Chaque mois, l'actualité mondiale des noms de domaine


Pour vous abonner à DNS News

Pour vous abonner gratuitement à DNS News, veuillez écrire à

dnsnews-subscribe@yahoogroups.com


Qui sommes-nous?

Loïc Damilaville


Editeur de DNS News depuis 1998, Loïc Damilaville travaille depuis 1997 sur les problématiques liées aux noms de domaine.

Il a fondé en 2005 le Club Noms de domaine, destiné à réunir les personnes en charge des noms de domaine au sein des grandes enteprises.

Il est auteur du Livre blanc sur la gestion des noms de domaine parrainé par l'ACSEL, l'AFNIC, l'APCE, l'APRAM, la CCIP, le CEFAC, le CIGREF, le Club de l'économie numérique, l'INPI, l'ISOC France, le MEDEF, le Ministère de l'économie, des finances et de l'emploi, et l'Union des Fabricants.

Loïc Damilaville est adjoint au directeur général de l'AFNIC.

Il mène aussi des missions de conseil auprès des grands comptes pour les assister dans l'élaboration, la mise en place et le suivi de leurs stratégies de nommage et de présence sur internet.

Contact:
loic[at]dns-news.fr
ou 01 49 73 79 06

IL Y A DIX ANS - DNS News n°127 - Novembre 2008



Edito : Coup de froid sur les marchés des noms de domaine

Nous nous interrogions le mois dernier sur l’impact de la crise sur les marchés des noms de domaine : celui-ci s’est fait assez lourdement sentir en novembre. Un certain nombre d’acteurs, et non des moindres, ont engagé des plans de licenciement (1, 2) ou de refinancement accompagné de cessions d’actifs (3). Les indicateurs macroéconomiques ne portent guère à l’optimisme. Les spécialistes s’attendent à voir le modèle du pay-per-click éprouvé par les coupes budgétaires chez les annonceurs aussi bien que par une révision par Google de ses marges, avec pour effet de réduire d’autant la part de gâteau des domainers et donc la rentabilité de leurs portefeuilles de noms (4). On peut donc anticiper une certaine stagnation des montants des transactions, sinon une baisse, un nombre croissant de domainers préférant se délester de noms moyennement intéressants pour financer le renouvellement des autres.
Les échos du « marché primaire » sont assez similaires à ceux du Second marché, l’étude trimestrielle de Verisign (5) notant un fort ralentissement du rythme des enregistrements dans les noms génériques, ainsi qu’une baisse significative et continue du taux de renouvellement (de 77% au 4e trimestre 2006 à 72% au 3e trimestre 2008). Si Verisign impute ce phénomène à la « faiblesse » du marché de la publicité en ligne et aux évolutions de la politique AdSense de Google (6), on ne peut pas non plus ignorer l’impact des décisions prises par l’ICANN en juin dernier contre les pratiques de « tasting ». Celles-ci seraient en chute libre (7), le fait de devoir payer les noms, même pour une somme symbolique, ayant visiblement eu un effet dissuasif sur les acteurs de ce créneau. Cette mauvaise passe relance l’intérêt de certains registres d’extensions génériques pour une refonte du système de facturation des noms de domaine (8), sur un modèle qui permettrait au registre de facturer les « très beaux » noms de domaine beaucoup plus cher que le prix moyen actuel. De telles aspirations sont violemment décriées par la communauté des domainers – elles pourraient aussi inquiéter les entreprises ayant capitalisé depuis des années sur un nom de domaine et ne pouvant plus songer à l’abandonner. Elles posent enfin une question fondamentale sur le rôle du registre dans la chaîne de valeur, et sur la juste rémunération de ses services. Un système de « pricing » à plusieurs vitesses s’inscrit dans la logique où le registre est le vrai détenteur de tous les noms de son extension, et accepte de concéder ceux-ci à leurs titulaires officiels selon des modalités à définir au cas par cas. Cette approche est en décalage complet avec la vision traditionnelle d’un registre apportant un certain nombre de services d’ordre technique notamment. Mais l’exemple vient de haut : les tarifs annoncés par l’ICANN pour l’obtention de nouvelles extensions mettent en exergue l’évolution « business » de structures qui, autrefois, se vivaient plutôt comme des opérateurs que comme de véritables « propriétaires » d’espaces de nommage.
Le processus de création de nouvelles extensions suit pour sa part son bonhomme de chemin, le plan d’introduction des extensions en IDN ayant été mis à jour le 26 novembre (9). Au 1er novembre, l’ICANN avait reçu plus de 50 réponses (10) dont 32 manifestations d’intérêt concrètes. Si le « fast track » réservé aux gouvernements se poursuit un peu en coulisses, le processus « global » continue de retenir l’attention d’un grand nombre d’acteurs. Ceux-ci peuvent être de futurs porteurs de projets, ou bien des détenteurs de marques anxieux à l’idée des efforts qui devront être fournis pour protéger celles-ci (11), les tentatives de faire reposer sur l’ICANN la responsabilité du cybersquatting à venir étant louables mais plutôt vaines (12). Sur un autre plan, le modèle de séparation stricte entre activités de registre et de registrar, hérité du démembrement de Verisign / NSI au début des années 2000, est de plus en plus soumis à questionnement par les spécialistes (13, 14). Certains mettent en avant le fait que ce schéma augmente artificiellement le tarif final, chaque opérateur prenant sa marge, tandis que l’obligation faite par l’ICANN aux registres de commercialiser leur extension par des registrars peut poser de graves problèmes si aucun registrar n’est intéressé. La solution, créer spécialement un registrar pour commercialiser l’extension, ne fait qu’alourdir la facture sans vraiment créer de valeur ajoutée surtout si le registre, s’adressant à une communauté très spécifique, n’éprouve aucun besoin de s’adosser à un partenaire pour diffuser son extension.
Au plan « politique », c’est-à-dire de la Gouvernance de l’Internet, l’actualité de novembre-décembre a été marquée par la réunion du Forum pour la Gouvernance de l’Internet à Hyderabad (Inde), avec maints échanges comme à l’accoutumée et la conclusion « sidérante » que l’Internet doit pouvoir intégrer le plus de langues possibles à tous les niveaux pour accueillir le prochain milliard d’internautes (15). N’ayant pas trop de quoi s’affoler de ces conclusions, l’ICANN vit actuellement un flirt poussé (16) avec son ennemie de toujours, l’UIT (Union Internationale des Télécommunications) qui parait jouer à présent la carte de l’Entente cordiale. Ce rapprochement des deux organisations n’est pas sans susciter quelques craintes, l’une ayant jusqu’à présent pu apparaître comme le contre-pouvoir de l’autre. Les troisième et quatrième larrons traditionnels, à savoir le Department of Commerce (17) et Verisign (18), sont pour leur part fortement investis sur le projet de « signature » DNSsec de la racine, qui pourrait avoir son poids dans le verrouillage de la gouvernance.

(1) Tucows Lays Off 15% of Staff
http://domainnamewire.com/2008/11/11/tucows-lays-off-15-of-staff/
(2) Marchex Lays Off 10%
http://domainnamewire.com/2008/12/05/marchex-lays-off-10/
(3) Live Current Media Raises Much Needed Cash
http://domainnamewire.com/2008/11/19/live-current-media-raises-much-needed-cash/
(4) Yes, Recession will Hurt Pay-Per-Click
http://domainnamewire.com/2008/11/13/yes-recession-will-hurt-pay-per-click/
(5) Domain name industry brief – December 2008
http://www.verisign.com/static/044349.pdf
(6) VeriSign: Google Slowing Domain Name Registration Growth
http://domainnamewire.com/2008/12/04/verisign-google-slowing-domain-name-registration-growth/
(7) Domain Name Tasting Down 84%
http://domainnamewire.com/2008/11/14/domain-name-tasting-down-84/
(8) The specter of tiered domain pricing has reared its ugly head again.
http://dnjournal.com/archive/lowdown/2008/dailyposts/11-12-08.htm
(9) Fast Track Implementation Plan Updated
http://www.icann.org/en/announcements/announcement-26nov08-en.htm
(10) Fast Track Receives Over 50 Responses
http://www.icann.org/en/announcements/announcement-01nov08-en.htm
(11) Companies fear for their brand names
http://www.utalkmarketing.com/pages/Article.aspx?ArticleID=12266
(12) ICANN Responsible for Domain Name Trademark Mess
http://www.circleid.com/posts/20081121_icann_domain_name_trademark_mess/
(13) Economic analysis of Registry-registrar integration
http://blog.internetgovernance.org/blog/_archives/2008/10/25/3946626.html
(14) Re-Examining the Domain Name Registry-Registrar Split
http://www.circleid.com/posts/20081204_reexamining_domain_registry_registrar/
(15) Internet needs multilingual support for next billion people
http://www.networkworld.com/news/2008/120308-internet-needs-multilingual-support-for.html
(16) Overture to Take Over Internet Governance: ITU at ICANN Meeting, Cairo
http://www.circleid.com/posts/20081115_take_over_internet_governace_itu_icann/
(17) Experts to Feds: Sign the DNS root ASAP
http://www.networkworld.com/news/2008/112508-dns-root.html
(18) VeriSign: Internet infrastructure still vulnerable
http://news.zdnet.co.uk/security/0,1000000189,39544361,00.htm



Dimanche 2 Décembre 2018
Loic Damilaville
Lu 34 fois

Présentation | Analyses générales | Gouvernance Internet | Juridique | Sommaires anciens n°