Edito juin 2022 : encore un peu de Blockchain domains



Etat statistique des nTLDs au samedi 25 juin (données publiées)

Comme en mai, la variation des nTLD est restée positive tout en se tassant. Le graphique ci-dessous montre même qu’un pic a été atteint dans le courant du mois de juin et que même si le solde net est positif, la tendance pourrait bien être devenue baissière. Le stock global reste encore sous les 30 millions.
Curieusement, le solde net global du segment coïncide exactement avec celui des leaders du « Top 5 », montrant que les dynamiques des autres nTLDs s’équilibrent. A noter la bonne performance des .TOP et .SHOP.

Blockchains, NFT… et noms de domaine

La convergence – ou la collision – des blockchains et autres NFT avec le système des noms de domaine continue à faire couler de l’encre ce mois-ci. Outre le lancement du « .BLOCKCHAIN » par Unstoppable Domains et Blockchain.com, deux avis ont retenu notre attention. Le premier, rédigé par Michiel Henneke de SIDN (registre du .NL) sous forme d’un billet de vulgarisation, s’interroge sur la viabilité du phénomène et sur les risques qu’il engendre pour la stabilité de l’internet (1) :

All things considered, our conclusion is that blockchain domain names are a bad idea. Their integration into the wider domain name landscape is complex, and there are numerous administrative and legal objections. A further concern is that blockchains are notoriously energy-greedy. And, besides, what problem does the use of blockchain resolve? We currently see no reason for fundamental change to the way that the DNS, root zone and TLDs are set up. Generally speaking, the existing DNS works well. Consequently, we don't envisage unofficial, blockchain-based TLDs being added to the root zone in the near future. And we don't expect that the entire DNS root zone/root servers will ever be replaced by blockchain.

Le second adopte un point de vue plus optimiste et nous vient du Portugal (2). Le registre du .PT s’est associé à deux autres organismes techniques pour plancher sur une approche alternative (mais peut-être, au fond, assez cohérente avec les alertes mises en avant par SIDN) : et si le DNS était la solution aux problèmes posés par les « blockchains TLDs » ?

In a partnership between .PT, Instituto Superior Técnico and INESC-ID, we studied an alternative solution: using DNS as a name service for the Blockchain world. The idea is to store associations between names and Blockchain addresses in DNS. This solution is simple, free for anyone who has a domain name, and offers guarantees similar to those provided by Blockchain ones. After all, DNS is also replicated, managed by different, independent entities spread across the world. So it can be seen that not only Blockchain can help DNS, but DNS can help Blockchain as well.

Sans pouvoir trancher au fond sur ce sujet technique où les concepts innovants foisonnent, nous voyons que chacun cherche ses marques (sans jeu de mots) face à ces nouveaux venus dans le paysage. Menaces ou opportunités ? Sans doute les deux à la fois, sans que les boules de cristal ne puissent apporter aujourd’hui de réponse satisfaisante. La société Unstoppable Domains qui promeut plusieurs de ces cryptos-TLDs a adopté une stratégie habile où les « cryptos » se mêlent aux « vrais » comme dans deux opérations récentes à Abou Dhabi et Miami (3).

L’ICANN se décide enfin quant à l’utilisation de la manne des enchères

212 millions de $, c’est le trésor de guerre engrangé par l’ICANN depuis 2012 à l’occasion des enchères réalisées sur certains nTLDs demandés par plusieurs candidats. Il n’y a plus d’enchères depuis plusieurs années mais l’organisation californienne ne savait pas quoi faire de cet argent, ayant été créée pour coordonner la gestion technique de l’Internet et percevant déjà d’abondantes ressources de la part des registres et registrars de « nTLDs ».
Avec son agilité coutumière, elle vient de prendre une grave décision (4) : créer au sein de l’ICANN un « groupe séparé » (sic) pour attribuer les fonds. Seront éligibles les projets répondant aux conditions suivantes :

• Benefit the development, distribution, evolution and structures/projects that support the Internet’s unique identifier systems
• Benefit capacity building and underserved populations, or
• Benefit the open and interoperable Internet

Ce qui reste assez large. Cerise sur le gâteau ? Il y a dans ces 212 millions de $ les 135 provenant de l’opération sur le .WEB férocement contesté entre Verisign et Afilias. Il semble de plus en plus urgent, au tour que prennent les choses, que l’ICANN commence à utiliser les sommes ayant jusqu’à présent tranquillement servi des intérêts. Car si la justice américaine devait in fine annuler la transaction, l’ICANN pourrait se voir obligée de rembourser Verisign. Peut-être qu’elle pourra éviter de le faire si cet argent n’est plus en sa possession… On voit aussi que les « recours » des parties auprès de l’ICANN sont biaisés : l’ICANN est juge et partie. Dans un cas, elle donne satisfaction à Versign et garde 135 M$. Dans l’autre, elle donne satisfaction à Afilias et en perd une bonne partie, avec promesse de procès à la clef. Difficile d’adopter une position sereine… hormis celle qui réussirait à renvoyer les deux sociétés antagonistes dos à dos devant le juge américain.
Décision étonnante parce que tombant dans un contexte où le « Second round » semble toujours problématique, l’ICANN a déjà choisi (5) l’agence de communication qui sera en charge de la promotion de l’opération. Effet d’annonce ? Conviction que l’on est arrivé à la veille du début des choses sérieuses ? Difficile de le savoir. En attendant, le budget serait d’environ 500 000$ pour environ 50 pays ou industries : ce qui donne 10 000$ en moyenne par pays ou industrie alors que même dix fois plus suffiraient à peine…

NetBeacon, une solution aux « DNS Abuse » ?

Le DNS Abuse Institute (DNSAI) créé par PIR, registre du .ORG, a annoncé (6) le lancement de NetBeacon, un service centralisé de reporting des « abus » commis au moyen du DNS. Ce service a été développé en collaboration avec CleanDNS. Selon le communiqué :

NetBeacon will be publicly available free of charge for anyone to easily submit or receive reports of DNS Abuse—which includes harmful Internet activities such as malware, botnets, phishing, and spam. Streamlining what has long been a manual, slow, and convoluted investigatory process, NetBeacon will collect standardized reports of DNS Abuse, enrich them with useful information for registrars, and route reports through the appropriate channels.
NetBeacon’s core functions are designed to make it easier for registrars to receive and process abuse claims. By providing a single venue with standardized fields and evidence requirements, NetBeacon aims to improve the quality of reports. Each report will include fields for the domain in question, the type of abuse, a description of abuse, date of abuse, and any additional evidence.

(1) Domain names in the blockchain: hype or innovation?
https://www.sidn.nl/en/news-and-blogs/domain-names-in-the-blockchain-hype-or-innovation
(2) "DNS versus Blockchain versus DNS"
https://www.pt.pt/en/blog/dns-versus-blockchain-versus-dns/
https://www.gsd.inesc-id.pt/~mpc/pubs/BlockchainAddressTransparencyDNS-2021.pdf
(3) Unstoppable targets another city gTLD with free domains
https://domainincite.com/27965-unstoppable-targets-another-city-gtld-with-free-domains
(4) ICANN board approves plan to dole out $212 million new TLD windfall
https://domainnamewire.com/2022/06/13/icann-board-approves-plan-to-dole-out-212-million-new-tld-windfall/
(5) ICANN picks comms firm for new gTLDs outreach
https://domainincite.com/27976-icann-picks-comms-firm-for-new-gtlds-outreach
(6) DNS Abuse Institute Launches Centralized DNS Abuse Reporting Service
https://circleid.com/posts/20220608-dns-abuse-institute-launches-centralized-dns-abuse-reporting-service


Samedi 25 Juin 2022
Loic Damilaville