l'information circule dans l'entreprise, je l'ai souvent croisée devant la ... machine à café


Translation

Powered by Google

L'informatique dans le nuage à l'épreuve des usages professionnels
 
L'anglo-américain n'a pas son pareil pour donner une expression imagée à des représentations complexes. Le "Cloud computing"(1) en est.

Pour résumer ce concept émergeant qui va de paire avec le développement des web services, l'open source, et l'usage des outils et application réputées collaboratives dans la mouvance du web 2.0 ; on dira que le "nuage informatique" permet à l'usager de s'affranchir - en partie - des contraintes liées à l'exploitation d'un logiciel (achat de licence, maintenance, mises à jour). A contrario, le "nuage" lui ouvre une gamme de services liée à l'usage ou plus précisément la location d'une gamme de services principalement sous forme d'abonnements (de la mise à disposition d'un outil, à l'hébergement des données produites, l'assistance technique, l'accès permanent aux dernières versions, etc...)

Une condition sine qua non sous-tend à l'organisation du "nuage" : l'hébergement des applications et données produites et stockées sur les serveurs du fournisseur du service. Et c'est bien là que se situe la ligne de démarcation entre usage personnel et usage professionnel. En effet, la logique d'externalisation poussée à son extrême n'est pas sans poser de nouvelles questions au niveau des organisations :

  1. l'intégrité des données hébergées, soit le niveau de sécurité suffisant pour garantir la confidentialité des échanges entre le client et le serveur distant ou encore la non intrusion
  2. la qualité de l'accès au serveur et donc le confort d'utilisation de l'application distante
  3. la capacité de stockage future des serveurs de données avec la croissance exponentielle des productions notamment multimédia
  4. la stabilité et la pérennité du réseau
  5. la dépendance vis-à-vis des fournisseurs de services en ligne
Cependant, force est de constater que cette "informatique en nuage" tend à se déployer dans l'entreprise et modifie ce faisant la chaîne de valeur  dans le domaine de l'édition de logiciels.

Il va sans dire que le positionnement des acteurs présents sur le marché de l'information est en voie de recomposition à la fois sous l'effet du déplacement des modèles économiques traditionnels (la vente de licences d'exploitation) vers des modèles d'abonnements (location d'applications et d'espaces sur sites distants). Cette recomposition est aussi le fait de l'arrivée de nouveaux entrants qui proviennent pour l'essentiel de la sphère Internet. On assiste de la sorte à un engagement frontal entre deux logiques qui s'opposent et qui pourrait se résumer à la course poursuite entamée depuis bientôt une décennie entre Microsoft et Google, soit entre le monde du logiciel et celui de l'Internet.

Pour simplifier le débat : l'intelligence est dans la machine versus l'intelligence est dans le réseau.

Reste cependant à créer les conditions optimales d'une large diffusion du "nuage" en environnement professionnel et trouver le liant entre les diverses plateformes et contenus sous couvert d'interopérabilité. C'est la voie sur laquelle s'engage quelques universités US et Cisco sous l'initiative "Open Cloud Consortium".

______________________

Pour poursuivre la réflexion :

Consortium tackles cloud computing standards in Computerworld (07.01.09)

Cloud computing : la sécurité dans un nuage aussi ? in Le cercle européen de la SSI

(1) ce qu'en bon français, nous avons traduit par "l'informatique dans le nuage"


Nouveau commentaire :

Syndication
RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile

Add to Netvibes

Abonnement Bloglines

Add to Google

/a_la_une

Subscribe in NewsGator Online



Vous n'utilisez pas d'agrégateur de flux RSS Vous pouvez recevoir - dès parution - les billets de ce weblog sur votre outil de messagerie en vous inscrivant ci-dessous


entrez votre adresse e-mail :