Edito janvier 2022 : l’ICANN « héroïne » de l’actualité



Etat statistique des nTLDs au vendredi 28 janvier (données publiées)

Les nTLDs ont continué de progresser en janvier, frôlant à présent les 28 millions de noms. Le nombre de registrars proposant des nTLDs est toujours orienté à la hausse.
L’année 2021 a été marquée par une chute spectaculaire du nombre de noms, de 32 millions à 25 millions en août. La tendance s’est ensuite inversée et le stock n’a plus cessé de progresser, selon une pente assez forte (0,5 à 1 million de noms par mois).
Le « Top 5 » a vu le .SHOP évincer le .CLUB. Sa progression représente un peu plus de la moitié du solde net total des nTLDs. Parmi le Top 5, c’est le .XYZ qui continue de croître fortement avec un solde net correspondant à la moitié de celui du Top 5 et le quart de celui du total des nTLDs.


L’ICANN a été sous les feux de la rampe en janvier, sur plusieurs sujets où elle ne brille malheureusement pas par l’efficience.

ODP : lancée ou pas lancée ?

Le premier est le « jalon n°1 » du processus baptisé Operational Design Phase, processus qui devrait conduire vers le Second Round une grosse décennie après le Premier (1). L’auteur d’une brève en date du 12 janvier avoue que la clarté n’est pas au rendez-vous et qu’au fond, on ne savait alors pas bien si l’ODP était déjà lancée ou pas encore. Cette phase devrait coûter 9 millions de $ et durer 10 mois pour aboutir à un « Operational Design Assessment ».
Le 20 janvier (2), une personne de l’ICANN expliquait sur son blog que l’ODP était « officiellement » lancée depuis le 3 janvier et qu’elle serait scindée en 9 projets traitant chacun de l’un des aspects du sujet :

The nine work tracks are “Project Governance”, “Policy Development and Implementation Materials”, “Operational Readiness”, “Systems and Tools”, “Vendors”, “Communications and Outreach”, “Resources, Staffing, and Logistics”, “Finance”, and “Overarching”.

L’expert interprète certains passages du texte comme des indices que l’ICANN se réserve toujours la possibilité de recommander au Board de ne pas faire de Second Round. Cette éventualité, dit-il, lui parait peu probable ; toutefois l’inertie de l’organisation californienne et les multiples problèmes nés du 1er Round ne plaident pas en faveur d’un optimisme béat.

Les « Accountability Mecanisms »

Second sujet, les tentatives de l’ICANN pour limiter au maximum les informations qu’elle est aujourd’hui tenue de fournir dans le contexte d’une procédure dite DIDP pour « Documentary Information Disclosure Policy ». Dans un projet de refonte de ses obligations actuellement soumis à commentaires (on sait ce qu’il advient en général de ces commentaires) l’ICANN indique qu’elle ne communiquerait plus, à l’avenir :

Materials, including but not limited to, trade secrets, commercial and financial information, confidential business information, and internal policies and procedures, the disclosure of which could materially harm ICANN’s financial or business interests or the commercial interests of its stakeholders who have those interests.

Ce qui est beau sur le papier tout en pouvant essentiellement définir l’ensemble des documents et informations en sa possession. Les experts craignent donc qu’au terme de la nouvelle mouture de la DIDP cette dernière soit vidée de tout son intérêt. Mais de son intérêt pour qui ? Car, comme le reconnaît l’expert, ce sont souvent les avocats de parties prenantes préparant une action auprès de l’ICANN ou en justice qui recourent à cette procédure pour obtenir des informations sur leurs futurs adversaires. L’ICANN s’est engagée à être « transparente » mais le rôle qu’elle joue l’oblige à détenir des informations sensibles sur la plupart des acteurs du marché, lesquels n’ont souscrit à aucune obligation de transparence et seraient peut-être bien en peine d’avoir à le faire.
La prudence affichée par l’ICANN est donc compréhensible, bien que conduisant sans doute à la situation redoutée par les critiques. La transparence risque bien de n’être que de façade, ou sur des sujets tellement sans intérêt que les parties prenantes seront obligées d’engager des procédures bien plus lourdes pour accéder aux mêmes informations.

Le futur système d’accès aux données WHOIS

Là encore, cette « Arlésienne » ne parait pas devoir finir un jour. Deux articles (5, 6) s’en font l’écho en soulignant l’aberration d’une situation où l’on semble prêt à investir des sommes considérables (20 à 27 millions de $ sur 3 à 4 ans pour mettre en place le système, et de 14 à 107 millions de fonctionnement annuel) sans savoir si ce système sera réellement utilisé. La fourchette du budget annuel est énorme justement du fait de cette inconnue : l’usine à gaz ne répondant absolument pas aux besoins exprimés par ceux qui devraient être ses futurs clients, elle risque de se transformer en gouffre financier pour l’ICANN. Cet argument pourrait faire réfléchir celle-ci mais sa marge de manœuvre reste étroite, sauf à remettre sur la table tous les travaux menés depuis plusieurs années pour parvenir à ce « consensus » qui n’en est pas un.

Le « gendarme » du marché

L’ICANN s’est montrée inhabituellement ferme à l’égard d’un registrar se montrant peu coopératif dans le transfert de BMW.com récupéré par la marque homonyme à la suite d’une UDRP (1). En principe, les registrars disposent de 10 jours pour opérer le transfert des noms à la suite des décisions UDRP. Le registrar n’ayant pas répondu à la mise en demeure de l’ICANN, s’est vu condamné dès le lendemain à être « suspendu ». Il ne pourra pas vendre ni récupérer des noms entre le 28 janvier et le 28 avril. L’ICANN serait-elle en passe de se sentir enfin en capacité de faire la guerre aux registrars un peu trop complaisants pour les « bad guys » ? Rien n’est moins sûr. En l’espèce, le registrars était chinois (Hong-kong). On se demande si l’ICANN aurait fait preuve de la même fermeté vis-à-vis d’un registrar américain. Heureusement, la FED est là pour agir, et pas seulement vis-à-vis des acteurs américains (8).

Le blocage de la cession des nTLDs vendus aux enchères par UNR

UNR avait décidé de céder les nTLDs qui lui restaient dans le cadre d’une vente aux enchères qui s’est tenue en avril. Toutes les extensions ont trouvé preneur, mais il s’avère qu’il existait dans les clauses prévues par UNR une allusion à un système de blockchains qui a conduit l’ICANN à bloquer la transaction. Les acquéreurs sont montés au créneau en protestant contre l’inertie de l’ICANN, contraignant celle-ci à expliquer pourquoi elle avait voulu bloquer le processus (9, 10, 11, 12). La question est trop technique pour que je sache l’expliquer clairement : d’après les commentateurs, les nTLDs vendus seraient utilisés dans un dispositif de blockchains et ce « détail » pourrait dans une certaine mesure, si le système était mis en place, remettre en cause la capacité de l’ICANN à assumer la gouvernance de l’Internet. C’est une analyse que je livre sous toutes réserves, le point méritant d’être approfondi. En tout état de cause, si elle s’avérait fondée, nous serions potentiellement en présence d’une situation où l’ICANN se mettrait en travers d’une innovation afin de protéger le système qu’elle « contrôle ». L’argumentation mise en avant mentionne plutôt des « promesses marketing » qui n’auraient pas de réalité et qui auraient pu faire artificiellement monter les prix au détriment des acquéreurs.

Le second marché des adresses IPv4 en plein boom

Deux articles (13,14) évoquent un sujet tellement ancien (à notre échelle) que c’est un peu surprenant qu’il soit encore évoqué : la disparition des adresses IPv4 encore disponibles. Cette raréfaction a conduit depuis environ quinze ans à la formation d’un « second marché » des adresses IPv4 et un graphique nous montre l’évolution des « cours » depuis 2015 : de 10$ en moyenne à l’époque à 30$ aujourd’hui, avec une nette tendance à l’explosion en 2021.
La réponse à ce phénomène : elle est à long terme de passer en IPv6. Mais à court ou moyen terme certaines structures semblent encore préférer payer plus cher des adresses IPv4. Celles-ci sont des pépites qui peuvent aussi receler de très bonnes surprises pour les groupes ayant eu l’opportunité de s’approprier des blocs entiers d’adresses IPv4 à l’époque où celles-ci n’étaient pas encore devenues rares.

(1) A decade after the last new gTLD round, Marby starts the clock on the next one
https://domainincite.com/27337-a-decade-after-the-last-new-gtld-round-marby-starts-the-clock-on-the-next-one
(2) ICANN splits $9 million new gTLD ODP into nine tracks
https://domainincite.com/27405-icann-splits-new-gtld-odp-into-nine-tracks?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=icann-splits-new-gtld-odp-into-nine-tracks
(3) ICANN’s Accountability Mechanisms – in Name Only?
https://circleid.com/posts/20211230-icannas-accountability-mechanisms-in-name-only
(4) ICANN trying to water down its transparency obligations
https://domainincite.com/27342-icann-trying-to-water-down-its-transparency-obligations
(5) Whois reform to take four years, cost up to $107 million A YEAR, and may still be pointless
https://domainincite.com/27319-whois-reform-to-take-four-years-cost-up-to-107-million-a-year-and-may-still-be-pointless?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=whois-reform-to-take-four-years-cost-up-to-107-million-a-year-and-may-still-be-pointless
(6) ICANN trying to strangle SSAD in the crib?
https://domainincite.com/27344-icann-trying-to-strangle-ssad-in-the-crib
(7) BMW porn site leads to registrar getting suspended
https://domainincite.com/27386-bmw-porn-site-leads-to-registrar-getting-suspended
(8) XYZ bosses agree to pay $1.5 million to settle Fed’s loan scam claims
https://domainincite.com/27356-xyz-bosses-pay-1-5-million-to-settle-feds-loan-scam-claims
(9) ICANN explains its side of UNR registry transfer holdup
https://domainnamewire.com/2022/01/13/icann-explains-its-side-of-unr-registry-transfer-holdup/
(10) ICANN is blocking 23 gTLD transfers over blockchain fears
https://domainincite.com/27303-icann-is-blocking-23-gtld-transfers-over-blockchain-fears?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=icann-is-blocking-23-gtld-transfers-over-blockchain-fears
(11) Monte Cahn revealed as third new gTLD buyer
https://domainincite.com/27331-monte-cahn-revealed-as-third-new-gtld-buyer
(12) Dot Hip Hop withdraws request after it served its purpose
https://domainnamewire.com/2022/01/18/dot-hip-hop-withdraws-request-after-it-served-its-purpose/
(13) IP addressing in 2021
https://blog.apnic.net/2022/01/19/ip-addressing-in-2021/
(14) IPv4 address shortage driving internet designers to despair
https://www.sidn.nl/en/news-and-blogs/ipv4-address-shortage-driving-internet-designers-to-despair


Vendredi 28 Janvier 2022
Loic Damilaville