Chaque mois, l'actualité mondiale des noms de domaine


Pour vous abonner à DNS News

Pour vous abonner gratuitement à DNS News, veuillez écrire à

dnsnews-subscribe@yahoogroups.com


Qui sommes-nous?

Loïc Damilaville


Editeur de DNS News depuis 1998, Loïc Damilaville travaille depuis 1997 sur les problématiques liées aux noms de domaine.

Il a fondé en 2005 le Club Noms de domaine, destiné à réunir les personnes en charge des noms de domaine au sein des grandes enteprises.

Il est auteur du Livre blanc sur la gestion des noms de domaine parrainé par l'ACSEL, l'AFNIC, l'APCE, l'APRAM, la CCIP, le CEFAC, le CIGREF, le Club de l'économie numérique, l'INPI, l'ISOC France, le MEDEF, le Ministère de l'économie, des finances et de l'emploi, et l'Union des Fabricants.

Loïc Damilaville est adjoint au directeur général de l'AFNIC.

Il mène aussi des missions de conseil auprès des grands comptes pour les assister dans l'élaboration, la mise en place et le suivi de leurs stratégies de nommage et de présence sur internet.

Contact:
loic[at]dns-news.fr
ou 01 49 73 79 06

IL Y A DIX ANS - DNS News n°92 - Décembre 2005



La « staggernation » ou le concours de la mauvaise foi

Un nouveau terme est né dans le jargon des experts des noms de domaine : il s’agit de la « staggernation », dérivé du verbe « to stagger » dont le Cambridge Dictionnary donne l’une des définitions suivantes : « to cause someone to feel shocked or surprised because of something unexpected or very unusual happening ».
En résumé, la stratégie consiste pour le titulaire d’un nom cybersquatté à répondre aux arguments du titulaire de marque par d’autres arguments tires par les cheveux, mais susceptibles d’ébranler la conviction intime de l’arbitre du panel UDRP (voire du juge) et d’empêcher ainsi le transfert du nom à son « légitime » propriétaire.
Le site « staggernation.com » (1) s’est créé pour documenter ce phénomene et permettre ainsi, en compilant les cas, d’identifier les candidats en lice pour le titre de cybersquatter de la plus mauvaise foi au monde (le Livre Guiness des Records va pouvoir s’enrichir d’une nouvelle rubrique d’ici peu).
Vous y trouverez un grand nombre de cas répertoriés par catégories d’arguments mis en avant pour justifier du dépôt d’un nom correspondant à une marque. Ainsi de « stanhome.com », devenu l’abréviation de “Slalom Tricks And Nautical HOME” (1) ou de « yahoo » qui comme chacun sait, signifie « bête » en espagnol et justifie donc le dépôt de yahooemail.net, yahoofree.net, yahoofree.com, yahoochat.net… (2)
(1) You Can’t Teach a Sea Dog New Slalom Tricks
http://www.staggernation.com/nbm/d20000757.php
(2) It Shouldn’t Happen to a Uruguayan Dog
http://www.staggernation.com/nbm/d20000428.php

Samedi 2 Janvier 2016
Loic Damilaville
Lu 53 fois

Présentation | Analyses générales | Gouvernance Internet | Juridique | Sommaires anciens n°