l'information circule dans l'entreprise, je l'ai souvent croisée devant la ... machine à café


Translation

Powered by Google

 
Diverses études pointent le fait qu'une proportion importante de la veille effectuée par les entreprises et les PME en particulier se fasse sur la presse quelle soit généraliste, professionnelle et spécialisée.
On peut dès lors s'interroger sur les évolutions de la presse et leurs impacts sur les logiques de veille dans un environnement professionnel.

Les mouvements capitalistiques de ces derniers mois révèlent un changement profond dans l'évolution de la filière presse et en particulier des modèles économiques qui y ont cours. Pour mémoire, on retiendra :
  1. les négociations en cours pour le rachat du groupe Les Echos par LVMH, et la contre offre du groupe Fimalac pour constituter le principal pôle d'information financière en Europe
     
  2. la prise de contrôle du groupe DowJones (qui édite entre autre le Wall Street Journal) par le groupe Newscorp de Ruppert Murdoch
Pour revenir sur ce dernier point (qui est emblématique des tendances lourdes qui se dessine sur la filière), il est intéressant de relever les dernières déclarations de R. Murdoch pour comprendre en quoi les modalités d'accès à l'information par les entreprises vont être profondément modifiées.

L'édition électronique du Wall Street Journal jusqu'alors accessible depuis une formule abonnement passerait en accès libre et gratuit. Il n'en fallait pas plus pour que le New York Times annonce l'accès libre à une partie des données du site jusque là payantes.

Jusqu'alors les éditions électroniques des principaux quotidiens reposaient - en règle générale - sur la coexistence de contenus en accès gratuit et du payant. Le juste équilibre consiste à capter suffisamment de trafic sur une information de "premier niveau" pour générer des recettes publicitaires et vendre des formules d'abonnemment sur des contenus à plus forte valeur ajoutée ou encore des services (accès aux archives, alertes, etc...)

Le fait que R. Murdoch veuille redéfinir le modèle économique d'origine du WSJ interactif en rendant son accès gratuit renvoie un message fort au marché : la course à l'audience est lancée.

On assiste dès lors à un déplacement des schémas classiques de la valorisation de l'information et de ses contenus. Les turbulences observées sur le secteur de la presse technique et professionnelle ne sont pas sans conséquence sur l'organisation de la diffusion de ces informations, notamment vers les entreprises. On peut aussi s'interroger sur la pérennité de certains titres qui n'auront pas su capter la manne des investissements publicitaires faute d'audience significative.

La disparition de certains titres est déjà programmée, de même que la diffusion de contenus à valeur ajoutée pour des professionnels très typés via l'abonnement à des lettres d'information et autres services d'alerte spécialisés ou encore accessible via des fonds proposés par des services d'agrégation, ont déjà sérieusement modifié l'accès des entreprises et des PME en particulier à ces sources de veille.

Quel paradoxe ! Alors que l'état de surabondance informationnelle est régulièrement avancé, on assiste à un tarissement des sources de veille pour les entreprises. La question que l'on peut aussi légitimement se poser n'est-elle pas : va t-on vers une dépréciation des contenus de la presse ? Ou tout du moins une tendance forte vers plus de factuel (sur la base des dépêches des agences de presse) pour moins d'analyse ?

Pour compléter l'info : la presse papier est-elle sous pression

Rédigé par ludovic bour le 25/09/2007 à 20:17 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Google Furl Y! Technorati Viadeo Pinterest
Syndication
RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile

Add to Netvibes

Abonnement Bloglines

Add to Google

/a_la_une

Subscribe in NewsGator Online



Vous n'utilisez pas d'agrégateur de flux RSS Vous pouvez recevoir - dès parution - les billets de ce weblog sur votre outil de messagerie en vous inscrivant ci-dessous


entrez votre adresse e-mail :