l'information circule dans l'entreprise, je l'ai souvent croisée devant la ... machine à café


Translation

Powered by Google

26/08/2007


Il y avait la communauté des wikipedians (pour les utilisateurs et contributeurs) de la célèbre
encyclopédie libre . Il y a désormais celle des intellipedians (comprendre les utilisateurs et contributeurs de la communauté du renseignement US, nouvelle version)

Retour sur l'information :


Le Financial Times daté du 21/08 nous révèle que le DNI (Director of National Intelligence) annonce le lancement d'une plateforme collaborative d'échange pour la communauté du renseignement US en décembre prochain sous le vocable « A-Space ».

Là où l'inspiration trouve sa source dans la logique des « réseaux sociaux » (Myspace et Facebook notamment), il est intéressant de revenir sur une initiative (plus ancienne) qui devrait logiquement s'articuler avec celle-ci.

Je veux parler d'Intellipedia - dont l'origine remonte au DNI qui souhaite insuffler dans cette communauté une « révolution culturelle » dans les comportements afin de diffuser les pratiques collaboratives et systématiser le partage d'information entre agences, et plus encore entre agents. Le principe : une plateforme de partage des données collectées et produites par la communauté basée sur un wiki.

Mais qu'on ne s'y trompe pas : même si ç'a a l'apparence de wikipedia, sa forme, son esprit, ce n'est pas wikipedia !

Et pour mieux s'en convaincre, il est intéressant de suivre la démonstration faite en mai dernier par un agent de la NGIA (National Geospatial-Intelligence Agency) en charge de la gestion des connaissances pour la communauté des Intellipedians. Pour les plus courageux la démonstration en ligne dure plus de 30 minutes et elle est agrémentée de diapositives dont une qui nous révèle l'écran d'accueil de la National Open Source Enterprise (tout petit détail pour ceux qui ont une bonne vue : l'adresse de connexion est détectable à l'écran, mais l'enthousiasme est de courte durée, puisqu'il s'agit – il ne faut pas rêver - d'un accès protégé réservé aux agents de la communauté du renseignement US).

Au-delà de la technologie, on comprend mieux pourquoi l'outil est – du point de vue de ses initiateurs (qui n'est pas forcément celui des utilisateurs potentiels) – destiné à insuffler une nouvelle philosophie dans le monde du renseignement à partir des pratiques collaboratives. On peut penser quà terme, les modes de fonctionnement de ces agences vont être redéfinis en même temps que les modes de production du renseignement. A moins que les réticences des utilisateurs ne viennnent contrarier sa mise en oeuvre (culture du secret oblige) ou que la somme des intérêts individuels de chaque agence soit supérieure à l'intérêt collectif de l'ensemble.

Mais en conclusion, comme le précise l'orateur, peu importe à quelle agence vous appartenez, ce qui compte c'est qui vous êtes et ce que vous apporter à l'ensemble. Pour reprendre le discours d'investiture d'un Président américain : … Ask what you can do for your country !

La présentation sur le site de Federal Computer Week

____________________________________

Ressources :

L'espionnage version 2.0

Pour compléter l'information 2 articles parus dans Government Computer News :

Spy agencies adapt social software, federated search tools

Meyerrose to helm new information sharing panel


Kennedy_investiture.mp3 Kennedy_investiture.mp3  (328.37 Ko)



Rédigé par ludovic bour le 26/08/2007 à 23:22 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Google Furl Y! Technorati Viadeo Pinterest

Nouveau commentaire :

Syndication
RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile

Add to Netvibes

Abonnement Bloglines

Add to Google

/a_la_une

Subscribe in NewsGator Online



Vous n'utilisez pas d'agrégateur de flux RSS Vous pouvez recevoir - dès parution - les billets de ce weblog sur votre outil de messagerie en vous inscrivant ci-dessous


entrez votre adresse e-mail :