Chaque mois, l'actualité mondiale des noms de domaine


Pour vous abonner à DNS News

Pour vous abonner gratuitement à DNS News, veuillez écrire à

dnsnews-subscribe@yahoogroups.com


Qui sommes-nous?

Loïc Damilaville


Editeur de DNS News depuis 1998, Loïc Damilaville travaille depuis 1997 sur les problématiques liées aux noms de domaine.

Il a fondé en 2005 le Club Noms de domaine, destiné à réunir les personnes en charge des noms de domaine au sein des grandes enteprises.

Il est auteur du Livre blanc sur la gestion des noms de domaine parrainé par l'ACSEL, l'AFNIC, l'APCE, l'APRAM, la CCIP, le CEFAC, le CIGREF, le Club de l'économie numérique, l'INPI, l'ISOC France, le MEDEF, le Ministère de l'économie, des finances et de l'emploi, et l'Union des Fabricants.

Loïc Damilaville est adjoint au directeur général de l'AFNIC.

Il mène aussi des missions de conseil auprès des grands comptes pour les assister dans l'élaboration, la mise en place et le suivi de leurs stratégies de nommage et de présence sur internet.

Contact:
loic[at]dns-news.fr
ou 01 49 73 79 06

Edito juillet-août 2022 : le .COM et les nTLDs se tassent




Etat statistique des nTLDs au samedi 27 août (données publiées)

Les nTLDs ont formé un pic cet été avant de perdre du stock en août, mais la période estivale est si spécifique qu’il est difficile d’en tirer des conclusions. Tout au plus pouvons-nous constater que la longue période de croissance initiée durant l’été 2021 semble avoir réellement pris fin, juste sous les 30 millions de noms.
Ce tassement est dû à l’essoufflement des « moteurs » du Top 5. En juillet, quatre d’entre eux étaient en perte. En août deux en perte, deux en gain et un à l’équilibre, ce qui reflète assez bien la tendance générale. Car en dépit de sa perte de 180 000 noms en juillet-août, le Top 5 maintient sa part de marché : les autres nTLDs ont donc perdu eux aussi du stock, en proportion.

La Verisign Industry Brief (1) publiée en juillet couvre le 1er trimestre 2022. Décision salutaire, depuis son rapport du T4 2021 Verisign a éliminé de son décompte les penny-TLDs de Freenom (.tk, .cf, .ga, .gq et .ml), ce qui assainit d’autant les données de son rapport.
Les gTLDs restent les moteurs du marché, mais il s’agit en réalité du .COM, tandis que les Autres Legacys végètent et poursuivent globalement leur lent déclin. Mais le .COM soulève lui aussi quelques inquiétudes : de date à date, sa croissance a été inférieure à celle de l’année 2021 (4% versus 5%). Un ralentissement s’est donc produit, assez inévitable après la surperformance de la période de la pandémie et dans un contexte d’augmentation régulière des tarifs (1er septembre 2021, puis 1er septembre 2022 en attendant février 2023).
Les nTLDs ont connu une année 2021 très dure au 1er semestre avant le “redémarrage” de l’été 2021, ce qui explique les -5% et +15%.
Les ccTLDs pour leur part sont en légère baisse, ce qui est logique puisque leur pic a été attaint vers le printemps 2021. Ils ont décrû en 2021 mais la tendance semble encourageante à fin mars 2022.
Au global, le marché des noms de domaine était un peu dans l’expectative à la fin du 1er trimestre 2022 : un .COM essoufflé, des Autres Legacy amorphes, des nTLDs dynamiques (mais on sait que cette dynamique peut être fragile) et enfin des ccTLDs revenant à l’équilibre. La question qui se posera au 2e semestre 2022 sera de savoir si le ralentissement du .COM ira jusqu’à un déclin, et si les ccTLDs pourront compenser cette perte. Ce n’est pas impossible, les hausses tarifaires du .COM bénéficiant au premier chef aux extensions locales et ceci d’autant plus que le dollar états-unien s’appréciant par rapport aux autres monnaies (2), les augmentations de tarifs seront encore plus durement ressenties par les non-Etats-uniens.

L’ICANN et le Second Round : mouvements contradictoires

Echos toujours confus de l’ICANN au cours de ces dernières semaines concernant le Second Round de nTLDs.
Du côté encourageant, il semblerait que l’organisation californienne ait déjà commencé à se mettre en ordre de bataille avec la sélection d’une agence de communication (3) et la publication de propositions de postes (4).
Du côté moins positif, la publication d’un calendrier prévisionnel (5, 6) permet de voir que l’ICANN se projette plutôt vers la fin décembre pour la soumission au Board d’un document de référence finalisé (ODA = Operational Design Assessment).
Une raison de ce délai serait que les ressources disponibles seront préalablement affectées à la réforme du WHOIS et de l’accès à ses données. Dans les différentes options de prioritisation qui s’offraient à elle (7), l’ICANN a donc fini par trancher en faveur du WHOIS, ce qui fait sens. Mais elle introduit ainsi un nouveau facteur d’incertitude dans le calendrier déjà bien glissant du Second Round. La question du WHOIS elle-même ne sera pas, du point de vue opérationnel, réglée avant au moins un an selon des sources autorisées (8). Quant à l’ODA de décembre 2022, il ne représentera qu’un jalon assez formel qui ne devrait pas être immédiatement suivi d’un « go » du Board. Certains autres sujets sensibles restent encore non tranchés, comme celui des “génériques fermés” c’est-à-dire des TLD correspondants à des termes génériques mais déposés par leurs titulaires à leur usage exclusif (9). Le sujet des Blockchains et autres crypto-TLDs fait aussi partie des écueils apparus depuis ces derniers mois et que le Board a récemment décidé de suivre (10). La seule allusion à ces nouveaux outils avait bloqué pendant un an la validation des enchères d’UNR d’avril 2021. Il est très probable que cette dimension nouvelle sera source de nouveaux débats, blocages et délais dans le long chemin menant vers le Second Round. Mais elle peut aussi s’avérer facteur d’accélération. En débordant complètement l’ICANN, en faisant comme si “sa” racine n’existait pas, les promoteurs des cryptos-TLDs parviendront peut-être à faire naître au sein du Mammouth le sentiment qu’il ne peut pas empêcher le monde de tourner autour de lui, et qu’il est de son intérêt vital d’accompagner le mouvement s’il ne peut pas l’empêcher.
En attendant, les “signaux” perceptibles ne sont pas au beau fixe, entre la nomination au Board par le NomCom de deux parfaits inconnus (11, 12) et la décision du registre belge de réduire sa contribution au budget de l’organisation californienne, au motif que celle-ci ne s’occupe pas des ccTLDs (13). Le premier démontre les limites d’un système de gouvernance où se retrouvent dans les instances de décision des personnes totalement étrangères au milieu – ce qui ne fait qu’accroître le pouvoir de l’équipe de permanents, en cantonnant le Board à des tâches d’approbation béate de décisions préparées en amont. Le second devrait inquiéter l’ICANN car si ses caisses florissantes ne seront évidemment pas affectées par la bouderie de DNS Belgium, celui-ci pourrait faire des émules parmi les registres de ccTLDs. Beaucoup d’entre eux, sinon la plupart, sont d’accord pour financer la fonction IANA – le seul service de l’ICANN dont ils aient vraiment besoin – tout en s’agaçant de voir leurs contributions, année après année, servir à autre chose.

Lutte contre les abus : un panorama du phénomène

La lute contre les “abus” commis au travers du DNS n’est pas chose absolument nouvelle, même si elle est entrée depuis quelques années dans une phase aïgue de son histoire. Traditionnellement, des indicateurs de référence publiés par SpamHaus ou DomainTools hérissent le poil des registres montrés du doigt, qui préfèrent manifestement menacer les éditeurs de ces indicateurs plutôt que de travailler à assainir les pratiques de leurs clients. Ce qui s’est encore produit à propos d’un récent rapport de DomainTools (14), qui a été prudemment “retiré” après que DotXYZ ait déclaré “contester” certains résultats.
Une seconde étude, menée sur des années et qui ne mentionne aucun mouton noir, présente un certain intérêt (15). Elle montre en effet les évolutions des différents types d’abus depuis 2017, en valeur absolue (cf. ci-dessous) mais en prenant aussi d’autres paramètres en compte et notamment la taille croissante des stocks de noms de domaine. Si l’on s’en tient au graphique ci-dessous, on constate que les “abus” semblent avoir régressé depuis 2017, avec plusieurs temps forts (chute brutale en juin 2019, reprise au 4e trimestre 2020, déclin depuis).
Les cas de SPAM écrasent largement les trois autres catégories (phishing, malware, command & control) mais une analyse purement quantitative n’est pas forcément la plus pertinente. En termes de dangerosité, le SPAM est sans doute plus faiblement classé que les trois autres.
On constate aussi – ce qui fera de la peine à certains registres de grands nTLDs – que la proportion de noms “abusifs” est nettement plus forte dans les nTLDs que dans les Legacys, bien que l’écart tende à se normaliser depuis 2021.
Toutes ces études sont indispensables et seront d’autant plus utiles qu’elles aboutiront à de vraies actions pour combattre les “abus”. Nous n’en sommes apparemment pas encore là au niveau de l’ICANN, mais tous les espoirs sont permis.

(1) Verisign Q1 2022 Domain Name Industry Brief: 350.5 Million Domain Name Registrations in the First Quarter of 2022
https://blog.verisign.com/domain-names/verisign-q1-2022-the-domain-name-industry-brief/
(2) What dollar – euro parity means for domain names
https://domainnamewire.com/2022/07/18/what-dollar-euro-parity-means-for-domain-names/
(3) ICANN picks comms firm for new gTLDs outreach
https://domainincite.com/27976-icann-picks-comms-firm-for-new-gtlds-outreach
(4) ICANN staffing up for next new gTLD round
https://domainincite.com/28152-icann-staffing-up-for-next-new-gtld-ro
(5) New gTLDs WILL be delayed by Whois work
https://domainincite.com/28008-new-gtlds-will-be-delayed-by-whois-work
(6) New gTLD prep work delayed until December
https://domainincite.com/28010-new-gtld-prep-work-delayed-until-december
https://www.icann.org/sites/default/files/assets/subpro-odp-summary-timeline-3393x1382-14jul22-en.png
(7) Community tells ICANN to walk and chew gum at the same time
https://domainincite.com/27997-community-tells-icann-to-walk-and-chew-gum-at-the-same-time
(8) Whois Disclosure System likely over a year away
https://domainincite.com/28128-whois-disclosure-system-likely-over-a-year-away
(9) ICANN staffer to referee closed generics fight
https://domainincite.com/28038-icann-staffer-to-referee-closed-generics-fight
(10) ICANN puts blockchain on the agenda for good
https://domainincite.com/27980-icann-puts-blockchain-on-the-agenda-for-good
(11) Diversity takes a hit as NomCom replaces two ICANN directors with newcomers
https://domainincite.com/28116-diversity-takes-a-hit-as-nomcom-replaces-two-icann-directors-with-newcomers
(12) ICANN rushes mystery directors onto board in apparent bylaws breach
https://domainincite.com/28162-icann-rushes-mystery-directors-onto-board-in-apparent-bylaws-breach
(13) Belgium slashes its ICANN funding in “mission creep” protest
https://domainincite.com/28123-belgium-slashes-its-icann-funding-in-mission-creep-protest
(14) DomainTools names and shames bad TLDs
https://domainnamewire.com/2022/07/15/domaintools-names-and-shames-bad-tlds/
(15) DNS abuse trends
https://blog.apnic.net/2022/06/14/dns-abuse-trends/



Samedi 27 Août 2022
Loic Damilaville
Lu 18 fois

Présentation | Analyses générales | Gouvernance Internet | Juridique | Sommaires anciens n°