Chaque mois, l'actualité mondiale des noms de domaine


Pour vous abonner à DNS News

Pour vous abonner gratuitement à DNS News, veuillez écrire à

dnsnews-subscribe@yahoogroups.com


Qui sommes-nous?

Loïc Damilaville


Editeur de DNS News depuis 1998, Loïc Damilaville travaille depuis 1997 sur les problématiques liées aux noms de domaine.

Il a fondé en 2005 le Club Noms de domaine, destiné à réunir les personnes en charge des noms de domaine au sein des grandes enteprises.

Il est auteur du Livre blanc sur la gestion des noms de domaine parrainé par l'ACSEL, l'AFNIC, l'APCE, l'APRAM, la CCIP, le CEFAC, le CIGREF, le Club de l'économie numérique, l'INPI, l'ISOC France, le MEDEF, le Ministère de l'économie, des finances et de l'emploi, et l'Union des Fabricants.

Loïc Damilaville est adjoint au directeur général de l'AFNIC.

Il mène aussi des missions de conseil auprès des grands comptes pour les assister dans l'élaboration, la mise en place et le suivi de leurs stratégies de nommage et de présence sur internet.

Contact:
loic[at]dns-news.fr
ou 01 49 73 79 06

VIE DES EXTENSIONS - Février 2019



AMAZON: après s’être résolus à rencontrer l’ICANN au cours d’une réunion prévue le 19 février, les pays de la région d’Amazonie ont dû annuler cet entretien pourtant clef pour l’avenir du .AMAZON, « pour des raisons extérieures au dossier » (1). Ils ont demandé à l’ICANN de reporter la décision devant être prise à Kobé à la réunion ICANN suivante.
(1) After ICANN knockback, Amazon countries agree to .amazon talks
http://domainincite.com/23898-after-icann-knockback-amazon-countries-agree-to-amazon-talks

AU (Australie): tandis qu’en Inde Neustar fait connaissance avec les bureaux d’enregistrement actifs sous .IN, en Australie c’est Afilias qui, ayant perdu le .IN, va à la rencontre des bureaux d’enregistrement actifs sous le .AU qu’il a remporté contre Neustar. Ce chassé-croisé est le premier du genre, mais le développement du marché des « back-ends » en promet d’autres.
(1) Afilias and auDA meet with registrars for the first briefing of the year
https://afilias.com.au/newsroom/blog-posts/afilias-and-auda-meet-registrars-first-briefing-year

BE (Belgique): intéressante étude menée par le registre belge autour des pratiques de nos voisins en termes d’internet (1). 5% des répondants déclarent avoir enregistré un nom de domaine, mais 60% déclarent savoir ce que c’est et 35% ont l’intention d’en déposer un à l’avenir. Les répondants indiquent à 77% avoir déposé un .BE, 30% un .COM, 16% .NET, 13% .EU, le .FR n’ayant intéressé que 4% d’entre eux. 43% ont déposé leur nom pour un site web, 40% pour un site et des adresses de messagerie électronique, 6% juste pour les emails. Une mesure de la sensibilisation du public à l’intérêt des noms de domaine est apportée par le moment où ces noms sont déposés : 42% des répondants ont déposé leur nom « au moment où ils en ont eu l’idée », contre 23% en 2017.
(1) Belgians and the internet
https://static.dnsbelgium.be/infographics/2019/en/index.html

COM: une étude récente portant sur le .COM a mis en évidence que ce « monstre » de 135 millions de noms de domaine présente quelques faiblesses. La principale est au niveau des usages : seuls 31% de .COM seraient réellement utilisés pour conduire vers des sites web. Les 69% restants se ventileraient entre « spéculation/publicité » (23%), à vendre (7%), redirection (2%) et inactifs (pas de serveur web ou pas utilisés, ou en erreur, ou « parkés » : 32%). Quelques autres utilisations sont décelées : porno, mail, etc. mais très marginales. Ces chiffres s’inscrivent en rupture avec les statistiques habituellement publiées par Verisign (registre du .COM) indiquant que seuls 20% des noms ne seraient pas utilisés. Mais cette analyse serait intéressante à considérer dans le temps : de forts dépôts de noms récents auraient en effet pu gonfler la masse de noms inactifs.
Autre sujet qui touche au portefeuille tous les titulaires de .COM, l’augmentation des tarifs accordée par le nouveau contrat entre le DoC et Verisign, mais qui doit encore être avalisée par l’ICANN. Il y aurait des débuts de négociation en ce sens, Verisign faisant apparemment des efforts pour convaincre l’ICANN qu’elle est contractuellement tenue d’entériner cette hausse, mais laissant par ailleurs filtrer des doutes quant à cette « obligation » (2, 3).
(1) Study Finds a Third of .Com Domains Completely Unused
http://www.circleid.com/posts/20190201_study_finds_a_third_of_com_domains_completely_unused/
(2) Verisign begins price increase talks with ICANN
https://domainnamewire.com/2019/02/08/verisign-begins-price-increase-talks-with-icann/
(3) Verisign’s Annual Report and .com price increases
https://domainnamewire.com/2019/02/19/verisigns-annual-report-and-com-price-increases/

CZ (Rép. Tchèque): le registre tchèque a publié son rapport 2018 (1). Tout en restant au-dessus des 300 000 noms, le .CZ a vu ralentir sa dynamique de croissance. Un focus sur les titulaires personnes physiques montre qu’ils sont encore des hommes à 78%, cette proportion étant en baisse depuis 3 années consécutives. La moitié des titulaires sont des personnes morales, une proportion équilibrée qui varie peu selon les années.
(1) DOMAIN REPORT 2018
https://stats.nic.cz/reports/2018/

DEV: Google a lancé le .DEV le 21 février dernier (1). La cible en est la communauté technique des « développeurs ». L’ouverture générale aura lieu le 1er mars. Le système de pricing avant l’ouverture est original (2), le tarif étant de 10 000 $ le premier jour de la période de pré-ouverture, le prix déclinant ensuite régulièrement jusqu’à 200$ pour tomber à des niveaux inférieurs à 10$ après l’ouverture, pour les noms non « premium ».
(1) Google Launches .dev Top-Level Domain
http://www.circleid.com/posts/20190221_google_launched_dev_top_level_domain/
(2) Google’s .Dev domains are now available…for a hefty price
https://domainnamewire.com/2019/02/19/googles-dev-domains-are-now-available-for-a-hefty-price/

EU (UE): le .EU a touché son “plus bas” depuis 6 ans, une situation que le registre explique par ses efforts constants pour lutter contre les noms “abusifs”, mais aussi par l’impact prévisible du Brexit (1). Si l’on en croit Eurid, les créations continuent à progresser mais le stock baisse, ce qui indique un « trou » important au niveau des renouvellements. Sans doute beaucoup de noms défensifs déposés par des Britanniques sont-ils relâchés, sans attendre ce que donneront les négociations entre la Commission européenne et les Autorités britanniques.
(1) Brexit blamed as .eu hits six-year low
http://domainincite.com/23892-brexit-blamed-as-eu-hits-six-year-low
(2) New .EU and .ЕЮ Registrations Continue to Grow, But Total Registrations Drop
http://www.domainpulse.com/2019/02/04/new-eu-registrations-grow-total-drop/

HOMES: le .HOMES est passé de 396 noms à 2572 en trois semaines (1). Une vague de domaining ? Peut-être pas. Les conditions d’accès ont en effet été revues après 19 mois d’activité soldées par moins de 400 noms en stock. Des procédures assouplies et des tarifs réduits ont donné un coup de fouet à l’extension, comme il arrive généralement lorsqu’un TLD ayant espéré fonder sa « valeur » sur des mécanismes dissuasifs s’aperçoit que cette stratégie ne fonctionne pas.
(1) .HOMES Sees Six-Fold Increase in Registrations 3 Weeks After Price Reductions and Eligibility Restrictions Removed
http://www.domainpulse.com/2019/02/06/homes-six-fold-increase-registrations/

IE (Irlande): interview de Michele Neylon, l’un des personnages importants de l’Internet irlandais (et patron de Blacknight, grand registrar irlandais). Découvrez les « coulisses » des noms de domaine vues par un registrar qui ne mâche pas ses mots !
(1) Michele Neylon Talks .IE, GDPR, European Commission’s .EU Failure, New gTLD Thoughts And More
http://www.domainpulse.com/2019/02/06/michele-neylon-ie-gdpr-european-commission-eu-new-gtld/

IL (Israel): le registre israélien a augmenté ses tarifs de 33% à 44 shekels soit 10.7 euros (1). La motivation est qu’il n’y a pas eu de hausse de tarif depuis 2013 et que le registre a engagé, et compte encore engager, de nombreux investissements en termes d’infrastructures.
(1) .IL Registry Fee Upped By One-Third
http://www.domainpulse.com/2019/02/05/il-registry-fee-upped-by-one-third/

IN (Inde): Neustar a remporté l’appel d’offres contre Afilias pour la gestion technique du .IN. La transition s’est amorcée et aura lieu le 28 février (1). L’un des critères fut bien sûr le coût, mais aussi la capacité du nouvel opérateur à développer les IDNs sous .IN, si l’on en croit le tout premier communiqué du registre associé à Neustar insistant sur cette thématique (2). Afilias, qui semble assez prompte à recourir à l’arme judiciaire lorsque son offre commerciale n’a pas suffi, a intenté un procès contre le Gouvernement indien (3).
(1) Neustar names date for Indian takeaway
http://domainincite.com/23905-despite-afilias-lawsuit-neustar-names-date-for-indian-takeaway
(2) Fostering IDN adoption and growth in India – New IDN features available soon
http://www.domainpulse.com/2019/02/06/fostering-idn-adoption-growth-india/
(3) Despite Afilias lawsuit, Neustar names date for Indian takeaway
http://domainincite.com/23905-despite-afilias-lawsuit-neustar-names-date-for-indian-takeaway

INC: le .INC se lance en pariant fortement sur la notion de valeur par le coût (1). Les tarifs communiqués tournent autour de 60 000 $ pour ceux qui voudront s’approprier les .INC dans les premiers au cours d’une période baptisée « Early Access ». Après 3 jours, les prix auront chuté à 30 000$. En phase finale, ils devraient s’établir à 6 000$, puis 2 000 en vitesse de croisière. Voilà un autre TLD programmé pour une refonte de ses règles d’ici un an ou deux... Car en plus de ne pas nécessairement créer de perception de valeur, de tels niveaux de tarifs dissuadent les cybersquatters et rendent inutiles les dépôts défensifs (d’ailleurs trop chers pour pouvoir être envisagés).
(1) .Inc domains will be about $60,000 at Early Access
https://domainnamewire.com/2019/02/20/inc-domains/

IO (Territoires britanniques de l’océan indien…) : intéressante spéculation autour de risques pesant sur le .IO, après une décision des Nations unies de contraindre la Grande-Bretagne à rendre à l’Ile Maurice les quelques îles dont le nouvel Etat avait été spolié lors de sa décolonisation en 1968 (1). Si les Territoires britanniques sont fusionnés avec l’Ile Maurice, le code ISO-3166-1 correspondant à ces territoires devra être supprimé, ce qui entraînera automatiquement le retrait du TLD. Le Gouvernement mauricien se privera-t-il pour autant de cette manne (le .IO compte 400 000 noms de domaine à ce jour) ? Ce ne serait pas la première extension, notamment dans l’espace britannique, à continuer d’exister sans respecter les règles.
(1) UN ruling may put .io domains at risk
http://domainincite.com/23957-un-ruling-may-put-io-domains-at-risk

KZ (Kirghizstan): le registre kirghize annonce qu’il « supporte » à présent les caractères latins ; les noms en .KZ ne fonctionnaient-ils jusqu’à présent qu’en cyrillique ? Mystère.
(1) Latin support in domain names
https://www.nic.kz/

MONSTER: après avoir racheté le .MONSTER à l’entreprise homonyme qui l’avait obtenu, DotXYZ donne ses dates de lancement (1). L’ouverture aura lieu le 1er avril avec une période de sunrise durant du 18 février au 31 mars.
(1) XYZ reveals .monster gTLD launch dates
http://domainincite.com/23887-xyz-reveals-monster-gtld-launch-dates

MR (Mauritanie): les prix du .MR ont été réduits de 33% au 1er janvier 2019 (1). Le nouveau tarif proposé aux bureaux d’enregistrements est de 2 000 ouguiyas mauritaniens soit 49 euros.
(1) MR Registry Fee Slashed by One-Third
http://www.domainpulse.com/2019/02/04/mr-registry-fee-slashed-one-third/

NL (Pays-bas): SIDN annonce être devenu un « opérateur de services essentiels » et se retrouver à ce titre sous l’autorité de l’Agence des Radiocom néerlandaise (1). Le registre communique aussi sur le fait qu’il n’est pas touché par la vague de piratages sur les noms de domaine signalée en février (2). Sur un autre plan, il explique le lien « vital » existant entre IPV6 et l’Internet des Objets (3).
(1) SIDN under supervision of Radiocommunications Agency
https://www.sidn.nl/a/nl-domain-name/sidn-under-supervision-of-radiocommunications-agency
(2) .nl not affected by global domain hijacking campaign
https://www.sidnlabs.nl/a/weblog/nl-not-affected-by-global-domain-hijacking-campaign?language_id=2&langcheck=true
(3) IPv6 is vital for the Internet of Things
https://www.sidn.nl/a/about-sidn/ipv6-is-vital-for-the-internet-of-things

NZ (Nouvelle-Zélande): le registre néo-zélandais fait savoir (1) que ses démêlés avec DomainTools sont loin d’être terminés. Apparemment, cette société continuerait de charger des données whois du .NZ, contre la volonté du registre. « L’injonction préliminaire » obtenue par celui-ci n’a pas eu d’effet.
(1) DomainTools Continues To Systematically Violate .NZ’s ToU Harvesting WHOIS Data, Despite Preliminary Injunction
http://www.domainpulse.com/2019/02/13/domaintools-violate-nz-harvesting-whois-data/

ORG: dans une interview qui fait écho à celle de Michele Neylon, le nouveau patron de PIR, registre du .ORG, s’exprime sur les grands sujets actuels du marché des noms de domaine (1).
(1) PIR’s New CEO Jon Nevett Discusses .ORG, GDPR Challenges, New gTLDs and How It All Applies To NGOs
http://www.domainpulse.com/2019/02/07/pir-ceo-jon-nevett-org-gdpr-new-gtlds-ngos/

PL (Pologne): le .PL comptait un peu moins de 2.6 millions de noms de domaine à fin 2018 (1). Le rapport évoque notamment un taux de renouvellement en hausse continue, à 65.9%. Cela peut signifier que le TLD se « purge » peu à peu de ses noms les plus spéculatifs, déposés au temps où la politique marketing du registre était particulièrement « domainer friendly ». Comme elle ne paraît pas avoir beaucoup changé depuis ces dernières années, il faut en déduire que les domainers polonais eux-mêmes ont appris à faire le ménage dans leurs portefeuilles en affinant leurs méthodes de sélection. Ou bien qu’ils le sont assagis… ?
(1) Report on the .pl domain name market for Q4 2018
https://www.dns.pl/en/news/report_on_the_pl_domain_name_market_for_Q4_2018

SITE: le .SITE aurait franchi le million de noms de domaine, un bond spectaculaire pour un TLD qui n’avait que 561 000 noms à la fin septembre 2018. Spectaculaire, mais sans surprise si l’on considère que l’opération « September Thrust » permit des enregistrements à 1$. Le .SITE entre donc dans la catégorie des « Penny TLDs », et son million de noms de domaine, s’il était évalué à 1$ par nom, équivaudrait mathématiquement à 10 fois moins de noms valorisés à 10$, soit environ 100 000 noms. Ce n’est pas rien, mais le triomphalisme du communiqué perd de son éclat... A ce jour près de la moitié sinon plus des .SITE sont des « pennies » à la forte volatilité et aux usages problématiques.
(1) New TLD .SITE Passes One Million Registrations, Reports Radix
http://www.circleid.com/posts/20190206_new_tld_site_passes_one_million_registrations_reports_radix/
(2) Operation September Thrust leads to another million-domain Radix gTLD
http://domainincite.com/23894-operation-september-thrust-leads-to-another-million-domain-radix-gtld


Samedi 2 Mars 2019
Loic Damilaville
Lu 43 fois

Présentation | Analyses générales | Gouvernance Internet | Juridique | Sommaires anciens n°