"lorsqu'on combat la burqa, on doit combattre l'intégrisme religieux de façon globale. Il faut s'interroger sur la communauté d'Ecône, les mouvements sectaires intégristes, la pratique du judaïsme orthodoxe qui oblige les femmes à se raser et à porter une perruque, et l'intégrisme tout court qui ne font pas une place forcément appréciable à la femme." extrait de l'intervention d'un diacre au parlement de la jeunesse dont le Quotidien jurassien a rendu compte dans son édition du 4 mars 2010.




Lors de son intervention au parlement de la jeunesse un diacre du Jura pastoral s’est donc permis l’ignominie de comparer la Fraternité Saint Pie X au fondamentalisme musulman. Selon ce diacre pastoral il n’y a de combat légitime contre la burqa que si l’on combat avec la même détermination tous les intérgismes dans lesquels il range la Communauté d’Ecône. Échappe-t-il à ce diacre que l’une des raisons de l’entrée en résistance de la Fraternité Saint Pie X fut le sort que l’on faisait à la messe tridentine déclarée éternelle par Pie V et qui partout était éradiquée par les autorités diocésaines? Or par sa lettre apostolique, sous forme de de motu proprio, Summorum Pontificum du 7.7.2007 Benoît XVI a, en quelque sorte, rendu justice au combat de la fraternité saint Pie X, en réhabilitant pleinement le rite tridentin ( désormais appelé forme extraordinaire du rite romain) et en faisant l’obligation aux évêques de permettre sa célébration à la demande des paroissiens. Échappe-t-il à ce diacre que Rome a levé l’excommunication des évêques de la Fraternité Saint Pie X et que les discussions sont désormais engagées entre Rome et la FSSPX pour clarifier les enjeux doctrinaux et tenter de les résoudre? Que cet agent pastoral n’apprécie pas la fraternité Saint Pie X c’est une chose, mais cela ne lui donne nullement le droit de l’injurier en la comparant au fondamentalisme musulman meurtrier et en usant à son encontre du terme d’intégrisme dont il serait bien en peine de donner une définition doctrinale puisqu’elle n’existe pas, Rome concédant précisément qu’il y a matière à discuter doctrinalement sur les points qui font litige, reconnaissant ainsi que rien n’est définitivement tranché. Le qualificatif d’intégrisme appliqué à la Fraternité St Pie X relève d’une basse rhétorique de combat pour stigmatiser l’adversaire. Il a été forgé par les révolutionnaires qui prétendent faire de vatican II un superdogme, une refondation de l’Eglise, qui poursuivent donc une visée de destruction de l’Eglise. Je ne dis pas que c’est le cas de ce diacre, mais il devrait se pencher un peu sur le sens des mots qu’il utilise avant de les donner en pâture à des jeunes gens qui ne peuvent pas avoir de recul sur la question.


Julien Gunzinger

Rédigé par Julien Gunzinger le Jeudi 4 Mars 2010 à 13:34 | Commentaires (3)