Chaque mois, l'actualité mondiale des noms de domaine


Pour vous abonner à DNS News

Pour vous abonner gratuitement à DNS News, veuillez écrire à

dnsnews-subscribe@yahoogroups.com


Qui sommes-nous?

Loïc Damilaville


Editeur de DNS News depuis 1998, Loïc Damilaville travaille depuis 1997 sur les problématiques liées aux noms de domaine.

Il a fondé en 2005 le Club Noms de domaine, destiné à réunir les personnes en charge des noms de domaine au sein des grandes enteprises.

Il est auteur du Livre blanc sur la gestion des noms de domaine parrainé par l'ACSEL, l'AFNIC, l'APCE, l'APRAM, la CCIP, le CEFAC, le CIGREF, le Club de l'économie numérique, l'INPI, l'ISOC France, le MEDEF, le Ministère de l'économie, des finances et de l'emploi, et l'Union des Fabricants.

Loïc Damilaville est adjoint au directeur général de l'AFNIC.

Il mène aussi des missions de conseil auprès des grands comptes pour les assister dans l'élaboration, la mise en place et le suivi de leurs stratégies de nommage et de présence sur internet.

Contact:
loic[at]dns-news.fr
ou 01 49 73 79 06


Edito octobre 2019 : le WHOIS, chronique d’une mort annoncée…

Etat statistique des nTLDs au samedi 9/11/19 (données publiées)

Les nTLDs oscillent en dents de scie depuis le début de l’année, sans qu’une tendance puisse vraiment être discernée. Après le rebond du mois d’août s’est produit une nouvelle rechute en septembre, suivie d’un rebond en octobre (+1.6 million de noms).

WHOIS – toujours le brouillard

Le seul intitulé de « WHOIS » – « Qui est-ce ? » sera peut-être demain une « private joke » pour vieux briscards – ceux qui auront connu le temps devenu mythique où l’on pouvait librement et gratuitement connaître le titulaire d’un nom de domaine. Quelques articles ont fleuri sur la question ces dernières semaines, sans doute du fait de l’ICANN 66. On y lit des plaintes devenues récurrentes sur le fait que les professionnels de la protection des droits ne peuvent plus travailler, ou bien encore que l’ICANN n’en finit pas « d’expédier » ce process (1, 2). La « communauté » exerce de plus en plus de « pressions » sur le Board de l’ICANN (3) mais celui-ci ne peut pas grand-chose au fait que la question soit complexe et les intérêts des parties en présence absolument divergents. A la question de savoir ce qui peut être diffusé – à peu près réglée – s’ajoute celle, plus épineuse, des modalités d’accès. N’écoutant que leur sens du dévouement à la communauté de l’Internet, bien des acteurs économiques s’intéressent de près à la manière dont ils pourraient rendre leur « dévouement » incontournable.
De manière strictement inverse, les mêmes acteurs et d’autres ne veulent pas s’occuper d’autres phénomènes pourtant préjudiciables à l’internet, tel le SPAM, consentant seulement à considérer la question si ce SPAM est lié à des opérations de phishing ou de diffusion de malwares (4). Tout ceci fait un peu penser à certains immeubles de l’époque soviétique où les parties communes étaient dévastées, personne ne s’en sentant responsable et pillant allègrement les ampoules électriques des couloirs dès qu’elles étaient remplacées. Qui s’occupe vraiment aujourd’hui de la « maison commune » Internet ?
On peut cependant comprendre ce processus dès lors qu’accepter une responsabilité engendre nécessairement des aspects juridiques, et que ce qu’une personne ou une entreprise aurait fait de bonne volonté, elle ne le fera pas s’il y a à la clef un risque de procès. La « juridisation » de tous les liens entre acteurs sur internet est une conséquence nécessaire de la maturité de celui-ci, mais poussée à l’extrême – la confiance et la bonne volonté étant remplacées par des contrats et des obligations – elle ne manquerait pas de tuer tout ce qui a jadis contribué à donner naissance à l’Internet.
Est-ce déjà un discours nostalgique d’un âge d’or où tout était possible, parce que tout était permis ? Certainement pas. Mais seulement le constat que ligoter Internet dans une foule de bandelettes juridiques contribuera sans doute plus à sa momification qu’à son épanouissement.
Pour finir sur le sujet du WHOIS, notons la volonté assez récemment avouée par l’ICANN de mettre un terme à l’existence de cet outil pourtant précieux (5, 6) au motif que le RGPD le rendrait « obsolète ». Nous n’en sommes heureusement pas encre à considérer le Web comme « obsolète » au motif que des centaines de millions de noms de personnnes figurent sur des millions de pages web, souvent à leur insu. Cette volonté affichée par l’ICANN est sans doute une manière de faire comprendre aux acteurs « dévoués » ou non que la transition vers un nouveau schéma devrait se faire dans les plus brefs délais.

Les « abus du DNS »

S’ils ne sont pas enclins à lutter contre le SPAM en tant que tel, certains registres et registrars se sont rapprochés pour rédiger une déclaration commune concernant la manière dont ils sont prêts à s’engager pour combattre les « abus du DNS », définis comme « les malwares, les botnets, le phishing, le pharming, et le SPAM (lorsqu’il sert de mécanisme de diffusion des autres formes d’abus) » (7).
Il ne serait que temps de commencer à travailler sérieusement contre la prolifération des « abus ». L’étude régulièrement publiée par SPAMHAUS concernant les extensions les plus utilisées dans le cadre de ces « abus » (8) met par exemple en avant que le .COM est de très loin la plus exploitée par les « bad guys », environ 8 fois plus que le .NET qui arrive en 2e place. Suivent le .INFO, le .RU, le .TOP, le .PW, le .ORG, le .XYZ, le .EU, le .ICU, le .GA, le .TK… Mais il ne suffit pas de montrer du doigt, il faudrait réfléchir avec ces registres et avec les registrars – s’ils y consentent – aux manières d’endiguer le flot. Malheureusement, dans un certain nombre de cas les modèles économiques mêmes des acteurs ont été conçus sinon pour contribuer aux « abus », du moins pour faciliter la vie de « bons clients » dès lors que ceux-ci paient bien, et quoiqu’ils fassent par ailleurs.

Les « jeunes » brimés plus que les « vieux » dans l’univers ICANN ?

Une intéressante étude sociologique de la « communauté ICANN » (9, 10) montre que ce sont les « jeunes » qui ont l’impression d’y être « brimés » (le mot est fort) plus que les « anciens », phénomène inverse à ce qui se rencontre habituellement dans les autres contextes professionnels. Le prisme est sans doute que l’on y respecterait plus l’expérience et l’expertise. Ce résultat est assez fort dans ses implications : on croise en effet souvent à l’ICANN et dans les publications quelques « pères fondateurs » (*) ou assimilés entourés d’égards, mais cela signifie en corollaire que ces « anciens » ont su rester à la page au point de vue technique – ou que les technologies n’ont pas énormément évolué, leur permettant de conserver une expertise pertinente, assise sur une expérience que ne sauraient leur disputer les plus « jeunes ». Un autre aspect des choses est que l’ICANN est un cercle où se chipotent beaucoup de questions politiques ou à forts enjeux économiques : ce sont donc plus souvent des « managers » qui y interviennent, et donc des personnes n’appartenant pas aux tranches les plus « juvéniles ».

(1) The End of the Road: ICANN, Whois, and Regulation
http://www.circleid.com/posts/20190925_the_end_of_the_road_icann_whois_and_regulation/
(2) Domain Enforcement in a Post-GDPR World
http://www.circleid.com/posts/20191014_domain_enforcement_in_a_post_gdpr_world/
(3) Crunch time, again, for Whois access policy
http://domainincite.com/24846-crunch-time-again-for-whois-access-policy
(4) Spam is not our problem, major domain firms say ahead of ICANN 66
http://domainincite.com/24852-spam-is-not-our-problem-major-domain-firms-say-ahead-of-icann-66
(5) ICANN enters talks to kill off Whois for good
http://domainincite.com/24885-icann-enters-talks-to-kill-off-whois-for-good
(6) ICANN Enters Final Negotiations On WHOIS Replacement After EU’s GDPR Rendered It Obsolete
http://www.domainpulse.com/2019/10/25/icann-final-whois-replacement-gdpr-rdap/
(7) Leading Domain Registries and Registrars Release Joint Document on Addressing 'DNS Abuse'
http://www.circleid.com/posts/20191017_domain_registries_and_registrars_release_joint_document_on_dns/
(8) Most abused domain name extensions
https://onlinedomain.com/2019/10/15/domain-name-news/most-abused-domain-name-extensions/
(9) Ageism at ICANN: It’s not the old people, it’s the young
https://domainnamewire.com/2019/10/02/ageism-at-icann-its-not-the-old-people-its-the-young/
(10) ICANN Community Values Age Diversity, But Cost Major Barrier To Participation
http://www.domainpulse.com/2019/10/03/icann-community-values-age-diversity/
(*) Les photos des personnes postant des contributions sur CircleID font ressortir que de nombreux intervants sont « grisonnants ». Il y a toutefois de nombreux « jeunes » s’intégrant aux débats.