Chaque mois, l'actualité mondiale des noms de domaine


Pour vous abonner à DNS News

Pour vous abonner gratuitement à DNS News, veuillez écrire à

dnsnews-subscribe@yahoogroups.com


Qui sommes-nous?

Loïc Damilaville


Editeur de DNS News depuis 1998, Loïc Damilaville travaille depuis 1997 sur les problématiques liées aux noms de domaine.

Il a fondé en 2005 le Club Noms de domaine, destiné à réunir les personnes en charge des noms de domaine au sein des grandes enteprises.

Il est auteur du Livre blanc sur la gestion des noms de domaine parrainé par l'ACSEL, l'AFNIC, l'APCE, l'APRAM, la CCIP, le CEFAC, le CIGREF, le Club de l'économie numérique, l'INPI, l'ISOC France, le MEDEF, le Ministère de l'économie, des finances et de l'emploi, et l'Union des Fabricants.

Loïc Damilaville est adjoint au directeur général de l'AFNIC.

Il mène aussi des missions de conseil auprès des grands comptes pour les assister dans l'élaboration, la mise en place et le suivi de leurs stratégies de nommage et de présence sur internet.

Contact:
loic[at]dns-news.fr
ou 01 49 73 79 06

VIE DES EXTENSIONS - Octobre 2021




AFRICA : une cour d’appel américaine a rendu un verdict défavorable (1) à l’encontre de DotConnectAfrica, candidat malheureux au .AFRICA mais déterminé à obtenir le TLD – ou des compensations – par tous les moyens à sa disposition. L’un des arguments retenus contre DCA est qu’elle a changé de stratégie judiciaire à 180° en cours de route, une pratique condamnée par les tribunaux américains.
(1) DotConnectAfrica slammed for two-faced strategy as it loses .africa appeal
http://domainincite.com/27073-dotconnectafrica-slammed-for-two-faced-strategy-as-it-loses-africa-appeal

AT (Autriche) : le registre autrichien célèbre (1) le franchissement du seuil des 1,4 millions de noms. Selon un graphique présenté dans le communiqué, 73,9% des .AT sont déposés par des titulaires situés en Autriche et 15,4% par des titulaires situés en Allemagne.
(1) New record: 1.4 million registered .at-domains
https://www.nic.at/en/news/nic-at/new-record-14-million-registered-at-domains

AU (Australie) : après bien des déboires liés à sa gouvernance, le registre du .AU semble avoir retrouvé des eaux plus calmes lui permettant de se consacrer au développement de son TLD. Il annonce ainsi (1) une forte croissance de celui-ci entre juillet 2020 et juin 2021, de l’ordre de 5% en stock et de 15% en créations.
(1) Australia’s .au reports strong growth
https://domainnamewire.com/2021/10/21/australias-au-reports-strong-growth/

BASKETBALL : le .BASKETBALL sort du bois (1) avec une forte campagne de communication de GoDaddy autour du site be.basketball. Les tarifs de base sont à 50$ et les « premium » naturellement plus chers. Curieusement, GoDaddy, qui a récupéré le contrat de l’extension en rachetant MMX, ne le propose pas sur son propre site. Il s’agit peut-être d’une volonté de garder sur le site GoDaddy une offre très accessible et de proposer les nTLDs tarifés plus cher sur des sites dédiés, afin de ne pas semer la confusion dans le positionnement marketing du registrar.
(1) .basketball domain emerges under GoDaddy with fewer hoops
http://domainincite.com/27161-basketball-domain-emerges-under-godaddy-with-fewer-hoops

BH (Bahrein) : les nTLDs sont « relancés » périodiquement, les ccTLDs aussi, comme le montre le gouvernement du Bahrein qui annonce (1) la mise en place d’un nouveau processus automatisé et plus fluide pour la gestion des .BH et البحرين., tout en ouvrant ceux-ci au monde entier.
(1) Bahrain to relaunch ccTLD globally
http://domainincite.com/27149-bahrain-to-relaunch-cctld-globally

ES (Espagne) : intéressante statistique sur le .ES, qui reprend l’évolution du ccTLD depuis 1998 alors que celui-ci se prépare à franchir le seuil des 2 millions de noms. De 1998 à 2004, la croissance fut soutenue à l’échelle des volumes de l’époque, mais sans commune mesure avec l’explosion qui suivit à partir de 2005 et de l’abandon du critère de présence locale. En 4 ans, le .ES passa de 85 000 noms à près d’1,1 million. Moins forte, mais toujours visible, la croissance se poursuivit de 2008 à 2018 (1,9 million de noms), date à partir de laquelle un « plafond de verre » semble avoir été atteint. L’année 2019 vit une légère perte de stock et 2020 une reprise, qui ne s’est pas confirmée en 2021 : le solde net de cette année n’est que de 9 000 noms. Il est possible que le .ES soit rattrapé par les conséquences économiques du Covid.
(1) Spanish ccTLD on Track to hit 2 Million Registrations
https://www.internetnews.me/2021/10/13/spanish-cctld-on-track-to-hit-2-million-registrations/

EU (UE) : Eurid annonce (1) qu’il a été de nouveau sélectionné pour un mandat de 5 ans pour gérer le .EU.
(1) EURid wins the EC call for .eu registry
https://eurid.eu/en/news/eurid-wins-the-ec-call-for-eu-registry/

FR (France) : l’Afnic annonce (1) qu’elle est renouvelée en tant qu’office d’enregistrement du .FR pour une durée de 5 ans à compter du 1er juillet 2022, date d’expiration de la convention qui la lie actuellement à l’Etat. Elle revient aussi (2) sur l’édition 2021 de la Journée de son Conseil scientifique, sur le thème « Supervise-moi si tu peux! Protège-moi si je veux ! Le défi du chiffrement généralisé ».
(1) L’Afnic est renouvelée comme office d’enregistrement du .FR
https://www.afnic.fr/observatoire-ressources/actualites/lafnic-est-renouvelee-comme-office-denregistrement-du-fr/
(2) JCSA21 : Retour sur l’édition 2021 de la Journée du Conseil scientifique de l’Afnic
https://www.afnic.fr/observatoire-ressources/actualites/jcsa21-retour-sur-ledition-2021-de-la-journee-du-conseil-scientifique-de-lafnic/

NZ (Nouvelle-Zélande) : le registre du .NZ s’intéresse de près aux usages sous .NZ et notamment au travers du prisme de l’activité et de la popularité mesurés via le traffic DNS. La conclusion d’une récente étude (1) est que 90% des .NZ sont actifs (donc requêtés) tous les jours et que le nom de domaine le plus populaire est mega.nz, service de stockage de données qui rappelle, involontairement ou non, le célèbre megaupload... Une autre étude s’intéresse aux 1000 .NZ les plus requêtés en se penchant sur leur accessibilité (2). Le résultat – 15% de sites web sans problèmes – montre qu’il y a encore du chemin à parcourir.
(1) A traversal view of the .nz space: activity and popularity
https://internetnz.nz/news-and-articles/a-traversal-view-of-the-nz-space-activity-and-popularity/
(2) Accessibility of the top 1,000 NZ home pages
https://internetnz.nz/news-and-articles/accessibility-of-the-top-1000-nz-home-pages/

TV (Iles Tuvalus) : une récente proposition adressée par le ccNSO (country-codes Name Supporting Organization) de l’ICANN au Board de celle-ci fixe les principes de l’extinction d’un ccTLD (1, 2). Ces extensions territoriales sont en effet créées et affectées en fonction de la liste ISO 3166-1 maintenue par l’ONU. Si un code disparait de cette liste, donc un pays dans le monde réel, le ccTLD correspondant n’a plus de raison d’être. Le ccNSO recommande donc qu’il soit donné 5 ans, éventuellement reconductibles une fois, aux registres avant que leurs ccTLDs soient « éteints ». Le cas s’est déjà produit à plusieurs reprises, celui du .YU (Yougoslavie) étant exemplaire. Mais l’article suscite aussi des interrogations en regard d’une approche trop bureaucratique de cette question. Il mentionne ainsi le .TV, extension des Iles Tuvalus menacées d’être submergées à la suite du réchauffement climatique. Or on pourrait considérer qu’à l’ère des Etats-nations, le ccTLD fait partie du « patrimoine » de l’Etat tout comme de la nation dont il émane. Ainsi, les habitants des Iles Tuvalus, menacés de perdre leur territoire, pourraient peut-être être en droit de vouloir conserver cette extension qui représente un revenu appréciable pour leur communauté, surtout si celle-ci est exposée à l’émigration forcée. Autre cas non mentionné par l’article, celui du .SU (Soviet Union) qui survit en Russie et dont les velléités de l’ICANN de le supprimer, il y a une dizaine d’années, ont suscité de vives réactions chez les utilisateurs russes. Il est douteux qu’une décision purement bureaucratique et « automatique » puisse être appliquée aux extensions correspondant à des territoires, ou des nations, sur lesquelles l’ICANN ne possède aucune forme de souveraineté.
(1) TV would not be spared under new ccTLD plan
https://domainnamewire.com/2021/10/05/tv-would-not-be-spared-under-new-cctld-plan/
(2) Long-term future of .tv domain uncertain
https://www.sidn.nl/en/news-and-blogs/long-term-future-of-tv-domain-uncertain

UK (Royaume-Uni) : le pouvoir issu du « coup d’Etat » réalisé par les membres de Nominet mécontents de l’ancienne équipe de direction se met en place (1). Le nouveau président a annoncé sa stratégie (2), très orientée sur l’intérêt général (« public benefit ») et abandonnant les précédents axes de développement. La « Fondation Nominet » sera financée à hauteur de 5M£ par an, et dans les trois prochaines années 50M£ du trésor de guerre accumulé par l’ancienne direction en vue de financer sa croissance par des acquisitions, seront aussi injectés dans cette Fondation (3). Les prix de gros offerts aux registrars seront maintenus à leur niveau actuel, contrairement à la tendance à l’augmentation visible chez de grands concurrents tel que le .COM. La filiale consacrée à la cyber-sécurité sera vendue. Rien n’est dit de l’activité d’OTR (back-end registry) que Nominet exerce pour un assez grand nombre de nTLDs.
(1) Nominet rebels dominate directorship slate
http://domainincite.com/27125-nominet-rebels-dominate-directorship-slate
(2) New Chair shares vision for Nominet in first formal statement to members
https://nominet.uk/new-chair-shares-vision-for-nominet-in-first-formal-statement-to-members/
(3) Nominet to purge £50 million from war chest for good causes as new chair outlines strategy
http://domainincite.com/27118-nominet-to-purge-50-million-from-war-chest-for-good-causes-as-new-boss-outlines-strategy

XXX (XXX) : acquéreur d’ICM Registry, GoDaddy a hérité de ses extensions « pour adultes » et notamment du .XXX dont les noms bloqués lors de l’ouverture de 2011 viennent à échéance à la fin 2021. Un nouveau système est proposé pour remplacer ce blocage (1), AdultBlock, qui s’étend aux autres extensions pour adultes gérées par GoDaddy : .SEX, .PORN, .ADULT. Une formule de base permet de bloquer un terme à l’identique dans ces 4 TLDs, une formule « + » permet aussi de bloquer les variantes approchantes.
(1) With Sunset for .XXX Sunrise B Blocks Fast Approaching, ICM Registry Expands Brand Protection Options
https://registry.godaddy/blog/sunset-for-dotxxx-sunrise-b-block


Samedi 30 Octobre 2021
Loic Damilaville
Lu 20 fois

Présentation | Analyses générales | Gouvernance Internet | Juridique | Sommaires anciens n°