fournoldavid

Je suis mon rêve

Scénario Felipe Hernandez Cava dessins et couleurs Pablo Auladell
http://pabloauladell.blogspot.fr/
Éditions les impressions nouvelles
9782874491276
Ados/Adultes
18 euros

Mercredi 28 Mars 2012

Je suis mon rêve
Felipe Hernandez Cava est sans nul doute un des plus grands scénaristes Espagnol actuels, c’est une évidence. La preuve en est, je suis un rêve son dernier livre publié en France et un chef-d'œuvre. Il faut dire que les magnifiques dessins de Pablo Auladell illustrent brillamment cette troublante histoire de famille, car je suis un rêve est avant tout une histoire de famille. C’est par un vrai récit de guerre, un récit sur la guerre de Crimée que Felipe Hernandez Cava nous parle du destin tragique de cette famille. Cette famille déchirée par ses choix, c’est la famille d’Erich Hafner. Erich est un jeune aviateur allemand. Il s’est enrôlé dans l’armée allemande par amour de l’aviation. Voler dans les airs, sentir le vent qui fait trembler les ailes de son avion, voir la terre d’une telle hauteur que les gens et les choses paraissent infiniment petits, voilà ce qui le fait vibrer. Mais Erich est aussi un soldat et le danger, la peur, quand un autre avion le prend en chasse, la sensation qu'il ressent quand son doigt touche la gâchette de son manche à balai pour lui permettre de tirer ses cartouches afin d’abattre son ennemi, c'est aussi ça qui le fait vibrer. Cette puissance ressentie dans les airs, de pouvoir défier les lois de la gravitée, de se sentir comme un personnage homérique, comme un dieu, c’est ça qui le fait vivre. Cette passion, c'est son père qui la lui a transmise. Aujourd'hui son père n'est plus l'aviateur qu'il était jadis, aujourd'hui son père est un vieillard impotent assis dans un fauteuil roulant, et ne quittant jamais le masque de cuir qu'il a sur le visage. Mais je vais trop vite. Pour l'heure, il n'est question que d'Erich. Alors qu'il est en train de se battre dans les airs, Erich est obligé de décrocher de son escadrille pour échapper aux tirs d'avions ennemis. Pour survivre à cette attaque, il est obligé de monter le plus haut possible pour semer les autres avions. Erich va monter si haut, que pendant un instant, il touchera presque le ciel du doigt ! Mais malheur à ceux qui s'approchent trop du soleil. Erich tombe en vrille. A son réveil, son appareil n'est qu'une carcasse carbonisée sur le sol. Lui est indemne. C’est un miracle. A moins que le miracle ne soit Solaya, vieille femme qui habite la steppe. Solaya sait parler au feu, au ciel, elle connaît le langage des animaux et le pouvoir des plantes. Elle va aider Erich. Elle va l’emmener sur le chemin de la guérison. Une guérison physique mais aussi une guérison psychologique. Il faut qu’Erich trouve le moyen d’être en paix avec son père et sa mère pour pouvoir guérir et survivre. Mais voilà, comment guérir quand trop d'horreurs, trop d'ignominies sont entre vous et vos proches ? Christine la mère d’Erich est morte en déportation, son père soldat nazi n’a rien fait pour empêcher cet horrible assassinat. Son père n'a rien fait, car la haine est une maladie qui guérit rarement et elle peut vous pousser à faire des choses innommables. Christine avait quitté le père d'Erich pour vivre avec un sculpteur juif, lui, fou de douleur a préféré sacrifier son humanité au nom de ce poison qui coulait dans ses veines. Christine est morte des coups de ses bourreaux dans un de ces camps d’extermination, le père d’Erich s’est écrasé avec son avion. Comment peut-on survivre à ça ? Il faut qu'Erich puise en lui toutes les forces nécessaires pour devenir un autre homme, un homme qui puisse dépasser l'horreur de ce que sa famille a vécu. Solaya et ses pouvoirs peuvent peut-être l'aider à lui montrer la voie. Peut-être ?
Voyage initiatique aux tréfonds de l’inconscient, des souvenirs, de l’imagination et de la souffrance, je suis un rêve est un livre admirable. C’est sans aucun doute vers la mort que ce voyage va entrainer Erich, mais c’est aussi d’abord vers le chemin du pardon et de la compréhension qu’il devra passer avant de continuer ou non son périple. Les dessins de Pablo Auladell sont d’une rare beauté. Etranges, émouvants, d’une force émotionnelle exceptionnelle, chaque planche est assez fascinante tant par sa composition que par sa narration originale. Pablo Auladell avait déjà réalisé le magnifique la tour blanche aux éditions Actes Sud, sublime récit sur l’enfance, l’amour et les souvenirs.
Felipe Hernandez Cava. Berlin 1931 aux éditions Amok, Les mémoires d’Amoros toujours chez Amok ou le piège aux éditions actes Sud/L’an 2 sont autant de livres magnifiquement écrits par ce grand scénariste.
Je suis un rêve est un livre qu’il est strictement interdit d’éviter. Il faut le lire.
David Fournol.

Je suis mon rêve
David Fournol


Inscription à la newsletter



Recherche

Oh ! My blog...

Oh ! My blog...
« Une autre histoire » est le blog de l’association « Et si rien d’autre n’avait d’importance ». Cette association va s’efforcer de faire la promotion de la bande dessinée et de tous les arts visuels liés de près ou de loin à ce média (par le biais de débats, de rencontres avec des auteurs…) dans tous les endroits susceptibles de l’accueillir, comme les bibliothèques ou les établissements scolaires. Elle peut donc intervenir auprès de tous les publics, sur simple demande par la rubrique "nous contacter".
L’objet de cette association est de communiquer et de transmettre sa passion pour la bande dessinée et plus tard d’éditer des livres, avec des auteurs dont elle apprécie le travail.
Le blog « Une autre histoire » est alimenté toutes les semaines par des chroniques sur les nouveautés en bande dessinée. Mais comme on ne lit pas que de la bande dessinée, on peut aussi parler de tout et de n’importe quoi dans les autres rubriques. Coups de cœur pour des romans, des livres de jeunesse, des films (ou coups de gueule…), tout ce qui nous touche et que nous avons envie de partager !
L’équipe de chroniqueurs qui se chargent d’écrire les critiques de livres, ont la réputation de cultiver une certaine mauvaise foi et d’extérioriser facilement leurs joies en face des ouvrages qu’ils aiment, aussi ne vous étonnez pas de certains articles qui, parfois, peuvent manquer d’objectivité. Bonne visite sur le blog.
David Fournol.

David Fournol
11/10/2010