l'information circule dans l'entreprise, je l'ai souvent croisée devant la ... machine à café


Translation

Powered by Google

Friture sur la ligne BlackBerry
 
C'est l'histoire d'une histoire déjà ancienne.

Flashback sur l'histoire d'un appareil mobile répondant au doux nom d'un fruit sauvage porté par des ronces et plus communément employé dans les confitures (autrement appelé - non sans malices ! - CrackBerry)

Début 2005, une circulaire qui émane du Secrétariat Général de la Défense Nationale (SGDN) alerte les services de l'Etat sur les problèmes de confidentialité des données qui circulent sur les BlackBerry. Il y est fait état de batteries de tests menés par des experts d'EADS qui auraient permi de relever un certain nombre de failles dans la sécurité des informations échangées entre BlackBerry. Voici un résumé l'épisode 1.

Juin 2007, le SGDN réitère son alerte et propose l'interdiction du BlackBerry dans les cabinets ministériels. L'argument avancé par le SGDN est que les données transitent via des serveurs hébergés au Royaume-Uni et aux ... Etats-Unis. La National Security Agency (NSA) est aux aguets (CQFD).

Réponse du fabricant (canadien) de l'appareil Research In Motion : les données transmises lors des échanges de mail sont encodées avec des clés de cryptage plus élaborées que celles utilisées dans le domaine des services bancaires en ligne et que nul aussi bien chez RIM qu'à l'extérieur n'est abilité à accéder à ces données. La NSA, pas plus que d'autres organisations ne peuvent entrer. D'ailleurs, RIM avance que leur système a été accrédité par les agences de sécutité des Etats-Unis, du Canada, d'Australie, de Nouvelle Zélande, d'Autriche, l'OTAN et est en cours de certification en Allemagne et au Pays Bas.

Beaux joueurs, les américains incriminés dans l'affaire semblent privilégier l'humour pour résumer cette poussée de fièvre hexagonale. Après tout c'est de bonne guerre (guerre économique s'entend ! dixit les milieux avisés). Et même si les services de renseignements US sont cités, l'honneur est sauf puisque les informations susceptibles d'être collectées ne porteraient que sur des enjeux économiques. Ah bon ! les fonctionnaires et agents de l'Etat français n'échangent que sur des questions d'ordre économique comme le soulignent certains analystes outre-atlantique.

Et puisqu'il est question de "guerre économique" entre gens de bonne compagnie, on restera sur le registre de l'anecdote côté US, parce qu'au final, la plupart des experts et chroniqueurs préfèrent retenir l'idée avancée dans l'article publié dans Le Monde (daté du 19 juin), à savoir que finalement, après avoir alerté nos fonctionnaires et envisagé d'autres moyens pour les faire communiquer entre eux, ces derniers ont préféré continuer à utiliser leur Blackberry en "secret".

Les thèses avancées (de l'autre côté de l'Atlantique) pour expliquer la position française :
1) remettre le projet Galileo (alternative européenne au système américain GPS) en perspective
2) faire que les fonctionnaires de l'hexagone se remettent au travail plutôt que de s'envoyer des messages sans intérêt (c'est écrit )
3) des entreprises françaises (le groupe Total est cité) n'ont jamais admis l'usage du Blackberry, pourquoi pas l'Etat français. Après tout d'autres solutions PDA existent (début 2007 il a été question du i phone de Apple). Sauf qu'aucune n'offre une totale garantie quant au risque d'interception de données par un tiers

Alors risque avéré, faux procès, fumée blanche qui cache une stratégie et si oui laquelle ?

Certains avancent que des couches cryptographiques tierces à celles proposées par RIM peuvent venir renforcer l'inviolabilité des données qui pourraient être interceptées. De toute façon, qu'on se le dise, les transmissions de données qui transitent sur le net lors des échanges de mails ne se font pas sous le sceau de l'inviolabilité absolue.

Au fait vous savez où est localisée la société RIM qui fabrique le BalckBerry en outre leader sur le marché des smartphones avec 7 millions d'utilisateurs ?
... A Waterloo en Ontario, c'a ne s'invente pas. Nous tenons là une explication !

___________________________________________

Ressources :

Le résumé du San Jose Mercury News

Pour les plus courageux : le livre blanc BlackBerry Enterprise Solution Security




Nouveau commentaire :

Syndication
RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile

Add to Netvibes

Abonnement Bloglines

Add to Google

/a_la_une

Subscribe in NewsGator Online



Vous n'utilisez pas d'agrégateur de flux RSS Vous pouvez recevoir - dès parution - les billets de ce weblog sur votre outil de messagerie en vous inscrivant ci-dessous


entrez votre adresse e-mail :