« Spectateur de lui-même, il n’en finissait pas de s’admirer, passant le plus clair de ses journées en lévitation … » C’est de François Bayrou qu’il s’agit. L’auteur de ces lignes, Dominique Paillé, un ancien UDF devenu porte-parole de Nicolas Sarkozy puis de Jean-Louis Borloo, ne l’aime guère. Pourtant, dans son livre de politique fiction Panique à l’Elysée, il donne la victoire au candidat du Modem par 54% des voix contre Marine Le Pen ! Au terme d’une campagne qui ressemble à celle que nous vivons - quelques épisodes romanesques en plus, comme la publication, par Cécilia Attias, d’un roman accablant pour son ex-mari - Hollande et Sarkozy sont éliminés le 22 avril. L’UMP éclate, une moitié s’en allant, avec Jean-François Copé, signer un accord avec la présidente du FN. Installé à l’Elysée, Bayrou ne parvient pas à rassembler. Et devinez qui prend la tête de l’opposition ? Nicolas Sarkozy ! Paillé ne croit pas au « Vous n’entendrez plus jamais parler de moi ! » d’un Sarkozy défait. « Il reviendra ! »