Chaque mois, l'actualité mondiale des noms de domaine


Pour vous abonner à DNS News

Pour vous abonner gratuitement à DNS News, veuillez écrire à

dnsnews-subscribe@yahoogroups.com


Qui sommes-nous?

Loïc Damilaville


Editeur de DNS News depuis 1998, Loïc Damilaville travaille depuis 1997 sur les problématiques liées aux noms de domaine.

Il a fondé en 2005 le Club Noms de domaine, destiné à réunir les personnes en charge des noms de domaine au sein des grandes enteprises.

Il est auteur du Livre blanc sur la gestion des noms de domaine parrainé par l'ACSEL, l'AFNIC, l'APCE, l'APRAM, la CCIP, le CEFAC, le CIGREF, le Club de l'économie numérique, l'INPI, l'ISOC France, le MEDEF, le Ministère de l'économie, des finances et de l'emploi, et l'Union des Fabricants.

Loïc Damilaville est adjoint au directeur général de l'AFNIC.

Il mène aussi des missions de conseil auprès des grands comptes pour les assister dans l'élaboration, la mise en place et le suivi de leurs stratégies de nommage et de présence sur internet.

Contact:
loic[at]dns-news.fr
ou 01 49 73 79 06

VIE DES EXTENSIONS - Décembre 2021



AU (Australie) : dans le cadre de l’ouverture des noms directement sous .AU à compter du 24 mars prochain, le registre auDA a mis en ligne un « Priority Status Tool » (2) permettant aux titulaires de noms en .AU (.COM.AU, etc.) de vérifier le statut de leurs noms, de voir s’il existe d’autres noms possédant le même vocable (par exemple brand.com.au et brand.net.au) et de savoir, à partir du 24 mars, si les titulaires de ces autres noms ont fait une demande de dépôt du .AU correspondant. La période de gestion des priorités durera 6 mois et prendra fin le 22 septembre 2022.
(1) au direct update
https://www.auda.org.au/statement/au-direct-update
(2) Priority Status Tool
https://www.auda.org.au/tools/priority-status-tool

BE (Belgique) : DNS Belgium dresse un bilan (1) de son initiative lancée en novembre 2020 et visant à vérifier les données des titulaires avant l’activation des .BE. Celles-ci sont vérifiées automatiquement et si des anomalies sont détectées, le registre prend contact avec le titulaire et le bureau d’enregistrement concerné. Au global : 3000 noms contrôlés, 1500 titulaires contactés, 525 « réactions positives » (?), 405 titulaires vérifiés. A noter que le bilan porte sur une phase de test : seuls 1% des noms déposés ont fait l’objet de cette vérification. DNS Belgium indique que 27% des titulaires contactés se sont mis en règle, les autres 73% voulant protéger leurs données personnelles ou ne répondant pas. On voit que la part de « déchet » est considérable et que tout en laissant le bénéfice du doute aux titulaires, les données erronnées le sont rarement par hasard. Le registre belge veut progressivement étendre son process à tous les nouveaux titulaires de noms déposés, via un portail où les titulaires pourront s’identifier. Par la suite, une opération similaire sera réalisée sur les noms en .BE existants. Cette initiative visant à assainir la base de noms potentiellement déposés à des fins délictueuses est en gestation chez de nombreux ccTLDs européens. Le .DK a déjà mis en place un système comparable.
(1) Vérification des titulaires sur 1 an
https://www.dnsbelgium.be/fr/nouvelles/1-an-registrant-verification

EU (UE) : pour mémoire, c’est le 3 janvier 2022 que les 48 000 noms en .EU appartenant encore à des titulaires britanniques retomberont dans le domaine public (1).
(1) EURid to drop 48,000 Brexit domains in one day
http://domainincite.com/27257-eurid-to-drop-48000-brexit-domains-in-one-day

FR (France) : l’Afnic publie les résultats 2021 de son étude annuelle sur la présence en ligne des TPE/PME françaises. De nombreuses statistiques permettent de dessiner la manière dont les entreprises françaises existent sur internet, un an après le choc provoqué par les confinements ayant induit l’accélération de la transition numérique.
(1) La présence en ligne des micro-entreprises et TPE/PME françaises en 2021
https://www.afnic.fr/observatoire-ressources/actualites/la-presence-en-ligne-des-micro-entreprises-et-tpe-pme-francaises-en-2021/

PT (Portugal) : le registre du .PT annonce (1) le transfert de la gestion administrative et technique du .GW (Guinée-Bissau) à l’Autorité de Régulation Nationale (ARN) de Guinée-Bissau. Le registre portugais assurait depuis 2014 la gestion de ce ccTLD, dans le contexte d’un partenariat en vue de préparer la délégation à une structure locale compétente. Il indique aussi à cette occasion qu’il préside l’association LUSNic regroupant des ccTLDs de pays lusophones : .PT (Portugal), .CV (Cap Vert), .GW (Guinée-Bissau), .BR (Brésil), .ST (Sao Tome), .AO (Angola), .MZ (Mozambique).
(1) Supporting the management of Guinea-Bissau's top-level domain
https://www.dns.pt/en/news/pt-supports-in-the-management-of-guinea-bissau-s-top-level-domain/
(2) LUSNic
https://lusnic.org/

TV (Tuvalus) : après quelques échos des relations devenues très difficiles entre les autorités des Iles Tuvalus et Verisign, le changement de back-end du .TV n’est pas une surprise absolue (1, 2). Il suscite toutefois quelques commentaires. En premier lieu, le fait que Verisign n’ait même pas jugé bon de candidater à sa propre succession démontre l’état de ses relations avec le gouvernement des Tuvalus. La manne était si riche que la société américaine aurait facilement pu faire des propositions alléchantes afin de ne pas perdre le contrat. Si elle ne l’a pas fait, c’est qu’elle a jugé que cela ne donnerait aucun résultat. Cela peut aussi être l’amorce d’une réorientation stratégique de l’entreprise qui ne se « battrait » plus pour développer une activité de back-end qui ne contribue que très marginalement à son chiffre d’affaires tout en lui créant des charges. Une telle réflexion, si elle était vraiment engagée, pourrait avoir un certain impact sur le jeu du marché lors du 2e round et peut-être même avant, car Verisign est back-end pour de nombreux nTLDs de .Marques. En second lieu, cette opération est une assez jolie victoire pour GoDaddy Registry, qui a repris en 2020 l’activité de back-end de Neustar (et à ce titre, notamment la gestion du .US) et qui a besoin d’enregistrer quelques succès pour crédibiliser sa nouvelle « marque » face à des concurrents comme Afilias ou CentralNic.
(1) GoDaddy wins .tv contract after Verisign blows off 20-year deal
http://www.domainincite.com/27298-godaddy-wins-tv-contract-after-verisign-blows-off-20-year-deal?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=godaddy-wins-tv-contract-after-verisign-blows-off-20-year-deal
(2) GoDaddy wins contract to run .TV, Verisign didn’t bid for renewal
https://domainnamewire.com/2021/12/14/godaddy-wins-contract-to-run-tv-verisign-didnt-bid-for-renewal/


Dimanche 26 Décembre 2021
Loic Damilaville
Lu 11 fois

Présentation | Analyses générales | Gouvernance Internet | Juridique | Sommaires anciens n°