Chaque mois, l'actualité mondiale des noms de domaine


Pour vous abonner à DNS News

Pour vous abonner gratuitement à DNS News, veuillez écrire à

dnsnews-subscribe@yahoogroups.com


Qui sommes-nous?

Loïc Damilaville


Editeur de DNS News depuis 1998, Loïc Damilaville travaille depuis 1997 sur les problématiques liées aux noms de domaine.

Il a fondé en 2005 le Club Noms de domaine, destiné à réunir les personnes en charge des noms de domaine au sein des grandes enteprises.

Il est auteur du Livre blanc sur la gestion des noms de domaine parrainé par l'ACSEL, l'AFNIC, l'APCE, l'APRAM, la CCIP, le CEFAC, le CIGREF, le Club de l'économie numérique, l'INPI, l'ISOC France, le MEDEF, le Ministère de l'économie, des finances et de l'emploi, et l'Union des Fabricants.

Loïc Damilaville est adjoint au directeur général de l'AFNIC.

Il mène aussi des missions de conseil auprès des grands comptes pour les assister dans l'élaboration, la mise en place et le suivi de leurs stratégies de nommage et de présence sur internet.

Contact:
loic[at]dns-news.fr
ou 01 49 73 79 06

IL Y A DIX ANS - DNS News n°151 – Novembre 2010



Edito : vague d’espoir sur le processus d’ouverture des nouvelles extensions


Vague d’espoir ou vague espoir, et de la part de qui, voila qui a rendu bien difficile le choix d’un titre pour l’éditorial de ce mois de novembre... A quelques jours de la réunion ICANN de Carthagène, le terrain a été sensiblement déminé par une décision forte – et inattendue – du Board en faveur de l’abandon du principe de séparation verticale entre registres et bureaux d’enregistrement (1). Un trait de plume, même électronique, qui s’avère déjà susceptible de bouleverser en profondeur le marché des noms de domaine dans les années à venir.

Séparation verticale : un souvenir

D’ici un à deux ans, les registres pourront posséder leur(s) propre(s) bureau(x) d’enregistrement et les bureaux d’enregistrement pourront candidater à l’obtention d’extensions ou en assurer la gestion technique. Le nœud gordien est tranché, plutôt à l’avantage des bureaux d’enregistrement d’ailleurs, car un candidat ne pourra pas considérer avec bonheur le fait de devoir ajouter dans son business plan une ligne « Frais de création d’un registrar ICANN ». Pour de nombreux registres, l’opération sera impensable avant d’avoir assis le succès de leur projet. Et à ce moment-là, les circuits de distribution seront mis en place et il sera très difficile de créer une filiale susceptible de les concurrencer. Dans un autre monde, celui des extensions géographiques, le registre suisse Switch a fait récemment l’expérience de la capacité de ses bureaux d’enregistrement à l’empêcher de venir sur leurs plate-bandes. D’autres porteurs de projets, comme les détenteurs de marques, seront moins confrontés à ce problème mais considèreront sans doute comme une absurdité le fait de devoir débourser encore de l’argent pour créer un registrar dont ils n’ont pas besoin.
Le fait de rompre avec ce sacro-saint principe ouvre pourtant de nouvelles perspectives à tous les acteurs du secteur, en faisant tomber des barrières psychologico – contractuelles mises en place par l’ICANN depuis sa création. De nouveaux rôles vont émerger (2), de nouvelles combinaisons cherchant à profiter de situations et de configurations spécifiques aux marchés adressés ou aux modèles économiques des projets. En faisant disparaître cette règle, l’ICANN ouvre la voie à un marché plus complexe à maîtriser, mais aussi beaucoup plus fluide. Reste à savoir si ce sera aussi favorable aux utilisateurs que certains le proclament (3). Le souvenir de l’époque où Network Solutions / Verisign, jouant le rôle de registre et de registrar, vendait les .COM à 35$ par an n’est pas encore effacé. Mais il faut reconnaître que les données du marché de 2015 seront très différentes de celui de l’an 2000 : il y a dix ans, le public ne pouvait guère accéder qu’aux extensions gérées par Network Solutions, si l’on exclut les ccTLDs. Demain, la concurrence sera pléthorique et les positionnements en termes de marketing-mix ne pourront pas en faire abstraction.

Le « DAG » est mort, vive le « PFAG » !

Toujours prodigue en acronymes compréhensibles des seuls initiés, l’ICANN n’a pas dérogé à la règle en enterrant le « Draft Applicant Guidebook » pour le remplacer par un « Proposed Final New gTLD Applicant Guidebook », nettement plus séduisant, parce que contenant le terme « final ».
Publié le 12 novembre (4), ce PFAG inclut naturellement l’abandon de la séparation verticale entre registres et registrars, et apporte un certain nombre de modifications sur des points ayant suscité des discussions depuis la publication de la version 4 du DAG au printemps. Il est ainsi prévu que si le nombre des candidats dépasse les 500, des « batches » successifs seront organisés, le tout premier étant de 500 projets et les suivants de 400. Un nouveau sous-processus apparaîtra afin de déterminer quels projets seront inclus dans le premier « batch », selon des critères naturellement objectifs – l’horodatage étant explicitement cité.
Autre évolution qui n’a pas dû être du goût des gouvernements, les « objections » émises par tel ou tel Etat à l’encontre d’un projet ne pourront pas avoir force de veto et conduire au rejet automatique du candidat. Les références au « terrorisme » qui avaient choqué certains dans le DAGv4 ont été délicatement escamotées, et certaines conditions rendant inéligibles les candidats continuent manifestement de faire débat (5, 6).
Malgré ou à cause de ces incertitudes persistantes, certains s’interrogent sur le caractère « final » du PFAG (7), un questionnement d’autant plus légitime que l’ICANN elle-même indique volontiers que ce document n’est pas totalement abouti et qu’il continuera d’évoluer en permanence. Cette approche paraît d’ailleurs être la seule possible à ce stade, au vu des grincements de dents des gouvernements (8) et des menaces juridiques auxquelles s’attend l’ICANN (9), de légères modifications du PFAG pouvant encore apaiser bien des conflits en puissance.

Time is Money

L’une des grandes questions à présent reste de savoir si le « Working Plan » annoncé par le Board fin octobre pourra être tenu. D’après ce document (10), les dossiers de candidature pourraient devoir être remis à l’ICANN dès le 30 mai prochain. La date est trop éloignée dans le temps pour inquiéter sérieusement les prospects, mais suffisamment proche pour préoccuper des prestataires anticipant une charge de travail très lourde au moment où tous leurs clients se réveilleront en même temps pour avoir une chance d’être dans le « premier batch ». Le fait de disposer d’un calendrier objectif, même s’il peut encore glisser de quelques mois, permet de faire passer un message clair : les dossiers devront être prêts pour la fin du 1er semestre 2011, et remis sans doute avant la fin de l’année. Un « momentum » apprécié des porteurs de projets et de tous les acteurs devant lever des fonds pour « tenir » jusqu’à ce que la pompe puisse être amorcée (11, 12). Cette pression constante s’exerçant sur l’ICANN va continuer à écraser celle-ci entre la nécessité d’avancer – même si ce n’est que sur le papier – et l’impératif de se border juridiquement – même si, au fond, ce sont les porteurs de projets qui avancent les fonds en lui versant ces fameux 185 000$ de « frais de dossiers ». La réunion de Carthagène promet d’être chaude.

(1) ICANN Board Votes to Enhance New gTLDs Competition
http://www.icann.org/en/announcements/announcement-09nov10-en.htm
(2) Role of Registries will Change with New Top Level Domain Names
http://domainnamewire.com/2010/11/02/role-of-registries-will-change-with-new-top-level-domain-names/
(3) Why Vertical Integration Is Good for the Domain Name Industry
http://www.circleid.com/posts/why_vertical_integration_is_good_for_the_domain_name_industry/
(4) The Proposed Final New gTLD Applicant Guidebook is Available for Public Comment
http://www.icann.org/en/announcements/announcement-2-12nov10-en.htm
(5) Is ICANN’s 3 Strikes Loophole on Purpose?
http://domainnamewire.com/2010/11/16/is-icanns-3-strikes-loophole-on-purpose/
(6) New Applicant Guidebook blocks GoDaddy, Demand Media & Tucows from applying for new TLDs?
http://www.domainnamenews.com/icann-policy/applican-guidebook-blocks-godaddy-demand-media-applying-tlds/8355
(7) How “final” is the new TLD guidebook?
http://domainincite.com/how-final-is-the-new-tld-guidebook/
(8) Governments still want new TLD morality veto
http://domainincite.com/governments-still-want-new-tld-morality-veto/
(9) Is ICANN too scared of lawsuits?
http://domainincite.com/is-icann-too-scared-of-lawsuits/
(10) New TLD Program – Update on Timeline
http://www.icann.org/en/topics/new-gtlds/new-gtld-work-plan-28oct10-en.pdf
(11) The New gTLD Program Now Needs Momentum and Focus
http://www.circleid.com/posts/the_new_gtld_program_now_needs_momentum_and_focus/
(12) New TLD firms to ICANN: “Get on with it”
http://domainincite.com/new-tld-firms-to-icann-get-on-with-it/




Samedi 28 Novembre 2020
Loic Damilaville
Lu 24 fois

Présentation | Analyses générales | Gouvernance Internet | Juridique | Sommaires anciens n°