MOD - Ingénierie - Installation et Maintenance photovoltaïque


Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

EC Solar réalise pour EIFFAGE ENERGIE la toiture photo voltaïque de la ZAC CARDINET CHALABRE.

L’ensemble réalisé par le cabinet Franklin Azzi Architecture, 149-151, rue Cardinet, compte 63 logements sociaux, une crèche de 66 berceaux très attendue (en raison des 2 000 places non satisfaites dans l’arrondissement !) et, en rez-de-chaussée, 500 m² de commerces et activités. Cet immeuble est également équipé de panneaux voltaïques. C’est sans doute la première fois, à Paris, qu’un tel dispositif photovoltaïque est déployé. A l’angle de la rue Cardinet et du parc Martin Luther King – où le mail planté recouvrira un parking souterrain de 600 places - cette affirmation écologique n’est pas anecdotique.



ZAC Cardinet-Chalabre

La pose de la première pierre de la ZAC Cardinet-Chalabre, le 6 octobre dernier, a une forte portée symbolique. Par ce geste, comme l’a souligné Brigitte Kuster dans son discours, un véritable éco quartier, composé de dix immeubles, va sortir de terre. Elle a aussi souhaité que les équipements de proximité soient au rendez-vous de cette métamorphose urbaine.

La pose de la première pierre, jeudi 6 octobre, de l’immeuble de logements sociaux situé sur la rue Cardinet et conçu par le cabinet Franklin Azzi Architecture, constitue une étape importante dans la transformation du quartier, comme l’a précisé Brigitte Kuster, maire du 17è arrondissement : « Cette cérémonie a une forte valeur symbolique car nous sommes aux prémices du 81è quartier de Paris. Il suscite, à juste titre, de nombreuses attentes, en termes de logements et d’équipements ». Le maire a rappelé les enjeux de cette transformation de cinquante hectares d’un seul tenant : 3 500 logements avec le secteur Saussure, l’établissement de 12 000 nouveaux habitants et à peu près le même nombre de Franciliens qui viendront y travailler. Articulé autour du parc traversant de dix hectares, cet ensemble peut aussi susciter des inquiétudes légitimes dans la population de l’arrondissement que la majorité municipale, depuis quelques années, n’a pas manqué de relayer. Même si Brigitte Kuster s’est refusée à polémiquer au cours de cette cérémonie protocolaire, elle n’a pas caché que le secteur qui longeait les voies ferrées et l’isolement de la Cité Judiciaire lui inspiraient de sérieuses réserves. Elle a toutefois estimé que la ZAC Cardinet-Chalabre avançait « plutôt dans la bonne direction ».

L’ensemble réalisé par le cabinet Franklin Azzi Architecture, 149-151, rue Cardinet, compte 63 logements sociaux, une crèche de 66 berceaux très attendue (en raison des 2 000 places non satisfaites dans l’arrondissement !) et, en rez-de-chaussée, 500 m² de commerces et activités. Cet immeuble est également équipé de panneaux voltaïques. C’est sans doute la première fois, à Paris, qu’un tel dispositif photovoltaïque est déployé. A l’angle de la rue Cardinet et du parc Martin Luther King – où le mail planté recouvrira un parking souterrain de 600 places - cette affirmation écologique n’est pas anecdotique.

Un signal

« Cet immeuble de 5 800 m² apparaît comme un vrai signal et donne le ton, l’ambiance architecturale, du futur quartier », a expliqué Brigitte Kuster. Et le défi n’est pas mince : les architectes retenus et l’aménageur doivent assurer la continuité avec le bâti existant des Batignolles dont la construction remonte au XIXe siècle, de Charles X à Louis-Philippe, de Napoléon III à la Troisième République. Riche de cette histoire marquée par de grands écrivains – Verlaine, Zola, Maupassant, Barrès et Simenon -, le village des Batignolles revendique une identité forte à laquelle tous les habitants, même les plus récents, sont attachés. « Cette continuité, cette exigence de continuité si j’ose dire, sera renforcée par le traitement de pied d’immeuble, dont le parti pris est ici un socle de deux étages entièrement vitré de manière à relier les espaces entre eux », a assuré Brigitte Kuster.



Globalement, les dix îlots de la ZAC Cardinet-Chalabre, qui seront livrés de 2012 à 2015, s’articulent comme des entités équilibrées, se répondant à l’aplomb des plantations du parc et du bassin. Les différents architectes ont privilégié l’intimité ‘intérieure-extérieure’ en prolongeant les pièces à vivre par de véritables balcons lumineux. Davantage que « des saillies en façade », selon la définition du dictionnaire, les balcons, ici, doivent être pris pour ce qu’ils représentent dans une salle de spectacle : une galerie sur le théâtre de la vie, sur la naissance d’un quartier et de nouvelles civilités. C’est là que l’architecture contemporaine rejoint les recommandations énoncées, au XVIe siècle, par Philibert de l’Orme, l’architecte du château de Fontainebleau : « Vous mettrez sur les entablements et niveau des terrasses (au droict des fenestres qui seront au dessous) des petits balcons, ainsi qu'on les appelle en Italie, qui sont petites saillies qui se projectent hors des murs en terrasses accompagnées de baleustres et appuis, avec tel ornement que l'on veult. »