Chaque mois, l'actualité mondiale des noms de domaine


Pour vous abonner à DNS News

Pour vous abonner gratuitement à DNS News, veuillez écrire à

dnsnews-subscribe@yahoogroups.com


Qui sommes-nous?

Loïc Damilaville


Editeur de DNS News depuis 1998, Loïc Damilaville travaille depuis 1997 sur les problématiques liées aux noms de domaine.

Il a fondé en 2005 le Club Noms de domaine, destiné à réunir les personnes en charge des noms de domaine au sein des grandes enteprises.

Il est auteur du Livre blanc sur la gestion des noms de domaine parrainé par l'ACSEL, l'AFNIC, l'APCE, l'APRAM, la CCIP, le CEFAC, le CIGREF, le Club de l'économie numérique, l'INPI, l'ISOC France, le MEDEF, le Ministère de l'économie, des finances et de l'emploi, et l'Union des Fabricants.

Loïc Damilaville est adjoint au directeur général de l'AFNIC.

Il mène aussi des missions de conseil auprès des grands comptes pour les assister dans l'élaboration, la mise en place et le suivi de leurs stratégies de nommage et de présence sur internet.

Contact:
loic[at]dns-news.fr
ou 01 49 73 79 06

Mobilisation accrue contre les pratiques abusives autour des noms de domaine



Janvier 2008 restera peut-être comme le mois où certaines choses ont commencé à bouger. On serait tenté de reprendre les mots de Churchill après El-Alamein : « Maintenant, ce n’est pas la fin. Ce n’est même pas le début de la fin. Cependant, c’est peut-être la fin du début », avec cette nuance de prudence qui va volontairement à contre-courant de certains commentaires enthousiastes.
De quoi s’agit-il ? Tout d’abord, de la mobilisation exceptionnelle de nombreux acteurs contre une pratique jugée abusive, le « Domain Front Running », consistant pour un registrar à espionner les requêtes faites par les utilisateurs via son interface whois pour déposer avant eux les noms potentiellement les plus intéressants. NetworkSolutions, ex-filiale de Verisign qui n’en possède plus que 15%, a fait parler d’elle après avoir mis en place un mécanisme officiellement destiné à « protéger ses clients » (1) mais consistant en réalité à enregistrer les noms « testés » pendant 5 jours, contraignant les personnes ayant utilisé l’interface de NSI à déposer leurs noms de domaine via ce registrar pour pouvoir les obtenir.
Cette méthode un peu brutale de captation de clientèle a suscité une opposition virulente de la communauté de l’internet et plus spécifiquement, on s’en doute, des concurrents de NSI (2). Après avoir opposé au tir de barrage des explications embarrassées (3), la société a fait marche arrière en modifiant son processus (4). L’épisode pousse de nombreux acteurs à s’interroger sur ce genre d’initiatives malvenues, Sam Bavafa décrivant avec humour l’atmosphère des réunions entre registrars au sein de l’ICANN (5) et d’autres s’interrogeant sur le rôle de l’ICANN elle-même (6).
L’ICANN justement n’est pas restée inactive, et son Board s’est longuement penché sur cette question comme sur celle du « domain tasting » le 23 janvier dernier (7). La lecture de ces passages est intéressante car elle montre les débats qui agitent les membres de ce board, conscients qu’un problème existe mais ne voulant pas allumer d’autres incendies en éteignant ceux-là.
Soulevée à maintes reprises, la question du « domain tasting » fait l’objet d’une réponse de l’ICANN (8) qui propose de facturer systématiquement la taxe qu’elle prélève sur chaque nom de domaine enregistré dans les extensions génériques, même si le nom est ensuite abandonné. Ainsi, chaque nom enregistré, qu’il soit abandonné ou non avant la limite des 5 jours, coûterait au « taster » quelques centimes venant grever d’autant sa marge. Le modèle reposant sur de mini-profits répartis sur un très grand nombre de noms, le « tasting » tel que nous le connaissons actuellement pourrait bien disparaître du fait de cette évolution qui sera discutée lors des prochaines réunions ICANN et pourrait entrer en vigueur à l’été 2008 pour le plus grand profit financier de l’organisme californien.
Le lendemain de la réunion du Board de l’ICANN, Google annonçait sa décision de ne plus rémunérer les « tasters » faisant pointer leurs noms de domaine sur ses pages de parking (9), annonce reprise par maints articles comme étant dictée par une noble volonté de lutter contre ce fléau, mais dénoncée par les domainers eux-mêmes comme un habile retournement de veste (10). Que Google vole au secours de la victoire ou non, son initiative pourra peut-être inspirer d’autres acteurs de ce marché fort lucratif qui vit probablement, au moins dans sa forme actuelle, le début de son déclin. Dans sa forme actuelle seulement, car les intérêts économiques sont tels qu’il serait étonnant de ne pas voir ses principaux acteurs se battre bec et ongles pour sauvegarder leurs profits. Ils ont déjà montré qu’ils ne manquaient ni de moyens, ni de compétences, ni d’imagination.

(1) Network Solutions Adds Customer Protection Measure
http://about-networksolutions.com/customer-protection-measure.php
(2) Network Solutions Faces PR Nightmare Over Domain FrontRunning
http://domainnamewire.com/2008/01/08/network-solutions-faces-pr-nightmare-over-domain-frontrunning/
(3) Network Solutions Responds to Front Running Accusations
http://www.circleid.com/posts/81082_network_solutions_front_running/
(4) Network Solutions is getting better
http://blog.domaintools.com/2008/01/network-solutions-is-getting-better/
(5) NetworkSolutions sanctionné par ses pairs ?
http://www.domaine.info/content/view/1403/156/
(6) Watching the registrars
http://www.networkworld.com/columnists/2008/011108backspin.html
(7) Preliminary Report for the Special Meeting of the ICANN Board of Directors
http://www.icann.org/minutes/prelim-report-23jan08.htm
(8) ICANN Board Recommends Action on Domain Tasting
http://www.icann.org/announcements/announcement-29jan08.htm
(9) Google stops paying “domain tasters”
http://blogs.zdnet.com/Google/?p=898
(10) Google Duped Us
http://domainnamewire.com/2008/01/30/google-duped-us/


Dimanche 3 Février 2008
Loic Damilaville
Lu 1280 fois

Présentation | Analyses générales | Gouvernance Internet | Juridique | Sommaires anciens n°