fournoldavid

Les monstres de Mayuko

Scénario, dessins et couleurs Marie Caillou
http://www.mariecaillou.fr/
Éditions Dargaud
9782205062625
Ados/Adultes
19.99 Euros

Mercredi 7 Mars 2012

Les monstres de Mayuko
Forcément, quand on passe sa journée à jouer dehors en plein hiver, alors qu’il neige et qu’il fait froid, on risque d’attraper un rhume. Mayuko est restée une bonne partie de l’après midi à s’amuser près des statuettes porte-bonheur représentant un renard et un ours, qui appartiennent à sa famille et qui sont au fond du jardin. Comme la tradition l’exige au Japon on apporte régulièrement des offrandes à ces statues. Les seules offrandes que Mayuko leur a faites aujourd’hui c’était des boules de neige en pleine figure. En plus elle a fait ça avec un petit sourire satisfait qui en dit long sur son état d’esprit. Le soir en se couchant, Mayuko a de la fièvre. Sa mère la borde et la quitte en lui disant de s’endormir rapidement et que d’ici demain sa fièvre sera passée. Mayuko s’endort. Quelques instants après elle est réveillée par un renard qui vient de s’introduire dans sa chambre. Ce renard n’est pas un renard comme les autres. Il s’appelle Kitsume, il parle, c’est un subtil mélange entre un animal et un humain et s’il est entré dans la chambre de la petite fille c’est qu’il l’entendait geindre de dehors. Mayuko est certes une petite fille mais elle n’est pas idiote. Elle sait qu’il faut se méfier des renards. Ils passent leur temps à jouer de mauvais tours, s’attaquent aux faibles et aux malades et par conséquent on ne peut pas leur faire confiance. Kitsume affirme à Mayuko que lui est diffèrent, qu’il ne faut pas écouter tous ce que les gens disent et qu’il est juste là pour voir si elle a besoin de quelque chose, alors qu’elle est malade. D’ailleurs il veut bien l’aider, car elle est trop faible, à rejoindre la chambre de sa mère et en chemin s’arrêter boire un verre d’eau puisqu’elle est assoiffée (la fièvre, ça donne soif, très soif). Mayuko accepte, de sa chambre à la chambre de sa mère il n’y a que quelques mètres et sur une aussi courte distance il ne peut rien lui arriver. Mais à peine à t’elle mis un pied hors de sa chambre qu’elle s’aperçoit que plus rien ne ressemble à sa maison. Les murs ont changé, les pièces ont disparu et un immense chemin s’ouvre devant elle. Elle n’a pas le temps de réagir, renard la prend sur son dos et s’enfuit avec elle à travers les champs. Mayuko se retrouve alors dans un monde, assez inquiétant que peuplent d’étranges créatures. Un tengu rouge, gigantesque avec un nez de plusieurs dizaines de centimètres et des ailes dans le dos est le gardien d’une forêt enchanteresse. Des squelettes pendent aux branches des arbres, les poissons rouges d’une rivière sont prêts à se jeter sur quiconque tombe dans leurs eaux, ils cherchent alors à l’étouffer et les ours qui paraissent gentils sont en fait des animaux particulièrement dangereux. Nul doute, Mayuko est prisonnière d’un endroit qui pourrait être un de ces pires cauchemars.
Ma première découverte de l’univers de Marie Caillou se fit à travers le magnifique « la chair de l’araignée » aux éditions Glenat. Subtil livre sur l’anorexie, sur le regard des autres et sur nos angoisses, ce livre brillamment illustré par cette jeune auteure confirmait un talent graphique et narratif. C’est en cherchant ce qu’elle avait pu faire d’autre que je me suis rappelé de peur du noir http://www.peursdunoir-lefilm.com/. Marie Caillou avait été remarquée quelques années auparavant en travaillant avec le célèbre collectif qui avait réalisé un court métrage peur du noir sur le thème des peurs enfantines, aux côtés de Charles Burns, Mattotti, Jerry Kramsky, Blutch, Pierre Di Scuillo, Romain Slocombe, Michel Pirus et Richard Mc Guire (excusez du peu). Les monstres de Mayuko renouent avec les deux univers qu’elle a déjà développés dans le reste de son œuvre. La bande dessinée, sa narration si particulière, et la peur et les monstres de notre enfance. Les monstres de Mayuko sont angoissants, mais ce ne sont pas tant les monstres qui sont inquiétants dans cet album mais bien cette petite fille malmenée par tous ces personnages qui abusent tout à tour de sa curiosité, de sa peur ou de sa crédulité. Ces monstres sont méchants, sournois et leurs attitudes peuvent paraître dérangeantes vis-à-vis de Mayuko, après tout ce n’est qu’une petite fille. Mais comme je l’ai déjà dit, subtilité est un mot qui fait totalement partie de l’univers de Marie Caillou. Les monstres de Mayuko est un album fantastique dans tous les sens du terme.
David Fournol.

Les monstres de Mayuko
David Fournol


Inscription à la newsletter



Recherche

Oh ! My blog...

Oh ! My blog...
« Une autre histoire » est le blog de l’association « Et si rien d’autre n’avait d’importance ». Cette association va s’efforcer de faire la promotion de la bande dessinée et de tous les arts visuels liés de près ou de loin à ce média (par le biais de débats, de rencontres avec des auteurs…) dans tous les endroits susceptibles de l’accueillir, comme les bibliothèques ou les établissements scolaires. Elle peut donc intervenir auprès de tous les publics, sur simple demande par la rubrique "nous contacter".
L’objet de cette association est de communiquer et de transmettre sa passion pour la bande dessinée et plus tard d’éditer des livres, avec des auteurs dont elle apprécie le travail.
Le blog « Une autre histoire » est alimenté toutes les semaines par des chroniques sur les nouveautés en bande dessinée. Mais comme on ne lit pas que de la bande dessinée, on peut aussi parler de tout et de n’importe quoi dans les autres rubriques. Coups de cœur pour des romans, des livres de jeunesse, des films (ou coups de gueule…), tout ce qui nous touche et que nous avons envie de partager !
L’équipe de chroniqueurs qui se chargent d’écrire les critiques de livres, ont la réputation de cultiver une certaine mauvaise foi et d’extérioriser facilement leurs joies en face des ouvrages qu’ils aiment, aussi ne vous étonnez pas de certains articles qui, parfois, peuvent manquer d’objectivité. Bonne visite sur le blog.
David Fournol.

David Fournol
11/10/2010