l'information circule dans l'entreprise, je l'ai souvent croisée devant la ... machine à café


Translation

Powered by Google

Revue de presse autour du Web 2.0


Voilà un thème qui occupe de plus en plus d'espace médiatique, c'est le moins qu'on puisse dire.

Web 2.0, vous ne pouvez plus y échapper.

Pour preuve, voici une revue de presse (quotidienne nationale) récente mais non exhaustive :

  1. P. Chappaz (le fondateur de la success story Kelkoo) anime une chronique hebdomadaire dans Libération. Le thème : les nouvelles frontières de l'Internet appelée 2.0
  2. Le Monde n'est pas en reste. Pour preuve, depuis le 12 juin et pour la semaine entière, le quotidien a posé chaque jour la question à ses lecteurs : êtes vous 2.0 ? 
  3. un article en date du 15 juin paru dans Les Echos sur le match que se livrent Yahoo et Google sur la recherche d'information en langage naturel avec en toile de fond le ... Web 2.0 
Voilà donc revenu le temps des faiseurs de rêves à base de technologies et d'innovation marketing. Où l'on reparle de start-up, d'acquisitions, de nouveaux modèles économiques (qui se cherchent toujours, même si les revenus publicitaires semblent y prendre une part prépondérante ; Cf. le billet du 06.12.05 ). Certains chroniqueurs s'avancent à y voir là la constitution d'une nouvelle bulle financière.

Sans revenir sur ses caractéristiques (voir la rubrique qui lui est dédiée), on retiendra que le Web 2.0 "replace l'internaute ou l'utilisateur au centre du réseau" (c'est dit dans l'article paru dans Le Monde en date du 12.06.06).

Soit ! Mais, dans ce raccourci on donne déjà un premier élément d'appréciation : et si le web 2.0 n'était qu'un concept marketing qui se cache derrière un discours humaniste et universaliste où le partage est la règle d'or, le bénéfice mutuel la raison d'être et le développement des connaissances l'objectif d'une société de l'information devenue vertueuse ? Car après tout, dans l'environnement sémantique qui est le sien, il est bien question de : financement, marché, modèle économique, utilisateur, client, annonceur, acquisition, part d'audience, etc ...

Faut-il crier gare au loup ? ou encore y voir une supercherie orchestrée par les marketeurs des poids lourds de la net économie ?

C'est en tout cas, un discours qui aujourd'hui rencontre un échos proportionnel au buzz que génère le Web 2.0. C'est notamment l'argument développé par K. Dubost qui dans la-grange.net assimilait ouvertement le web 2.0 à un "piège à ...". C'est aussi reprendre l'idée que le Web 2.0 va permettre de constituer des bases de données extrêmement fines (à des coûts minimisés) à des fins commerciales, on s'en doute et que derrière la gratuité se cache un système intrusif.

Dis moi qui tu es ? ce que tu fais ? à quelle communauté appartiens tu ? ce que tu veux ?

Bienvenu dans le Web 2.0

Pour compléter l'information : Why Web 2.0 will end your privacy



Rédigé par la machine à café le 19/06/2006 à 19:44 | Commentaires (0) | Permalien | Trackbacks (0)

Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Google Furl Y! Technorati Viadeo Pinterest

A l'origine, il y a un concept défini par Tim O'Reilly

Un long article daté du 30.09.2005 vient préciser ce concept de web réputé "nouvelle génération". Des traductions et synthèses (en voici une) ont alors permis à un public francophone d'approcher le "monde merveilleux" du Web 2.0

En parcourant InternetActu, voilà que l'intégralité de la traduction du texte fondateur m'est proposée ... en français ; et j'avoue par la même mon manque de courage à l'origine pour lire dans le texte l'article à sa parution.

Navigation faisant, je m'aperçois en retournant vers le site de T. O'Reilly que la traduction en français y est proposée et qu'il y est bien question d'article fondateur.

Mention spéciale au traducteur : JB Boisseau

Je ne vais donc pas vous refaire la synthèse de cet article, mais retenir cette idée que la tendance qui se dessine avec les applications réputées Web 2.0 permet d'envisager l'Internet comme une plate-forme d'échanges plus précisément définie sous le vocable d'"intelligence collective". L'image qu'emploie T. O'Reilly est celle du cerveau formé de synapses où les interconnexions se renforcent avec l'expérience et la pratique.

Dans ce contexte d'interaction, l'auteur émet l'idée que si le modèle économique (gagnant) des sociétés engagées dans cette tendance reste à préciser, on peut cependant considérer que le Web 2.0 devrait leur permettre de devenir des "assembleurs" de services en ligne.

Enfin pour conclure, l'auteur retient 7 critères qui permettent d'apprécier si une application peut être réputée Web 2.0 ou non :
  1. des services, pas un package logiciel, avec des possibilités d'économie d'échelle
  2. un contrôle sur des sources de données uniques, difficiles à recréer, et dont la richesse s'accroit à mesure que les gens les utilisent
  3. considérer les utilisateurs comme des co-développeurs
  4. tirer partie de l'intelligence collective
  5. toucher le marché jusque dans sa périphérie à travers la mise en place de service « prêt à consommer »
  6. libérer le logiciel du seul PC
  7. offrir de la souplesse dans les interfaces utilisateurs, les modèles de développements ET les modèles d'affaires
La traduction de l'article fondateur

L'original (pour ceux qui considère que la copie n'égale jamais la VO)

La rubrique Web 2.0 de ce weblog

source de l'info : InternetActu

Tags : web 2.0
Rédigé par la machine à café le 02/05/2006 à 08:10 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Google Furl Y! Technorati Viadeo Pinterest


J'avais commencé ce mois par un billet vous informant sur l'initiative d'une société US (Fourio) de cartographier l'implantation des sociétés qui développent des web applications tendance Web 2.0. au niveau mondial. Tout en notant la forte prédominance des sociétés US, j'avais alors alerté le lecteur que le service (Web 2.0 Innovation Map) était en cours de lancement et que l'éditeur invitait les sociétés concernées à venir s'y inscrire.

Qu'en est-il un mois après ?

Eh bien, l'Europe apparaît dorénavant sur la carte mondiale des web app 2.0. On ne peut toujours pas parler d'exhaustivité, on notera au passage quelques problèmes de localisation (la balise Bilbao est positionnée au niveau de ... Perpignan, les basques et catalans apprécieront !).

Autre initiative du même ordre : european web2 startups dont le principe de fonctionnement est équivalent au précédent avec cependant une plus forte exhaustivité sur l'Europe et la France en particulier.

Pas certain, cependant, que toutes les références qui y figurent sont à classer au registre des start-up ou des applications tendance Web 2.0.

A vous de juger


Rédigé par lamachineacafe le 27/02/2006 à 20:15 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Google Furl Y! Technorati Viadeo Pinterest


Portland, vous connaissez ?

Un peu de géographie :

C'est entre Seattle et San Francisco, précisément dans l'état de l'Oregon et dans cet état de l'ouest américain, il n'y a pas que des forêts, il y a aussi Fourio : appelons la une agence web design pour faire simple.

Et puisqu'il est question de géographie, arrêtons nous quelques instants sur une initiative de Fourio qui dresse une carte de l'implantation des sociétés qui développent des web applications tendance Web 2.0. Nom de code :

Web 2.0 Innovation Map


Le principe est simple : il s'agit du croisement d'un service (Google Maps) avec des sources d'information relatives aux sociétés référencées Web 2.0 (internet 2ème génération) dans les sites et weblogs.

Il s'agit - a priori - de dresser une carte mondiale de l'implantation de ces "sociétés innovantes".

L'accès au site se fait directement sur un zoom du territoire américain. On note très vite la forte concentration de ces sociétés sur la côte ouest, une implantation non négligeable sur la partie nord-est. Une balise isolée sur les îles Hawaï. Il faut prendre de la hauteur (ce que permet bien sur Google Maps) pour constater que l'Europe est quasiment absente de la carte des applications Web 2.0. Mais qu'on se rassure, l'éditeur (Fourio) annonce que la carte n'est pas exhaustive et invite les dites sociétés à venir se référencer. La carte est assortie d'une liste avec la ville d'implantation et un lien direct vers le site de la société listée.

Pour information Netvibes (qui se définit comme la première page d'accueil sur mesure du web 2.0.) est installée à ...

... Paris ! Mais Fourio ne le sait pas encore !

Pour se promener dans le monde merveilleux des web app tendance Web 2.0


Rédigé par lamachineacafe le 01/02/2006 à 11:00 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Google Furl Y! Technorati Viadeo Pinterest
21/12/2005


The Best Web 2.0 Software of 2005


On vous l'avait dit, la fin d'année est synonyme de récompense. Le Web 2.0 n'échappe pas à la règle : les meilleures applications qui regénèrent le web ont été traquées, testées, disséquées puis commentées tout au long de l'année 2005. De ces logiciels qui ont fait l'actualité du Web 2.0 sur les 12 derniers mois, certains ont fait davantage l'actualité que d'autres.


Voici - à titre indicatif - un classement des meilleurs applications du Web 2.0 primées sur 2005. Il est réalisé à l'initiative d'un consultant IT américain et n'engage que son auteur. Cependant, il est intéressant de le mentionner car il est assez représentatif de l'actualité 2005 du "web collaboratif" et de ses valeurs vedettes qui ont occupé l'espace médiatique (blogosphère compris). Par ailleurs, ce classement présente l'intérêt d'être catégorisé par usage.


On y trouve notamment :


  1. catégorie Social Bookmarking (marque-pages collaboratif) : del.icio.us (racheté par Yahoo en décembre)
  2. catégorie Web 2.0 Start Pages (page d'entrée personnalisée sur le web) : Netvibes (il s'agit d'une start-up française)
  3. catégorie Online To Do lists (gestion du temps) : Voo2do
  4. catégorie Peer Production News (édition de dépêches) : digg
  5. catégorie Image Storage and Sharing (banque d'images partagées) : Flickr (racheté par Yahoo en mars)
  6. catégorie Project Management and Team Collaboration (gestion de projet et travail d'équipe ) BaseCamp
  7. catégorie Blog Filters (filtres de weblogs) : Memeorandum
etc...

Retrouvez la rubrique Web 2.0 de ce site

Tags : web 2.0
Rédigé par la machine à café le 21/12/2005 à 13:15 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Google Furl Y! Technorati Viadeo Pinterest


Dans des billets récents (retrouvez les dans la rubrique Web 2.0 de ceblog), on vous parlait de Web 2.0 nouvelle tendance des usages sur internet, on vous en donnait quelques exemples d'application.

L'Atelier (Groupe BNP Paribas) revient cette semaine sur les modèles économiques qui émergent autour de ce concept de Web 2.0.

En deux mots, il est fait état de gratuité et de publicité et les modèles sont ceux de Google et de Yahoo. Où le contenu devient gratuit. L'effet de masse sur la communauté constituée par centres d'intérêts (social networking) permet à l'éditeur du site de se financer par la publicité. Et le point d'entrée pour générer du trafic, c'est - entre autre - un bon référencement dans les moteurs de recherche. Bref c'est Google, on y revient toujours et Yahoo dans une moindre mesure. Cela tombe d'autant mieux que Google vend de l'espace publicitaire. La boucle est bouclée. CQFD !

Mais attention, on parlera de publicité intelligente ou de "publicité contextuelle" par opposition à la publicité de masse. En d'autres termes, le message publicitaire est personnalisé au niveau de l'internaute. Internet devient - dans sa configuration Web 2.0 - l'accès privilégié à une multitude de marchés de niche.

Consulter l'article de l'Atelier

Tags : web 2.0
Rédigé par la machine à café le 06/12/2005 à 09:55 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Google Furl Y! Technorati Viadeo Pinterest


Voila un billet qui va alimenter le débat - déjà abondant - sur le Web 2.0 : "Web 2.0 : Le putsch des utilisateurs"

Son auteur - Fred Cavazza - a le mérite de dépasser la définition technique du concept pour nous restituer sous forme synthétique des exemples d'applications concrètes. Où la compréhension du phénomène consiste à ne plus de partir des technologies, mais des usages.
Le billet est construit comme une synthèse de la définition qu'en donne Tim O'Reilly dans un article daté du 30.09.2005 "What is Web 2.0".

Pour résumer : le Web 2.0 serait une tendance de fond qui se caractérise par une interdépendance et une interaction plus forte entre concepteurs et utilisateurs de sites en ligne. Le Web 2.0 apporterait de la sorte une somme de fonctionnalités nouvelles favorisant l'échange.

Le concept définit par O'Reilly synthétisé et traduit

Sans oublier un VC spéciliasé dans le Web 2.0

Le billet du 18.10.2005 intitulé "Web 2.0 : mythes ou réalités"



Tags : web 2.0
Rédigé par la machine à café le 23/11/2005 à 14:50 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Google Furl Y! Technorati Viadeo Pinterest


Bien que le terme web 2.0 ne fasse pas l'unanimité dans la communauté des développeurs, force est de constater que le terme est de plus en plus employé et qu'il génère par la même occasion des débats passionnés pour ne pas dire polémiques.

Au fait, c'est quoi le web 2.0 ?

Disons pour faire simple que c'est une tendance constatée aujourd'hui dans les usages qui sont fait de l'internet. Traduit en des termes plus techniques, disons que l'on est en train de passer de sites statiques (avec peu d'apports nouveaux et de mises à jour) à une gestion decontenu plus dynamique. Tout ceci est rendu possible grâce à des apports techniques qui se traduisent en fonctionnalités nouvelles (citons à titre d'exemple la syndication de contenu, l'agrégation de contenu, les réseaux sociaux, les micro-formats, etc...)

Pour résumer, on dira que le web 2.0 fait que chaque acteur du web est en interaction, d'où le phénomène de développement de réseaux sociaux que l'on constate aujourd'hui avec l'émergence des weblogs, des outils de travail collaboratif et des wikis notamment.

Alors, évolution irrémédiable d'une forme d'usage du web (lecture passive) à une autre beaucoup plus interactive (où le lecteur devient rédacteur) ? Ou bien effet de mode ? Disons que le web 2.0 est plutôt une tendance qui s'inscrit dans une continuité -dixit Tristan Nitot  (Président de Mozilla Europe et gourou du logiciel libre en France) - celle du web "classique" qui fait que les principales caractéristiques qui permettent de définir l'internet n'ont pas fondamentalement changées : un langage (le html), un navigateur et un URL (adresse de consultation de pages).

Définition proposée par Wikipédia

complétée par la version en anglais plus élaborée

Quelques liens pour alimenter le débat :

Standblog

FredCavazza.net : Simplifions l'internet

InternetActu.net

Are you ready for web 2.0 ?

Tags : web 2.0
Rédigé par la machine à café le 18/10/2005 à 19:50 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Google Furl Y! Technorati Viadeo Pinterest
1 2
Syndication
RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile

Add to Netvibes

Abonnement Bloglines

Add to Google

/a_la_une

Subscribe in NewsGator Online



Vous n'utilisez pas d'agrégateur de flux RSS Vous pouvez recevoir - dès parution - les billets de ce weblog sur votre outil de messagerie en vous inscrivant ci-dessous


entrez votre adresse e-mail :