Blog « les rencontres » sur www.parcduverdon.fr

Le lait nuit-il à la santé?





La salle des fêtes de Vinon rassemble ce soir un public attentif sur un thème que l’on retrouve de plus en plus souvent à la une des magazines, le lait.
Sujet à controverses, au croisement des enjeux alimentaires, agricoles et industriels, le lait méritait une analyse rigoureuse et indépendante. Benoît Payot, de la Ferme des Fabrigoules, fait les présentations : Véronique Richez-Lerouge, journaliste spécialisée, est l’auteure de «La vache qui pleure», fruit d’une longue enquête auprès de tous les acteurs de la filière du lait, appuyée sur de récentes enquêtes scientifiques.
 
Pendant plus d’une heure, Véronique Richez-Lerouge va détailler l’origine et la composition des différents types de lait que l’on peut trouver dans le commerce, comment ils sont produits, transformés, conditionnés. Son enquête montre comment le lait cru naturellement produit par la vache (mais aussi la chèvre ou la brebis), véritable nectar doté de toutes les vertus, est «vidé de ses substances nourricières, qui valent plus cher en pièces détachées vendues à l’industrie agroalimentaire, cosmétique, automobile, textile et pharmaceutique. Les excédents finissent en poudre de lait recyclée dans des produits industriels, le fourre-tout de la filière laitière et de la chimie.»
 
Véritable réquisitoire contre l’industrialisation de toute cette filière qui a abouti à la distribution d’un produit appauvri et parfois toxique, le travail de Véronique Richez-Lerouge tend à revaloriser la production et la consommation du «lait natif» même pour les plus petits, ce qui ne manque pas de faire réagir le public :
«Existe-t-il un lait pour bébés que l’on peut donner sans inquiétude ?»
«Vous parlez de gâchis à propos de l’utilisation d’une partie de la production laitière par l’industrie métallurgique, mais est-ce cette industrie n’est pas utile elle aussi ?»
«Est-ce que le lait de chèvre n’est pas préservé de ces problèmes par rapport au lait de vache ?»
 
La soirée se termine autour de la dégustation des fromages de la Ferme des Fabrigoules et de jus de fruits produits sur le territoire.

Ecoutez ci-dessous l’intégralité de la conférence de Véronique Richez.

conference_lait_vinon19112016.mp3 Intégrale de la conférence de Véronique Richez-Lerouge  (99.13 Mo)






Cette conférence fait partie des actions de sensibilisation que conduit le Parc naturel régional du Verdon auprès du grand public pour permettre à tous, habitants et visiteurs, de mieux comprendre les enjeux du territoire, et aussi ceux de la société actuelle dans son ensemble. La question du lait est au croisement de plusieurs problématiques qui touchent de près le territoire du Verdon : l’alimentation et la santé, la production agricole et la question environnementale…
Région d’élevage, la région Provence Alpes Côte d'Azur  est productrice de lait. Pour être plus précis, 27 millions de litres de lait de vache sont produits annuellement dans notre région, pour un cheptel de 7 500 vaches réparties dans environ 270 exploitations. C’est dans les Alpes que se situe la majeure partie de cette production puisque 78% de la production laitière totale se situe dans les Hautes Alpes, 7% dans les Alpes de Haute Provence. Environ 36% du lait collecté y est transformé localement.
Bien que productrice, la région PACA est une petite région sur le plan de la production laitière, elle représente seulement 0.1% de la production laitière française. Pourtant, le cheptel bovin allaitant est en augmentation constante ces dernières années. Quant au lait de chèvre, les élevages de Paca en produisent environ 7.3 millions par an. Les 320 exploitations caprines de la région sont de taille modeste avec 50 chèvres en moyenne. Leur spécialisation fromagère fermière et leur organisation autour de la vente directe ou des circuits courts favorisent une meilleure valorisation du lait (source : Ministère de l’Agriculture).
 
Le lait, enjeu alimentaire. Comme souligné par Véronique Richez pendant la conférence, l’industrialisation de la filière du lait a fini par produire, comme pour nombre d’autres filières agroalimentaires, un produit à l’opposé du produit brut, c’est-à-dire, un produit pauvre en nutriments, parfois même toxique. Pour retrouver du lait riche de toutes ses qualités originelles, zappons la filière industrielle, en achetant le lait et les produits laitiers directement aux producteurs ou aux groupements de producteurs, via des circuits courts de commercialisation.
 
Le lait, enjeu économique et écologique. Favoriser les circuits de commercialisation courts est une des missions des Parcs naturels régionaux, car ce qui est valable pour le lait, l’est pour presque tous les autres secteurs de la société. Si les circuits courts permettent de garantir des produits bruts et transformés de qualité, ils permettent aussi en se passant des intermédiaires, une meilleure rémunération des producteurs et un coût plus juste pour les consommateurs, un renforcement du lien acheteur-vendeur, un meilleur bilan carbone en réduisant les distances parcourues par les produits, une meilleure valorisation de l’image du territoire d’origine des produits, une meilleure autonomie alimentaire des territoires, et enfin de la transparence !
 
Le lait, enjeu agricole et environnemental. Le territoire du Verdon accueille majoritairement une agriculture de subsistance, c'est-à-dire familiale et mixte (maraichage, élevage, céréales, olives etc.) pratiquée sur de petites surfaces. A l’heure de l’industrialisation de la filière alimentaire, cette agriculture connaît des difficultés structurelles, avec une forte réduction du nombre d’actifs agricoles et un faible niveau d’installation. Pourtant, notre territoire a besoin de son agriculture. Sur celle-ci repose notre économie, notre patrimoine paysager, la conservation de notre patrimoine naturel et la richesse du patrimoine culturel. Dans ce contexte, le Parc naturel régional du Verdon porte une politique forte pour soutenir de nouvelles installations d'agriculteurs, comme il l’a fait pour celle du GAEC La Ferme des Fabrigoules, exploitation laitière caprine sur le domaine de Valx, à côté de la Maison du Parc.

Le lait nuit-il à la santé?
Où se procurer des produits locaux dans le Verdon?

Maison de Produits de Pays du Haut - Verdon

Couleurs Paysannes (Manosque, 04)

Pays gourmand

Bienvenue à la ferme

Sur le site du Parc

Maison des produits de pays du Verdon

Guide "Où trouver des produits bio dans les Alpes de Haute-Provence et les Hautes Alpes"

Les producteurs locaux de la Palud sur Verdon
 




Nouveau commentaire :

Spectacle/ Evénement | Chantier/ Atelier | Conférence/ Débat | Sortie/Visite