l'information circule dans l'entreprise, je l'ai souvent croisée devant la ... machine à café


Translation

Powered by Google

netscape
netscape
C'est l'histoire d'un chassé en passe de devenir chasseur ; ou encore d'une proie devenue prédateur qui annonce le lancement de sa "killer application" dans le domaine des "social news" ou sites communautaires de publication de nouvelles d'actualité.

Tout ceci se passe sous le soleil californien à l'ombre des géants (il ne s'agit pas de Séquoïa) de la Net économie.

C'est comme un film hollywoodien ou le coming out d'une star passée de la désormais ancienne "Nouvelle économie".

Netscape : le retour ?

Où comment exploiter une marque à forte notoriété pour lancer un nouveau service de type Web 2.0 (c'est tendance qui en doute maintenant ?)

Résumé des faits : la marque Netscape.com est aujourd'hui exploitée par AOL qui en est propriétaire. On y trouve un portail à l'image de ce que propose Yahoo. AOL annonce le remplacement de ce portail par un site de "social news" où le principe est de permettre aux internautes de publier des nouvelles qui seront ensuite évaluées - sous forme de vote - par les autres internautes. Les plus populaires classées par thème seront celles qui auront enregistrées le plus grand nombre de votes et apparaîtront donc en haut de liste (mais pas tout à fait dans le cas de Netscape). C'est ce que propose Digg ses clones français TapeMoi et Fuzz. Les spécificités que propose Netscape :
  1. une contribution éditoriale avec des suggestions d'articles
  2. un classement par chaîne (ce que les concurrents proposent déjà)
  3.  la possibilté pour les internautes qui soumettent des nouvelles de les affecter d'un système de classification par mots-clés (tags) pour en faciliter la recherche ultérieure et détecter des nouvelles autres qui peuvent être liées ; cette fonctionnalité est assortie d'un nuage de tag des termes les plus répertoriés sur les dernières 24 heures (pratique pour coller à l'actualité) 
  4. un système d'alerte sur les dernières dépêches mises en ligne, ainsi que sur les commentaires à l'intérieur des dépêches 
  5. un chat en temps réel avec les éditorialistes sur les nouvelles parues et commentées (à venir)
On peut dire que ce qui différencie l'offre Netscape par rapport aux autres acteurs du marché et Digg en particulier, c'est qu'on passe d'un système d'autorégulation strict à un système participatif avec une régulation éditoriale de l'éditeur. Ce qui dans les faits se traduit par l'intervention d'éditorialistes de Netscape (dénommés "Anchors") qui proposent une suggestion de nouvelles et qui par ailleurs remontent en haut de chaque liste (que ce soit sur la home page ou dans chaque chaîne) des nouvelles jugées les plus pertinentes ; là où Digg se refuse à effectuer tout contrôle éditorial.

Lancement de la version béta le 15 juin dernier avec en ligne de mire le 1er juillet pour l'annonce officielle de ce qu'un dirigeant d'AOL présente déjà comme du "journalisme open source".

Pour l'anecdote : Netscape est domicilié à ... Mountain View. Il va falloir que je fasse preuve de prudence à l'avenir quand je parlerai de la firme de MV. Ce qui est moins anecdotique, c'est que le portail actuel Netscape délivre chaque mois 811 millions de pages vues (peut-on parler de retour ?). Digg a du souci à se faire !

Source : MercuryNews (je vous l'avais bien dit que cela se passait sous le soleil californien)

Dans un registre similaire (mais un logique de moteur de recherche en plus), je vous invite à revoir le billet sur Wikio

Rédigé par la machine à café le 16/06/2006 à 19:57 | Commentaires (0) | Permalien | Trackbacks (0)

Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Google Furl Y! Technorati Viadeo Pinterest
Syndication
RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile

Add to Netvibes

Abonnement Bloglines

Add to Google

/a_la_une

Subscribe in NewsGator Online



Vous n'utilisez pas d'agrégateur de flux RSS Vous pouvez recevoir - dès parution - les billets de ce weblog sur votre outil de messagerie en vous inscrivant ci-dessous


entrez votre adresse e-mail :