Chaque mois, l'actualité mondiale des noms de domaine


Pour vous abonner à DNS News

Pour vous abonner gratuitement à DNS News, veuillez écrire à

dnsnews-subscribe@yahoogroups.com


Qui sommes-nous?

Loïc Damilaville


Editeur de DNS News depuis 1998, Loïc Damilaville travaille depuis 1997 sur les problématiques liées aux noms de domaine.

Il a fondé en 2005 le Club Noms de domaine, destiné à réunir les personnes en charge des noms de domaine au sein des grandes enteprises.

Il est auteur du Livre blanc sur la gestion des noms de domaine parrainé par l'ACSEL, l'AFNIC, l'APCE, l'APRAM, la CCIP, le CEFAC, le CIGREF, le Club de l'économie numérique, l'INPI, l'ISOC France, le MEDEF, le Ministère de l'économie, des finances et de l'emploi, et l'Union des Fabricants.

Loïc Damilaville est adjoint au directeur général de l'AFNIC.

Il mène aussi des missions de conseil auprès des grands comptes pour les assister dans l'élaboration, la mise en place et le suivi de leurs stratégies de nommage et de présence sur internet.

Contact:
loic[at]dns-news.fr
ou 01 49 73 79 06

Les cybersquatters affinent leurs stratégies



L’éternel combat de l’épée et du bouclier se retrouve bien dans la lutte opposant les cybersquatters aux titulaires de marques – voire aux éditeurs de sites ayant un trafic à protéger, car la simple usurpation des marques n’est plus au cœur de la bataille comme elle pouvait l’être avant l’émergence des techniques de « tasting » et de « parking ».
En ce qui concerne le « tasting », l’ICANN s’efforce actuellement de juguler les abus (1) et vient d’approuver les mesures prises dans ce sens par les registres du .BIZ et du .INFO, après celles du .ORG. Le « parking » vit de son côté des jours troublés du fait de la tendance à la baisse du taux de clic et des orientations prises par Google ou Yahoo. Ces évolutions menaçantes incitent certains cybersquatters – on pourrait à présent les appeler « trafficsquatters » - à développer de nouvelles stratégies susceptibles de contourner les obstacles mis en travers de leur chemin.
Une technique assez prometteuse que je prendrai ici pour exemple à l’occasion d’un article publié sur cette problématique (2) est de maquiller l’action de cybersquatting en partenariat avec la marque ciblée. Les réseaux d’affiliation sont particulièrement exposés à ce genre d’attaques, car regroupant souvent pléthores de sites en vertu du principe de la « longue traîne ». Rien de plus facile que de devenir « affilié » de certaines grandes marques ayant compris l’intérêt de l’affiliation en tant que mode de promotion de leurs produits ou de simple création de trafic. Le système fonctionne sur la base d’une rémunération de l’affilié par l’affilieur, variant selon les cas (au click, au profil, au client). Dans tous les cas, le travail de l’affilié va consister à attirer le plus possible de visiteurs vers une page présentant des liens vers ses affilieurs. Et c’est dans ce contexte qu’il va assez naturellement chercher à développer des stratégies de nommage susceptibles de lui apporter ce trafic, entrant par là-même en concurrence directe avec son affilieur, mais dans le cadre d’une collaboration. Pour l’affilieur, le schéma est mi-figue mi-raisin : s’il récupère bien in fine le trafic induit par les noms de domaine déposés par l’affilié, il rémunère celui-ci pour des visiteurs qu’il aurait pu capter lui-même en déposant directement les noms de domaine. Ainsi l’affilié est-il « récompensé » pour sa maîtrise des techniques de création de trafic, et l’affilieur « puni » pour ne pas les avoir prises en compte.
Ce genre de situation présente d’autres « coûts cachés » pour l’affilieur : ainsi de la confusion que ces noms peuvent créer autour de la marque, dans la mesure où ils sont repointés vers une page intermédiaire s’affichant plus d’une demi-seconde. Mais aussi les incidences parfois très dommageables qu’une stratégie de nommage incontrôlée peut avoir sur le référencement et la visibilité des sites officiels de l’affilieur, certains moteurs dont Google ayant mis en place des politiques destinées à lutter contre ce qu’ils jugent être des abus pouvant induire les internautes en erreur. Occupation de terrain tous azimuths ou maîtrise organisée de la présence sur internet ? La balle est dans le camp des affilieurs.
Un autre cas signalé ce mois-ci à notre attention (3) est une nouvelle initiative de Network Solutions, qui après s’être fait haïr pour ses pratiques de « domain front running » (cf. précédents articles de DNS News) aurait mis en place un système de redirection vers des pages de parking de sous-noms de domaine dépendant de noms installés sur ses serveurs. L’information reste à confirmer, l’exemple cité dans l’article ne fonctionnant plus.
(1) ICANN GNSO Votes to Kill Domain Tasting
http://www.circleid.com/posts/84217_icann_gnso_kill_domain_tasting/
(2) Should Companies Let Affiliates Use Trademarks in Domain Names?
http://domainnamewire.com/2008/04/14/should-companies-let-affiliates-use-trademarks-in-domain-names/
(3) Network Solutions Hijacking Unassigned Sub-Domains
http://www.techcrunch.com/2008/04/08/network-solutions-hijacking-unassigned-sub-domains/


Lundi 5 Mai 2008
Loic Damilaville
Lu 1325 fois

Présentation | Analyses générales | Gouvernance Internet | Juridique | Sommaires anciens n°