez un travail formidable, et je tire mon chapeau à toute votre équipe.


Avez-vous quelque chose à ajouter ?

Non rien d’autre à ajouter.



Rédigé par ANTIBE Marie le Vendredi 8 Mai 2009 à 22:53 | Commentaires (0)
ABENAQUI Georges Arbitre de Ligue
ABENAQUI Georges Arbitre de Ligue
Posté le lundi 27 avril 2009



Depuis combien de temps arbitrez-vous ?

J’ai passé mon examen d’arbitre départemental en 1988, et 3 ans plus tard l’examen de Ligue.



Vous arrive t-il de tronquer votre tenue d’arbitre pour celle de joueur ?

Je voudrais bien de temps à autre, mais le manque d’arbitre en Guyane me l’interdit.



Vous êtes plutôt, pointeur ou tireur ?

Parlons au passé, j’avais une prédominance pour le tir.



Avez-vous le sentiment que les joueurs maîtrisent parfaitement leur règlement ?

D’une façon générale, je situerais le pourcentage > = à 2 (nous sommes bien dans le cadre de parfaitement).



Vous sentez-vous respecter dans votre rôle d’arbitre ?

Depuis la saison 2009/2010, je dirais oui, malgré quelques joueurs récalcitrants. Mais sinon chacun de nous doit trouver la bonne formule pour y arriver. Et en règle générale, les joueurs préfèrent un arbitre strict pour autant qu’il n’ait pas de préférence, et je rajouterais que les grands joueurs devraient montrer l’exemple.



Vous êtes aussi Président de la Commission des arbitres au sein du comité de Guyane. Quel est votre chantier prioritaire ?

C’est d’avoir des arbitres stagiaires au sein de la commission et ceci avec le concours actif des présidents de club.



Le Comité de Guyane est en manque cruel d’arbitres. Pourquoi d’après-vous ce désengouement ?

Effectivement, la situation est cruelle mais je pense que pour remédier à cela il faudrait :
Que le comité mettre en place des obligations d’avoir des arbitres dans les clubs.
Que le comité renforce les moyens de sa commission d’arbitrage.
Que les Présidents de club devraient mettre en place des formations d’arbitrage, au profit de leur joueur afin de les préparer, y compris sur le terrain.
Car admettre au rang d’arbitre un candidat beaucoup trop faible, sous le simple prétexte que cela fera un arbitre de plus, est une grave erreur, tôt ou tard, il portera préjudice à ces collègues. J’ai lu dernièrement sur un compte-rendu d’une commission d’arbitre en métropole la question suivante : Est-il normal que des candidats à l’examen d’arbitre de ligue, obtiennent des notes qui ne leur permettraient pas d’accéder au grade d’arbitre stagiaire ?



Le Comité de Martinique a déjà trois arbitres nationaux à son actif. Cela ne vous tente t-il pas ? A quand votre candidature à l’examen d’arbitre national ?

Absolument pas.



Quelque chose à rajouter ?

Que le règlement soit appliqué sur toutes les compétitions sans discernement avec le soutien sans réserve du comité.


Rédigé par Marie ANTIBE le Lundi 27 Avril 2009 à 16:53 | Commentaires (0)
Joséphine METELLA Présidente du CEPM
Joséphine METELLA Présidente du CEPM
Posté le lundi 20 avril 2009



Vous êtes l’une des plus jeune Présidente que la Pétanque Guyanaise ait connue Comment vivez-vous cette toute nouvelle fonction dans votre club ?

Une nouvelle fonction de plus, que je vis très bien surtout à la demande des joueurs, élue avec 98% des voix.




Après ANTIBE Huguette à la Boule de Feu de Rémire, Juliette BOIZAN à la Sympathique Sphère Saint-Laurentaise et vous maintenant au Club Ecole Pétanque de Matoury, trois dames dirigeantes, la gente féminine est-elle bien représentée en Guyane ?

Non pas du tout « dommage », il y a du travail à faire sur le terrain.


Vous êtes qualifiée avec vos deux partenaires, Régine JOISIN et Jacqueline DONATIEN, aux jeux de Ligue Antilles-Guyane qui se dérouleront en mai prochain en Martinique. Quel est votre état d’esprit ?

Notre état d’esprit reste le même, puisque chacune de nous, avons notre propre expérience que nous mettrons ensemble.




Selon vous, quel serait le secret, pour enfin attirer plus de féminines dans ce sport, quand on sait que par le passé, elles étaient plus nombreuses ?

Je pense que nous les femmes actuelles, avons une image à remettre à jour, voir notre comportement devrait être exemplaire sur le terrain. Alors nous devrions mettre en place des journées tournantes dédiées aux femmes et aux jeunes. À voir ensemble pour l’avenir.



Pouvez-vous nous dire ce que vous apporte le sport Pétanque ?

La pétanque reste un sport complet, puisqu’il apporte la souplesse, la maîtrise de soi, l’endurance et très physique.



Depuis quand jouez-vous à la pétanque ?

Je joue à la pétanque depuis 1988



Votre meilleur souvenir à la pétanque ?

Lors du championnat de Ligue Antilles-Guyane en Martinique au Robert en 1994, je perdais en finale 0/10 devant la Martinique sous une pluie battante avec une petite grossesse, le président du comité Guyane à l’époque est venu me demandé d’arrêter de jouer (ma santé vaut plus qu’une partie de pétanque) je lui répondis non, le billet m’avait coûté trop cher, il m’offrit un café, et le résultat final 13/10, un très bon souvenir.



Et le pire ?

JOCKER



Bonne cuisinière que vous êtes, quelle est votre spécialité culinaire ?

Tous les plats sont les bienvenus. ‘Se fut’



Autres commentaires ?

Il y a un travail de fond à faire pour remettre la pétanque en valeur « TOUS ENSEMBLESSSSSS ».


Bravo aux travaux que vous fournissez.



Rédigé par Marie ANTIBE le Lundi 20 Avril 2009 à 15:04 | Commentaires (0)
GRIFVE Grégory
GRIFVE Grégory
Posté le lundi 13 avril 2009




Quel âge as-tu ? Et où es-tu licencié ?

Je suis âgé de 9 ans et licencié au club de la Boule de Feu de Rémire.



Depuis quel âge pratiques-tu le sport Pétanque ?

Depuis l’âge de 4 ans.



Comment es-tu arrivé à la Pétanque ?

La question me fait un peu rire, parce que tout le monde dans ma famille, joue à la pétanque, ou a joué. Ce sport est dans notre peau depuis bien des générations, ma mamie, mon papi, ma mère, mon père, ma tatie, mon cousin… La Pétanque m’attire et me fascine beaucoup.



Comment d’après toi, encourager les jeunes à aller vers cette discipline ?

En organisant des rencontres avec les autres clubs, et ensuite avec des concours composés d’un adulte et un jeune, ou deux adultes et un jeune.



Personne n’ignore que tu es issu d’une famille de bouliste, avec qui as-tu effectué tes premiers gestes ?

J’ai commencé avec ma mamie à la maison ensuite au terrain du club à travers des ateliers ludiques et aussi lors des initiations et découvertes dans les écoles qu’elle fréquente.



Ta fréquence d’entraînements ?

Tous les mercredis et vendredis soirs, et quelques fois chez moi aussi.



Pourquoi ne participes-tu pas aux différents championnats ?

Je suis trop petit, et donc benjamin, et il n’y a rien dans cette catégorie. Si j’ai bien compris il faut que j’attende 3 ans encore pour accéder à la catégorie cadette pour pourvoir participer à un éventuel championnat.



A part de la Pétanque as-tu une autre passion ?

Oui les jeux vidéo, et le foot.



De ton jeune âge que t’apportes la pétanque ?

Côtoyer des nouveaux amis et des rencontres avec des gens.



Penses-tu que vous êtes nombreux dans cette discipline ?

Hélas non. Il n'y en a pratiquement pas.



As-tu une petite anecdote ou un bon souvenir à nous raconter ?

Oui un bon souvenir, laissé par DUBREUIL le champion du Monde en 2007, lors de son passage au Grand Prix de Pétanque de la Région Guyane à la Boule de Feu de Rémire. Il m’a offert ses boules, en me disant que j’avais un très beau geste, qu’il faudrait que je continue dans ce sport, et espére bien me voir un jour au championnat de France Jeunes.


Autres commentaires ?

Oui, que les clubs et le Comité réfléchissent de plus près sur le problème des jeunes dans notre département. J’ai aussi une pensée pour ma mamie qui a su guider mes premiers gestes vers ce sport. Gros bisous à mamie que j’aime…




Rédigé par Marie ANTIBE le Lundi 13 Avril 2009 à 14:52 | Commentaires (0)
Juliette BOIZAN Présidente de la Sympathique Sphère Saint-Laurentaise
Juliette BOIZAN Présidente de la Sympathique Sphère Saint-Laurentaise
Posté le lundi 6 avril 2009


Depuis combien d’années êtes-vous à tête de la Sympathique Sphère Saint-Laurentaise ?

Je suis Présidente depuis 2001.



Quand et comment vous êtes arrivée à la Pétanque ?

Je suis arrivée à la Pétanque en 2000, sur l’invitation de la famille PALTON.



La pétanque Guyanaise est en manque de féminines, selon vous que faut-il faire pour y remédier ?

Oui, en organisant des concours exclusifs aux féminines, et de très bonnes récompenses.



Votre poste préféré (milieu, pointeur, tireur) ?

Peu importe, je m’adapte.



Vous entraînez-vous souvent et comment ?

Quatre fois par semaine, le lundi, Mercredi, jeudi et vendredi. Soit 30 mn de pointage, 30 mn de tir, et ensuite 3 parties complètes.



Vos meilleurs résultats ?

L’année 2004 un titre de championne de Guyane en Doublette et aussi ¼ de finaliste en triplette au championnat de France.



Avez-vous une idole à la pétanque ?

Non. Mais…



Pratiquez-vous un autre sport ?

Oui plusieurs, le tir et le basket.



Autre chose à rajouter ?

Faire des journées, jeunes, dames à la mêlée


Rédigé par Marie ANTIBE le Lundi 6 Avril 2009 à 18:09 | Commentaires (0)
M. VICTORIN Thierry Responsable sport de (A.T.S.C.A.F)
M. VICTORIN Thierry Responsable sport de (A.T.S.C.A.F)

Posté le samedi 7 mars 2009




« Initiateurs motivés à l’écoute des profanes»

A l’heure du bilan VICTORIN Thierry : Responsable des sports de Association Touristique Sportive Culturelle Administrations des Finances (A.T.S.C.A.F) dévoilait une satisfaction somme toute conforme à ses attentes de découverte de la pétanque et se dit prêt à renouveler l’opération autant de fois que possible.


Pourquoi avoir voulu orienter vos collègues vers l’initiation à la pétanque ?

J’ai voulu orienter mes collègues vers l’initiation de la pétanque afin de leur permettre de découvrir un sport de plaisir.


Quel est le but recherché à travers une telle manifestation ?

Le but recherché à travers une telle manifestation était de permettre à chacun d’évacuer son stress.


Quels enseignements tirez-vous de cette journée ?

Ce fût une très bonne journée, un très bon accueil et grande disponibilité des initiateurs motivés à l’écoute des profanes présents.


Rédigé par JEROME Armand le Jeudi 5 Mars 2009 à 20:32 | Commentaires (0)
PRIMEROSE Serge (Président du Comité Départemental de Pétanque de la Guyane)
PRIMEROSE Serge (Président du Comité Départemental de Pétanque de la Guyane)
Posté le Jeudi 12 Février 2009






«La psychologie au chevet des boulistes guyanais pour de meilleurs résultats sportifs»














Cela fait peu de temps que vous êtes à la pétanque qu’est-ce qui a motivé votre candidature à la présidence du Comité de pétanque de la Guyane ?

Devenu un passionné de ce sport depuis 4 ans, après la présidence du club CAS-EDF. Je me suis rendu compte qu’il y avait un beau challenge à relever pour le CDPG. Notamment en matière de structure administrative et promotion de ce sport en Guyane.



Vous avez en charge la gestion des affaires de la pétanque Guyanaise depuis le 7 Décembre 2008, quelles sont vos priorités ?

Mise en place des statuts et règlements (qui ne correspondaient pas sur la forme et le fond, inexistence d’un règlement administratif et sportif), démarrage des compétitions en décembre, préparation de l’élection de ligue Antilles-Guyane, promotion du sport pétanque, mise en place d’une entité de communication, création d’un site WEB, aider les clubs à s’intéresser aux outils du WEB, mise en place de la coupe inter clubs Guyane, etc…



Depuis l’ouverture de la saison il n’y a pas l’ombre d’un jeune en compétition, que comptez-vous faire pour que les jeunes reviennent ?

Dès la fin des championnats de ligue, nous allons voir la possibilité de mettre en place une école de pétanque.



Est-ce possible d’envisager que la Guyane n’engage pas de jeunes aux prochains championnats de Ligue Antilles-Guyane qui se jouent au mois d’Avril en Martinique?

Je vous avouerai que très franchement c’est du domaine du possible. De plus la catégorie retenue cette année est celle des juniors.



Il y a de moins en moins de seniors dames licenciées, que comptez-vous faire pour palier ce manque ?

L’inscription dès cette année aux championnats de France de la doublette féminine et promotion sur les médias.



N’avez-vous pas l’impression d’avoir hérité d’un comité en chantier ?

On peut le dire. Mais le travail ne devrait pas nous faire peur.


Vous avez annoncé en début de saison un regroupement obligatoire pour tous les qualifiés pour les championnats de ligue Antilles Guyane. Quel est le but recherché et que comptez-vous faire exactement lors de ce regroupement ?

Travail sur la psychologie et une charte de bonne conduite.



Vous avez annoncé dans une interview sur RFO radio, ne pas vouloir dépenser des milliers d’euros à envoyer des joueurs aux différents championnats de France pour jouer que deux parties de poules, que comptez-vous faire pour que la tendance soit inversée ?

Mise en place d’un championnat par étape avec priorité au déplacement, ajouter des compétitions au calendrier du comité afin d’éviter une longue période d’inactivité. Aider les clubs à mettre en place des compétitions sous l’égide du CDPG.



De 490 licenciés il y a de cela 9 ans, en 2009 il y a près de 212 licenciés. Selon vous à quoi est due cette baisse de licenciés ?

Je n’ai pas la réponse, vraisemblablement il faudrait chercher la réponse avec les Présidents de clubs.



Quand on voit l’augmentation du coût de la vie et de l’éloignement des communes entre elles, pourquoi avoir maintenu les deux secteurs pour le déroulement de saison ?

Vous l’avez dit, il y a peu de licenciés et la tâche n’est pas simple je réfléchi à une autre solution pour l’année à venir. Pour l’heure un partenariat avec la Mairie de Rémire/Montjoly permet un déplacement sur l’ouest à coût réduit.



Avez-vous les moyens de mener à bien vos projets ?

Oui avec l’équipe en place on pourra avancer sur beaucoup de dossiers. N’oublions pas que la terre ne s’est pas faite en un jour.



Serait-il possible de vous déviez de votre axe de projet ?

Non bien sûr. Rigueur et fermeté, parlons surtout le même langage.



Que comptez-vous faire pour que la pétanque puisse bénéficier d’une meilleure visibilité sur les médias locaux au même titre que toutes les disciplines ?

Un poste de chargé de communication est crée, un partenariat sur boulistenaute existe, la réalisation d’un Blog est cours de préparation, une coopération avec « métis FM » existe, des négociations avec les TV sont en cours d’achèvement.



(Propos recueillis par Armand JEROME)


Rédigé par Huguette ANTIBE le Jeudi 12 Février 2009 à 04:36 | Commentaires (0)
ANDRE Timothée
ANDRE Timothée
Posté le mardi 14 août 2007














A quel âge as-tu découvert la Pétanque ?

J’ai découvert la Pétanque à l’âge de 4 ans.



Comment as-tu connu la Boule de Feu de Rémire ?

Par l’intermédiaire d’un membre du club.



Quel bilan fais-tu de ta troisième année dans ce club ?

L’année a été assez bonne, et le bilan positif depuis ces 3 ans.



Quel est ton palmarès ?

Vice-champion de Ligue Antilles-Guyane 2006 en tête à tête, champion de Guyane en triplette et champion doublette mixte 2007 (1 homme + 1 jeune).


Vous êtes champions de Guyane en triplette pour la deuxième année consécutive avec tes deux partenaires MOUA Brandon et VA Patrice et qualifiés pour les France. Quelles sont vos ambitions et motivations à l’heure du départ ?

Je souhaite devenir champion de France et de la ligue Antilles-Guyane. La motivation est surtout l’esprit d’équipe.



La reconduction de cette même équipe se fera t-elle la saison prochaine ?

Non, je ne pense pas que la reconduction de cette équipe se fera l’an prochain.



Quelles sont les améliorations que tu souhaiterais amenées dans ce sport ?

De faire reconnaître la pétanque en tant que sport.



Pratiques-tu un autre sport à part de la Pétanque ?

Non, je ne pratique aucun sport, bien que j’en apprécie d’autres



As-tu quelque chose à rajouter ?

J’aimerais effectuer plus d’entraînements.






Rédigé par ANTIBE Marie le Mardi 14 Août 2007 à 16:24 | Commentaires (0)
Philippe Quintais
Philippe Quintais
Posté le Dimanche 13 Mai 2007


« Les éducateurs font un travail remarquable »

Habitué à sillonner la planète pour promouvoir la pétanque Philippe Quintais est l’interlocuteur idéal pour évoquer la pétanque martiniquaise. Impressions d’un spécialiste sur les amoureux de la sphère d’acier.

Quel regard portez-vous sur le niveau de la pétanque martiniquaise ?
Une quinzaine de joueurs sont d’un excellent niveau, et dominent le département. Ils sont très adroits, surtout au tir, et il leur manquerait juste de jouer un peu en métropole pour acquérir la tactique qui leur manque.

Vos équipiers et vous-même avez remporté les deux compétitions de Morne Rouge et le First Class de Saint-Pierre. Etait-ce facile ?
Loin de là ! C’est au contraire très difficile à cause de la chaleur moite et pesante. Les terrains sont très techniques, ce qui nous convient bien. En revanche la musique créole est forte et omniprésente. Il faut s’y habituer. Les joueurs antillais parlent beaucoup, et utilisent toutes les ficelles du jeu. Il faut également gérer cela.

Qu’est-ce qui vous a surpris ?
Indéniablement c’est le nombre de participants. Je ne pensais pas rencontrer autant de monde sur les terrains. Beaucoup d’équipes n’hésitent pas à payer une inscription plus élevée qu’en métropole (Ndlr : 8€ par joueur) sans se faire d’illusions sur le parcours qu’elles accompliront. Ceci dit la Martinique est à mes yeux l’un des meilleurs départements des Dom-Tom avec la Réunion.

Les éducateurs font un gros travail de fond…
Ah oui ! C’est remarquable de motiver trois écoles et plus de 250 jeunes pour venir à notre rencontre. Les éducateurs avec qui nous avons partagé ces moments sont très dévoués et compétents. Ils font vraiment un très gros boulot.

Comment jugez-vous ce séjour ?
Nous avons reçu un super accueil de la part des Martiniquais qui sont manifestement très heureux de notre venue. Avec deux compétitions dans deux clubs différents, et sur deux week-ends, le format de cette tournée antillaise est idéal. Il est important d’envoyer des équipes chevronnées dans ces départements qui ne demandent qu’à progresser. Pour preuve, ici la victoire n’est jamais acquise d’avance.

Propos recueillis par Marc Alexandre

Photo Armand Jérôme (Guyane)

Rédigé par Huguette ANTIBE le Dimanche 13 Mai 2007 à 18:38 | Commentaires (0)
Daniel Lesport (président du Club de Pétanque de Saint-Pierre - Réunion)
Daniel Lesport (président du Club de Pétanque de Saint-Pierre - Réunion)
Posté le Dimanche 13 Mai 2007



« Ce jumelage nous permet de progresser dans nos organisations »

La seconde venue d’une formation réunionnaise en Martinique entérine pleinement le jumelage entre le CPSP (Saint-Pierre - Réunion) et le CBSP (Saint-Pierre - Martinique). Un échange que Daniel Lesport, le président du club de l’Océan Indien, apprécie à sa juste valeur.

Quelle dimension prend ce jumelage ?
Il est important pour le présent et l’avenir, car il va nous permettre de progresser dans nos organisations respectives. Les deux villes s’appellent Saint-Pierre, chacune a son volcan, nous avons vraiment beaucoup de choses en commun. Et cela permet à nos joueurs, comme aux Martiniquais, de pratiquer la pétanque sur un autre continent.

Comment jugez-vous le niveau de jeu martiniquais ?
Il me semble que le niveau général est un peu plus élevé à la Réunion. Peut-être est-ce le fait du nombre plus important de nos licenciés (Ndlr. : 3.700 à la Réunion contre 2.500 à la Martinique). Ce qui nous a marqué c’est la tenue identique obligatoire en compétition, et l’interdiction de jouer en short.

Avez-vous passé un bon séjour ?
Les Martiniquais nous ont réservé une hospitalité remarquable, et nous adressons un grand coup de chapeau à Aristide Brujaille-Latour et Ralph Bermonville, qui se sont occupés de nous à chaque instant. Il faut toujours s’accommoder des habitudes locales, et on ne rattrape pas huit heures de décalage horaire en une journée. J’ai apprécié les rencontres entre les scolaires et les champions. C’est une excellente idée que nous pourrions peut-être mettre en œuvre.


Propos recueillis par Marc Alexandre
Photos Armand Jérôme (Guyane)



Rédigé par Huguette ANTIBE le Dimanche 13 Mai 2007 à 18:33 | Commentaires (0)
1 2 3 4 5