Chaque mois, l'actualité mondiale des noms de domaine


Pour vous abonner à DNS News

Pour vous abonner gratuitement à DNS News, veuillez écrire à

dnsnews-subscribe@yahoogroups.com


Qui sommes-nous?

Loïc Damilaville


Editeur de DNS News depuis 1998, Loïc Damilaville travaille depuis 1997 sur les problématiques liées aux noms de domaine.

Il a fondé en 2005 le Club Noms de domaine, destiné à réunir les personnes en charge des noms de domaine au sein des grandes enteprises.

Il est auteur du Livre blanc sur la gestion des noms de domaine parrainé par l'ACSEL, l'AFNIC, l'APCE, l'APRAM, la CCIP, le CEFAC, le CIGREF, le Club de l'économie numérique, l'INPI, l'ISOC France, le MEDEF, le Ministère de l'économie, des finances et de l'emploi, et l'Union des Fabricants.

Loïc Damilaville est adjoint au directeur général de l'AFNIC.

Il mène aussi des missions de conseil auprès des grands comptes pour les assister dans l'élaboration, la mise en place et le suivi de leurs stratégies de nommage et de présence sur internet.

Contact:
loic[at]dns-news.fr
ou 01 49 73 79 06

IL Y A DIX ANS - DNS News n°161 – Septembre 2011



Vent de déprime sur le domaining ?

A l’heure où toutes les énergies et les espoirs des acteurs du marché se concentrent sur les futures nouvelles extensions, le moral des domainers semble plutôt en berne. On est loin des communiqués triomphants – triomphalistes ? – des années 2006-2008. Il est vrai que cette période correspond à l’apogée du « domain tasting », trop souvent transformé en typosquatting assorti de pages de parking. Depuis la décision de l’ICANN en juin 2008 de mettre fin à ces pratiques, les domainers et les grands prestataires de services de ce marché ont peiné à trouver un second souffle. Situation encore empirée par une pression des plate-formes telles que Google sur une redistribution des bénéfices défavorable aux domainers, et par l’habitude que les utilisateurs ont pris de ne plus cliquer sur les liens contextuels lorsqu’ils arrivent sur des pages auxquelles ils ne s’attendent pas.
Le défi reste toujours, pour les domainers, d’optimiser la « monétisation » du trafic apporté par leur portefeuille de noms de domaine, et pour les prestataires, d’attirer ou de conserver ceux des domainers qui possèdent les noms les plus précieux, en termes de trafic ou de potentiel de revente.
L’excellente santé des acteurs du 1er marché – celui des dépôts – peut expliquer le malaise du Second : pourquoi racheter 500 $ un nom de domaine lorsqu’il y en a encore tant disponibles à 5$ ? La démarche d’acquisition d’un nom sur le Second marché est encore loin d’être entrée dans les mœurs, même si l’on voit de plus en plus de grands groupes s’y intéresser, à l’achat comme à la vente.
Aux 50 millions de noms de domaine affichés par GoDaddy (23) répondent ce mois-ci des articles où il n’est question que de « sortie du marché » (24), de coupes claires dans les effectifs des domainers (25) comme des prestataires (26), et des moins-values spectaculaires enregistrées par ceux qui ont espéré bénéficier indirectement, en tant qu’actionnaires, de la valeur de certains portefeuilles (27). Dans la compétition qui oppose les grands acteurs, l’élément clef semble devoir être la capacité à aider les domainers à mieux « transformer ». On voit ainsi apparaître des interfaces complexes de gestion et d’optimisation de portefeuilles (28), mais aussi des approches plus globales reléguant les pages de parking au musée de la préhistoire du domaining. De plus en plus, les plate-formes de domaining deviennent des intégrateurs globaux permettant aux domainers de créer des sites optimisés et bénéficiant des techniques de valorisation du trafic comme l’affiliation. Cette tendance pousse les plates-formes à changer de partenaires, et peut-être même à aller directement à la rencontre des spécialistes de l’affiliation et des annonceurs. Un schéma défavorable aux intermédiaires traditionnels tels Google qui assuraient le lien avec les annonceurs, mais rendu nécessaire par la volonté de ces mêmes intermédiaires de prendre une part de plus en plus grosse du gâteau publicitaire.
Des cartes sont en train d’être battues, mais il est bien difficile de prédire quelle forme de « New Deal » s’établira entre les parties prenantes. Sans doute l’impact des nouvelles extensions sera-t-il particulièrement sensible pour ce Second marché si prometteur, car s’inscrivant dans le sens de l’Histoire, mais actuellement si fragile du fait de son immaturité économique.

(23) Go Daddy Passes 50 Million Domain Registrations
http://www.domainpulse.com/2011/09/27/go-daddy-passes-50-million-domain-registrations/
(24) Exit Strategy for Domainers: How to Sell Your Portfolio in a Hurry
http://domainnamewire.com/2011/09/26/sell-domain-portfolio/
(25) Are Fewer People “Playing Around” With Domains?
http://domainnamewire.com/2011/09/22/are-fewer-people-playing-around-with-domains/
(26) Oversee.net Discusses Layoffs and Its Future
http://domainnamewire.com/2011/09/19/oversee-net-discusses-layoffs-and-its-future/
(27) Demand Media is Down 55% from Its IPO, But It’s Not Alone
http://domainnamewire.com/2011/09/14/demand-media-stock-price/
(28) Sedo Releases Drastic Improvement to Domain Parking Stats Interface
http://domainnamewire.com/2011/09/06/sedo-releases-drastic-improvement-to-domain-parking-stats-interface/



Samedi 2 Octobre 2021
Loic Damilaville
Lu 5 fois

Présentation | Analyses générales | Gouvernance Internet | Juridique | Sommaires anciens n°