Chaque mois, l'actualité mondiale des noms de domaine


Pour vous abonner à DNS News

Pour vous abonner gratuitement à DNS News, veuillez écrire à

dnsnews-subscribe@yahoogroups.com


Qui sommes-nous?

Loïc Damilaville


Editeur de DNS News depuis 1998, Loïc Damilaville travaille depuis 1997 sur les problématiques liées aux noms de domaine.

Il a fondé en 2005 le Club Noms de domaine, destiné à réunir les personnes en charge des noms de domaine au sein des grandes enteprises.

Il est auteur du Livre blanc sur la gestion des noms de domaine parrainé par l'ACSEL, l'AFNIC, l'APCE, l'APRAM, la CCIP, le CEFAC, le CIGREF, le Club de l'économie numérique, l'INPI, l'ISOC France, le MEDEF, le Ministère de l'économie, des finances et de l'emploi, et l'Union des Fabricants.

Loïc Damilaville est adjoint au directeur général de l'AFNIC.

Il mène aussi des missions de conseil auprès des grands comptes pour les assister dans l'élaboration, la mise en place et le suivi de leurs stratégies de nommage et de présence sur internet.

Contact:
loic[at]dns-news.fr
ou 01 49 73 79 06


Edito novembre 2021 : le marché des noms de domaine au beau fixe, l’ICANN et la Commission européennes pareilles à elles-mêmes…

Etat statistique des nTLDs au samedi 27/11/21 (données publiées)

Les nTLDs ont enregistré en novembre leur 2e mois de croissance consécutif, dépassant les 26 millions de noms avec un solde net de 600 000 noms. Le nombre de registrars proposant les nTLDs continue d’augmenter.
Tout comme en octobre, la progression constatée se fait en dépit du Top 5 qui perd 50 000 noms. Ceci témoigne de la solidité de la dynamique de croissance hors grands nTLDs la plupart du temps low-cost, et du développement rapide de « challengers » que nous verrons peut-être bientôt arriver dans les premières places.

Le marché des noms de domaine se porte toujours bien

Au-delà des stocks et créations, taux de croissance et de renouvellement, une autre source pour tâter le pouls du marché est de savoir comment se portent les sociétés du secteur.
La première est l’ICANN, dont les budgets sont au moins partiellement assis sur les volumes. On apprend avec intérêt (1) que les estimations faites pour le budget de la société californienne ont une nouvelle fois été dépassées par les performances réalisées (non par l’ICANN, dont la rémunération n’est pas liée à son efficience, mais par les acteurs registres et registrars qui doivent lui payer une dîme).
Les sociétés cotées en bourse sont une source précieuse : ce mois-ci, GoDaddy (2) comme CentralNic (3) affichent des résultats supérieurs aux attentes et s’estiment optimistes pour les prochains mois.
Wix enfin (4), plate-forme d’édition de sites web ayant fortement profité des conséquences du Covid en termes d’accélération de la transition numérique, « rebondit » au 3e trimestre après un 2e trimestre dont on avait pu croire qu’il annonçait la fin de la période exceptionnelle née de la pandémie pour le marché des noms de domaine.


Prochain round : encore et toujours de la patience

Ce n’est pas un scoop et il est inutile d’y consacrer de longues analyses : la réunion ICANN72 a comme d’habitude été l’occasion d’échanges autour du « prochain round », qui bien sûr n’a jamais été aussi proche, tout en n’étant pas encore pour demain (5). La date de 2023 communiquée par SIDN (6) semble assez optimiste.
Pour les ccTLDs, cette réunion eut un point d’attention particulier concernant les conditions et procédures de suppression des extensions ne correspondant plus à un code « actif » de la liste ISO-3166-1 (7).


WHOIS et données personnelles

Sur le front du WHOIS, l’ICANN, qui n’a pas respecté la date butoir fixée en septembre « parce que les enquêtes réalisées soulevaient plus de questions que de réponses », s’est octroyé 6 mois supplémentaires (8) pour compléter « l’Operational Design Phase for the System for Standardized Access and Disclosure ». Six ans serait peut-être plus réaliste.
L’ICANN a toutefois déjà des idées assez avancées sur la manière qu’elle aura de faire de l’argent sur le dos des ayants droits, même si le modèle n’est pas encore abouti (9). Sans jouer inutilement au Cassandre de salon, le mode payant suscitera vraisemblablement des attentes inouïes chez les « clients », comme par exemple d’accéder à des données réelles et fiables. Lorsqu’ils s’apercevront qu’ils obtiennent uniquement des données bidons ou les coordonnées de « proxies », ils s’inquièteront sans doute auprès de l’ICANN des mesures qu’elle compte prendre pour fiabiliser le WHOIS. Ces mesures se bornent pour l’instant à l’envoi d’un email demandant aux titulaires de bien vouloir mettre à jour leurs informations si elles sont obsolètes ou fausses, ceci non pour « fiabiliser le WHOIS » mais pour dégager la responsabilité juridique de l’ICANN. Il faudra vingt ans pour qu’un autre « Expedited xxx Group » parvienne à des « propositions » qui auront d’ailleurs de bonnes chances de rester optionnelles…
Tout ceci intervient en effet dans un contexte où le Conseil du GNSO (Generic Names Supporting Organization) a approuvé (10) de timides mesures d’évolution du WHOIS, les deux principales étant
a) la création d’un champ supplémentaire pour différencier les personnes morales des personnes physiques (en vue de l’anonymisation des données de celles-ci), et
b) la définition comme un « standard » du fait de disposer dans le WHOIS d’une adresse email anonymisée pour les titulaires.
Deux mesures fort intéressantes et que l’on pourrait croire anodines, et même utiles (la distinction entre personnes morales et physiques existe à l’Afnic depuis 2006). Mais elles ont suscité de graves dissentiments entre les parties prenantes et ne seront d’ailleurs nullement rendues obligatoires. Les registres et registrars pourront donc continuer de faire comme si elles n’existaient pas, dans la mesure où implémenter cette décision leur coûterait de l’argent tout en risquant d’indisposer de gros clients. Il est en effet peu probable que les grands domainers et les bad guys déposant des milliers de noms le fassent en leur nom personnel, mais même la révélation des noms de leurs entreprises écrans ne leur ferait pas plaisir.
Les personnes engagées dans ce processus long et épuisant, qui accouche systématiquement de souris anémiques, ont beaucoup de mérite pour leur implication persistante. Elles se montrent pour la plupart très critiques non seulement avec les décisions prises contre l’avis de tout le monde (ce qui est fort en termes de « consensus-based process ») mais aussi avec les processus ICANN eux-mêmes.
Ce n’est pas la première fois que les déficiences de ces processus apparaissent, pour la question du WHOIS comme pour d’autres. L’impression générale est que le Board comme la direction du staff s’en contrefichent éperduement et ne veulent pas ouvrir une autre boîte de Pandore. Les velléités d’amélioration du moindre processus devraient en effet passer par d’interminables négociations sans forcément aboutir à autre chose que la confirmation, faute de mieux, du processus que l’on voulait améliorer.


NIS-II, la Commission européenne a encore frappé

Un récent « post » du CENTR (association des registres de ccTLDs européens) tire publiquement la sonnette d’alarme au sujet d’une directive NIS-II préparée par Bruxelles en vue de renforcer la cyber sécurité dans l’Union européenne. L’alerte semble chaude :

While the NIS 2 Directive proposal is essentially built on its currently valid predecessor - the NIS Directive, it also introduces several changes that can have a profound effect on the global internet infrastructure. Although the intentions of the NIS 2 proposal are noble, the discussions on the final legislative text within the EU are introducing additional obligations on internet infrastructure operators that, if adopted, will be very difficult to comply with.
In return, NIS 2 will hamper the competitiveness of the EU domain name industry and essentially create more paperwork. What is worse, these additional burdens on EU operators will not achieve any greater cybersecurity.

Il semblerait que l’équipe du RGPD ait été attelée à NIS-II, ou bien que cette Commission détienne l’art de formater ses fonctionnaires au point qu’ils parviennent tous à élaborer des textes impossibles à appliquer et entrant en contradiction les uns avec les autres. Même en faisant la part d’une éventuelle intention de la part du CENTR de protéger les intérêts de ses membres, la suite de l’article (dont je ne suis pas assez juriste pour faire une exégèse fine) décrit bien toutes les nouvelles questions posées par le texte. En substance, j’en retiens que NIS-II prend le contrepied du RGPD en exigeant des « opérateurs de services essentiels » qu’ils collectent et stockent les données les plus fiables possibles sur tous leurs clients (les registrars sont donc concernés autant que les registres). D’un côté, donc, interdiction de collecter et plus encore de communiquer des données personnelles sans s’exposer à de graves amendes ; de l’autre, obligation de devoir les présenter « à tout demandeur légitime » et, naturellement, qu’elles soient exactes.
On identifie bien ici la main gauche et la main droite de la Commission. On cherche encore le cerveau… L’article est très détaillé, très clair et mérite vraiment d’être lu car ce qui est ici décrit sous l’angle des registres et registrars touchera demain toutes les organisations ayant à collecter les informations personnelles de leurs clients.

(1) ICANN domains revenue ahead of estimates again
http://domainincite.com/27204-icann-domains-revenue-ahead-of-estimates-again
(2) GoDaddy Q3 revenue rose 14% year over year. Stock up close to 9% in after hours trading
https://www.thedomains.com/2021/11/03/godaddy-q3-revenue-rose-14-year-over-year-stock-up-close-to-9-in-after-hours-trading/
(3) CentralNic bullish on remainder of year
https://domainnamewire.com/2021/11/22/centralnic-bullish-on-remainder-of-year/
(4) Wix’s business rebounds in Q3
https://domainnamewire.com/2021/11/12/wixs-business-rebounds-in-q3/
(5) Big dose of reality for gTLD-hungry dot-brand applicants
http://domainincite.com/27169-big-dose-of-reality-for-gtld-hungry-dot-brand-applicants
(6) New gTLD application window put back to 2023
https://www.sidn.nl/en/news-and-blogs/new-gtld-application-window-put-back-to-2023
(7) ICANN72: Why every ccTLD should care about the ccNSO guidelines review
https://www.centr.org/news/blog/icann72-ccnso.html
(8) ICANN adds another six months to Whois reform roadmap
http://domainincite.com/27209-icann-adds-another-six-months-to-whois-reform-roadmap
(9) ICANN teases prices for private Whois lookups
http://domainincite.com/27213-icann-teases-prices-for-private-whois-lookups
(10) Whois rule changes that nobody likes get approved anyway
http://domainincite.com/27175-whois-rule-changes-that-nobody-likes-get-approved-anyway
(11) NIS 2: pay attention or pay the costs
https://www.centr.org/news/blog/nis2-costs.html