Chaque mois, l'actualité mondiale des noms de domaine


Pour vous abonner à DNS News

Pour vous abonner gratuitement à DNS News, veuillez écrire à

dnsnews-subscribe@yahoogroups.com


Qui sommes-nous?

Loïc Damilaville


Editeur de DNS News depuis 1998, Loïc Damilaville travaille depuis 1997 sur les problématiques liées aux noms de domaine.

Il a fondé en 2005 le Club Noms de domaine, destiné à réunir les personnes en charge des noms de domaine au sein des grandes enteprises.

Il est auteur du Livre blanc sur la gestion des noms de domaine parrainé par l'ACSEL, l'AFNIC, l'APCE, l'APRAM, la CCIP, le CEFAC, le CIGREF, le Club de l'économie numérique, l'INPI, l'ISOC France, le MEDEF, le Ministère de l'économie, des finances et de l'emploi, et l'Union des Fabricants.

Loïc Damilaville est adjoint au directeur général de l'AFNIC.

Il mène aussi des missions de conseil auprès des grands comptes pour les assister dans l'élaboration, la mise en place et le suivi de leurs stratégies de nommage et de présence sur internet.

Contact:
loic[at]dns-news.fr
ou 01 49 73 79 06

VIE DES EXTENSIONS - Novembre 2021



AU (Australie) : le registre du .AU indique (1) que ses créations ont explosé au 3e trimestre 2021 : +22% par rapport au T2 2021 et le mois de juillet se plaçant à la 2e place des meilleurs mois de l’histoire du .AU. Cette belle performance serait liée à la situation sanitaire en Australie.
(1) Delta variant cranks up Aussie domain regs in Q3
http://domainincite.com/27245-delta-variant-cranks-up-aussie-domain-regs-in-q3

BIZ : intéressante statistique (1) montrant que le .BIZ tend à se développer un peu mieux depuis que GoDaddy a racheté l’activité de registre de Neustar. On peut bien sûr relever que cette évolution n’est pas propre au .BIZ, et que le « Legacys » ont en général bien profité en 2021. Pour autant, une partie de cette performance est sans doute due à une meilleure mise en avant du TLD par GoDaddy registrar. Cela prouve une fois de plus l’importance stratégique du réseau de distribution dans le marché des noms de domaine, qui peut faire le succès ou l’échec d’un TLD indépendamment de l’intérêt intrinsèque de celui-ci.
(1) GoDaddy says it turned around Neustar, and .biz numbers seem to confirm that
http://domainincite.com/27199-godaddy-says-it-turned-around-neustar-and-biz-numbers-seem-to-confirm-that

CY (Chypre) : le registre chypriote communique (1) sur le processus de renouvellement des noms en .CY arrivant à échéance au 31/12/21.
(1) Renewal process for the domain names license expiring on December 31, 2021
https://www.nic.cy/portal/en/renewal-process-domain-names-license-expiring-december-31-2021

DAY : Google va ouvrir le .DAY (1). La sunrise period durera du 14 décembre au 24 janvier. A compter du 25 janvier, l’ouverture sera complète mais avec un système de prix dégressifs qui durera jusqu’au 1er février, date à laquelle les prix seront stabilisés au niveau « normal ».
(1) Google to release another new gTLD next month
http://domainincite.com/27252-google-to-release-another-new-gtld-next-month

DK (Danemark) : le DK-Hostmaster a mis en ligne (1) de nouvelles conditions générales en lien avec l’utilisation de noms de domaine pointant vers des contenus illégaux.
(1) Public consultation on new terms of use for .dk domain names on liability for illegal content on the web
https://www.dk-hostmaster.dk/en/news/public-consultation-new-terms-use-dk-domain-names-liability-illegal-content-web

EU (UE) : les 48 000 .EU appartenant encore à des entreprises et personnes physiques britanniques seront supprimés le 3 janvier prochain (1). Ils constituent le dernier reliquat des 300 000 .EU déposés par des Britanniques à l’époque de l’entrée en vigueur du Brexit. Eurid annonce aussi la mise en place d’un 3e mode de vérification de l’identité des titulaires : au « MRZ scan » via SMS et à la carte d’identité électronique s’ajoute aujourd’hui un virement via un compte bancaire situé au sein de l’U. E. et dont le titulaire est le même que celui du nom de domaine, avec une adresse identique à celle du WHOIS.
(1) EURid to drop 48,000 Brexit domains in one day
http://domainincite.com/27257-eurid-to-drop-48000-brexit-domains-in-one-day
(2) The Brexit-related domains released on 3 January 2022
https://eurid.eu/en/news/brexit-dns-released-3-jan-2022/
(3) EURid adds a new verification method
https://eurid.eu/en/news/eurid-adds-a-new-verification-method/

FR (France) : l’équipe juridique de l’Afnic a mis en ligne le Guide Afnic des Tendances PARL 2021 (1) qui fait le point sur les tendances des deux procédures créées par l’Afnic pour gérer les litiges sur les .FR : SYRELI (directement gérée par l’Afnic) et PARL Expert (faisant appel à l’OMPI et à des experts mandatés par elle). L’Afnic indique aussi avoir rejoint l’organisation ID4me qui travaille autour de l’identité numérique. Son ambition « est de proposer une solution aux titulaires de noms de domaine en .fr en devenant fournisseur d’identité numérique, basée sur le système de noms de domaine et des protocoles ouverts Open ID Connect. »
(1) Guide Afnic des Tendances PARL 2021
https://www.afnic.fr/observatoire-ressources/actualites/guide-afnic-des-tendances-parl-2021/
(2) L’Afnic rejoint l’organisation ID4me
https://www.afnic.fr/observatoire-ressources/actualites/lafnic-rejoint-lorganisation-id4me/

GG (Guernesey) : le .GG était assez prisé des domainers qui passaient par un registrar local bénéficiant à ce titre de tarifs réduits auprès du registre. Mais suite à une révision des conditions d’attribution de cette ristourne, cette aubaine est en passe de disparaître (1), sans doute sous la pression des registrars non locaux qui, eux, proposent les .GG jusqu’à trois fois plus cher.
(1) Investing in .gg domains is going to become more expensive
https://domainnamewire.com/2021/10/28/investing-in-gg-domains-is-going-to-become-more-expensive/

IN (Inde) : le registre indien a décidé de proposer une trentaine de sous-extensions supplémentaire sous .IN (1). C’est original en ce sens qu’historiquement les registres ont d’abord commencé par élaborer des « arbres de nommage » alambiqués avant de viser à la simplicité. Plus curieux, la plupart de ces sous-extensions correspondent à des extensions déjà existantes, en legacy gTLDs comme en ccTLDs. On attend avec impatience de savoir quelle sera la réaction des gouvernements des pays concernés (dont le Royaume-Uni) et des registres des extensions visées. Le marché indien a un tel potentiel qu’il est difficile de croire qu’ils laisseront le registre local se l’approprier par ces moyens peu communs.
(1) Indian Domain Registry to Offer 30 More Extensions
https://www.internetnews.me/2021/10/29/indian-domain-registry-to-offer-30-more-extensions/

MUSIC : le .MUSIC est enfin « né » avec son insertion dans la racine à la fin du mois d’octobre. Il fut l’un des plus contestés entre huit candidats, ce qui explique partiellement les délais – 9 (NEUF) ans après la remise des dossiers. Son registre prévoit de l’ouvrir dès 2022.
(1) .music goes live, plots 2022 launch
http://domainincite.com/27243-music-goes-live-plots-2022-launch

NL (Pays-bas) : SIDN rebaptise (1) et enrichit son service de surveillance qui couvre à présent aussi bien les noms de domaine que les contenus web.
(1) SIDN BrandGuard: Domain Name Surveillance Service gets a new name
https://www.sidn.nl/en/news-and-blogs/sidn-brandguard-domain-name-surveillance-service-gets-a-new-name

.РФ (Fédération de Russie) : le registre russe fête les 11 ans de la création du .РФ, qui est jusqu’à présent la principale extension en caractères non latins avec 700 000 noms déposés environ. La plupart des autres extensions IDN, sauf peut-être quelques chinoises, ne dépassent pas la dizaine de milliers de noms.
(1) Eleven years since the start of open registration in .РФ
https://cctld.ru/en/media/news/kc/30592/

RU (Fédération de Russie) : chiffres intéressants sur le .RU (1) qui a atteint 5,5 millions de noms avant de perdre du stock du fait d’une augmentation des tarifs. A l’époque, les prévisions de certains analystes avaient été très sombres, mais il s’est avéré que l’élasticité-prix du TLD était beaucoup plus faible que prévu. Une expérience venant corroborrer les études faites par le registre canadien il y a une dizaine d’années. L’explication est simple : plus la part du prix du registre dans le prix payé par le titulaire est faible, et moins la variation des prix du registre aura d’impact sur le comportement du titulaire. La marge des registrars crée un effet tampon, et même si les registrars incrémentent leurs propres tarifs pour protéger leur marge, l’augmentation en % du prix du registre ne correpsondra pas à l’augmentation en % visible par les titulaires. Ce phénomène fonctionne aussi à la baisse, ce qui peut dissuader certains registres de baisser leurs tarifs, sachant que les utilisateurs n’en verront qu’une partie, sinon rien du tout.
(1) .RU shows steady growth for two consecutive months
https://cctld.ru/en/media/news/kc/30362/

TV (Iles Tuvalus) : le contrat liant le registre du .TV à Verisign expire à la fin 2021, occasion pour le gouvernement des Tuvalus d’essayer de s’approprier une plus large part des 25 millions de $ de chiffre d’affaires annuel que ses 5 millions de $ actuels. Selon Kieren McCarthy (1), les dés seraient déjà jetés et certaines clauses de l’appel d’offres, absurdes ou inutiles dans le contexte du .TV, permettraient de pointer vers le consortium « Ethos » Capital qui aimerait dammer le pion à Verisign. Afilias, qui fait partie de ce groupe, a une longue tradition de querelles avec Verisign, notamment autour du .WEB, et il ne fait aucun doute que récupérer la gestion du .TV ne serait pas uniquement un succès financier à ses yeux.
(1) A tiny island nation has put the rights to .tv up for grabs – but what’s this? Problematic contract clauses? Again?
https://www.theregister.com/2021/11/18/tv_domain_contract

WEB : le patron de Verisign s’est (très vaguement) exprimé sur le .WEB (1), que sa société va vraisemblablement remporter à l’issue d’un processus de candidature dont l’honnêteté est contestée, sans doute à bon droit, par Afilias. Celle-ci est arrivée en second dans les enchérisseurs, ignorant que l’un de ses concurrents était un « faux-nez » de Verisign et que les plafonds d’enchères seraient en conséquence beaucoup plus élevés que prévu. Les spéculations vont bon train autour des intentions de Verisign : a-t-elle voulu « protéger » le .COM en dépensant ces 135 millions de $, ou bien a-t-elle réellement des projets de développement du .WEB qui pourraient à terme menacer le .COM ? A ce jour les deux scénarios restent envisageables.
(1) Verisign boss talks .web launch, timing and pricing
http://domainincite.com/27180-verisign-boss-talks-web-launch-timing-and-pricing



Samedi 27 Novembre 2021
Loic Damilaville
Lu 24 fois

Présentation | Analyses générales | Gouvernance Internet | Juridique | Sommaires anciens n°