l'information circule dans l'entreprise, je l'ai souvent croisée devant la ... machine à café


Translation

Powered by Google

Demain : les formats de fichiers ouverts
Voilà une information pour le moins étonnante. Un article paru dans le quotidien Le Monde daté du 25.01.07 nous révèle que "l'encyclopédie libre" Wikipédia est prise (malgré elle) dans la tourmente des formats de fichiers ouverts.

Résumé des faits :

A ma droite, le format ODF pour Open Document Format. Format d'interopérabilité et d'échange entre applications bureautiques (traitement de texte, tableur, outil de présentation, conception graphique, création de base de données, etc ...). Largement inspiré de la suite bureautique OpenOffice développée par Sun Microsystem et dont le code source est rendu public en 2000.

A ma gauche, OOXML pour Open Office XML (comprendre le complément de la suite bureautique Microsoft Office 2007). Où il est dit que la firme de Redmond ne souhaite pas laisser l'initiative sur les formats ouverts à la concurrence.

A la pesée :
  1. Microsoft (dont la suite Office écrase outrageusement le marché des outils bureautiques avec plus de 80 % de part de marché) et son OOXML qui arrive avec la suite 2007. Avec une telle domination, on comprend mieux les risques et les menaces qui pèsent sur la firme avec l'émergence des pratiques du libre et le développement des formats de fichiers ouverts
     
  2. l'ODF Alliance, le consortium qui assure la promotion du format éponyme et qui compte entre autre comme membres Sun, IBM, Adobe et depuis mi 2006 Google. Pardonnez du peu ! Comme pour créer davantage de soucis pour le premier cité, le format ODF a obtenu en mai 2006 la norme ISO (International Standards Organization)
Cela se complique d'autant plus pour les intérêts de Microsoft que plusieurs fronts s'ouvrent en même temps :

- l'e-administration et la mise en place d'un référentiel d'interopérabilité en France (1)
- l'adoption par le gouvernement belge du format ouvert pour les échanges de documents entre ses services et administrations.

C'est tout le modèle économique (vente de licences d'exploitation) de Microsoft qui est en jeu.
Au delà de cette "contrainte financière" pour la firme de Redmond qui tire la majeure partie de ses ressources de la commercialisation de la suite Office et du système d'exploitation Windows, il y a un enjeu stratégique pour tous les acteurs engagés dans le développement des formats ouverts. Il a pour nom : INTEROPERABILITE

Soit l'intégration des données et documents produits depuis des univers applicatifs différents dans la processus global de transmission de l'information.

On devine mieux les ambitions de Google pour constituer une base de connaissance universelle ou un réseau global de connaissances qui concentrerait toutes les informations et savoirs (numérisés) produits par l'homme et accessible à tous depuis internet. Comprendre qu'avec l'extension des formats de fichiers ouverts, l'enjeu c'est la production et la diffusion du savoir. Ce sont les schémas d'innovation traditionnels qui se réactualisent sous l'influence des pratiques collaboratives dont les formats de fichiers ouverts ne peuvent qu'accélérer le processus de création de valeur.

Dans ce contexte de tensions fortes sur le front des formats de fichiers, on comprend mieux l'initiative de Microsoft de s'adjoindre les services d'un expert du domaine pour ne pas perdre la bataille de la communication. Parce que pour revenir à l'information première, il semble que la firme de Redmond souhaite mettre Wikipédia dans une position d'arbitre dans le match qui l'oppose au format ODF. Puisqu'il y est question de rémunérer cet expert pour reprendre les définitions jugées erronées quant aux différents formats ouverts.

La démarche peut paraître déroutante, lorsqu'on admet que le principe de fonctionnement de "l'encyclopédie libre" est organisé autour de la libre contribution et du bénévolat. C'est sans doute y voir un signe d'impuissance de la part de Microsoft qui commet par la même une faute de mauvais goût pour les tenants du libre. C'est aussi reconnaître - plus surement - à "l'encyclopédie libre" son rôle majeur dans la diffusion de la connaissance. C'est enfin, admettre que l'enjeu de l'économie du savoir pour demain se dessine aujourd'hui autour des formats de fichiers ouverts et des standards du web.


Ressources complémentaires :

Un exemple tables de correspondance entre formats fermés et formats ouverts dans les domaines bureautique et multimédia

Pour plus d'info sur le match Microsoft vsLibre

Pour faire un état des forces enprésence

Retrouvez la rubrique "La vie en Google" et l'interopérabilité vue du côté de Mountain View

Standblog : l'incontouranble sur les standards du web
________________________________________________________
(1)L'administration en marche vers l'interopérabilité et les formats ouverts

Syndication
RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile

Add to Netvibes

Abonnement Bloglines

Add to Google

/a_la_une

Subscribe in NewsGator Online



Vous n'utilisez pas d'agrégateur de flux RSS Vous pouvez recevoir - dès parution - les billets de ce weblog sur votre outil de messagerie en vous inscrivant ci-dessous


entrez votre adresse e-mail :