l'information circule dans l'entreprise, je l'ai souvent croisée devant la ... machine à café


Translation

Powered by Google




medium_univers_provence.gif










L'Université de Provence a conduit fin 2005 sous la responsabilité de J. Véronis (l'auteur du site Technologies du Langage qui propose une approche statistique de la linguistique) une étude comparative sur 6 moteurs de recherche.

Les moteurs analysés sont :

    - 3 français (Exalead, Dir.com du groupe Iliad et Voila)
    - 3 américains (Google, MSN et Yahoo)

Le protocole de recherche est précisé dans un document de synthèse, ainsi que l'évaluation des résultats.

Justement côté résultats, le tiercé gagnant est :

Google et Yahoo en tête avec des indices de "pertinence perçue" de 2,3 chacun sur une échelle d'appréciation qui va de 0 à 5. On notera que les 3 français font la course en queue de peloton, mais que globalement (l'honneur est sauf) aucun des moteurs analysés n'atteint la moyenne.

Pour aller plus loin, l'analyse sur ce critère de "pertinence perçue" montre que les résultats qui obtiennent la note 0 (et donc jugés comme totalement inutiles par rapport aux termes de la requête) sont nombreuxpour ne pas dire inquiétants. Ainsi, la prime du nombre de résultats sans intérêts revient à Voila (leur proportion y serait de 53,1 %,autant dire un résultat sur 2 jugé sans intérêt), le meilleur taux étant réalisé par Yahoo avec 27,7 % (ce qui représente tout de même un "déchet" de 1 sur 3)

Pour résumer, c'est pas terrible et certains y verront là un signe encourageant pour développer l'idée qu'il y a la place pour d'autres moteurs (à base d'analyse sémantique, moteur collaboratif ou communautaire, vertical search, etc ...)

Cependant, attention à ne pas tirer de conclusions trop hâtives. Comme le précisent les auteurs de l'étude, il s'agit d'un instantané des performances de moteurs de recherche à un instant donné (fin 2005) qui plus est dans un usage courant non professionnel (voir les termes des requêtes effectuées).

Enfin, rien - au terme de cette étude - ne permet d'expliquer le goût immodéré des internautes français pour le moteur Google avec 82,2 % du trafic (source Xiti) capté par l'ensemble des moteurs.

Dans ce contexte quasi hégémonique d'une marque par rapport aux autres, on peut dire que le projet Quaero n'entame pas une partie de plaisir (étant considéré que son objectif affiché - tout du moins par les pouvoirs publics - est de venir concurrencer Google sur son terrain de jeu). On peut déjà se demander quel sera l'avantage comparatif que le projet en question pourra mettre en avant pour faire que les internautes modifient leurs habitudes bienétablies et viennent effectuer leurs recherche sur le dit moteur dont soit dit en passant l'algorithme repose- sauf erreur de ma part - sur celui d'un des 6 moteurs analysés (devinez lequel ? il n'est pas dans le tiercé gagnant).

Mais comme le dit un proverbe chinois : "Quand le doigt montre la lune, l'imbécile regarde le doigt"

Et pour ceux qui en redemandent : "Quand tu es arrivé au sommet de la montagne, continue de grimper"

Pour consulter l'étude

Son résumé


Rédigé par la machine à café le 18/05/2006 à 22:05 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Google Furl Y! Technorati Viadeo Pinterest

Nouveau commentaire :

Syndication
RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile

Add to Netvibes

Abonnement Bloglines

Add to Google

/a_la_une

Subscribe in NewsGator Online



Vous n'utilisez pas d'agrégateur de flux RSS Vous pouvez recevoir - dès parution - les billets de ce weblog sur votre outil de messagerie en vous inscrivant ci-dessous


entrez votre adresse e-mail :