Chaque mois, l'actualité mondiale des noms de domaine


Pour vous abonner à DNS News

Pour vous abonner gratuitement à DNS News, veuillez écrire à

dnsnews-subscribe@yahoogroups.com


Qui sommes-nous?

Loïc Damilaville


Editeur de DNS News depuis 1998, Loïc Damilaville travaille depuis 1997 sur les problématiques liées aux noms de domaine.

Il a fondé en 2005 le Club Noms de domaine, destiné à réunir les personnes en charge des noms de domaine au sein des grandes enteprises.

Il est auteur du Livre blanc sur la gestion des noms de domaine parrainé par l'ACSEL, l'AFNIC, l'APCE, l'APRAM, la CCIP, le CEFAC, le CIGREF, le Club de l'économie numérique, l'INPI, l'ISOC France, le MEDEF, le Ministère de l'économie, des finances et de l'emploi, et l'Union des Fabricants.

Loïc Damilaville est adjoint au directeur général de l'AFNIC.

Il mène aussi des missions de conseil auprès des grands comptes pour les assister dans l'élaboration, la mise en place et le suivi de leurs stratégies de nommage et de présence sur internet.

Contact:
loic[at]dns-news.fr
ou 01 49 73 79 06

Vie des Extensions - Novembre 2018



AU (Australie) : le registre du .AU signale (1) que le gouvernement australien s’est estimé satisfait des progrès réalisés en matière de refonte de ses processus de gouvernance.
(1) Update on auDA's Governance Reform
https://www.auda.org.au/news/update-on-audas-governance-reform/

BE (Belgique): le registre belge indique (1) qu’à compter du 1er décembre les noms frauduleux sous .BE seront bloqués en moins de 24 heures, sur requête de « FPS Economy » qui semble être l’équivalent belge de la DGCCRF. Les titulaires disposeront d’un délai de deux semaines pour répondre et les noms seront par défaut supprimés après 6 mois.
(1) Be will take down bad domains in 24 hours
https://domainnamewire.com/2018/11/27/be-will-take-down-bad-domains-in-24-hours/

BEST: quelques informations au sujet du projet de .BEST repris par un Français, sur le blog de Jean Guillon (1).
(1) The .BEST Acquisition: 3 Months After
http://www.circleid.com/posts/20181105_the_dot_best_acquisition_3_months_after/

CLOUD: le .CLOUD va bientôt être commercialisé en Chine, ayant reçu le feu vert des autorités chinoises (1). Une étape importante de son développement.
(1) CLOUD Receives MIIT Accreditation Allowing for Registering and Hosting Domains in China
http://www.domainpulse.com/2018/11/20/cloud-miit-accreditation-china/

COM: La NTIA a annoncé début novembre que le contrat avec Verisign sur le .COM était reconduit de six années supplémentaires (2018-2024). Cela tombait sous le sens compte-tenu du fait que l’échéance du contrat était fin novembre et qu’aucun appel d’offres n’avait été lancé. Ce qui prêtait plus à questionnement était le maintien des tarifs du .COM à 7.85$ comme l’avait exigé le Congrès en 2012, ou la faculté donnée à Verisign d’augmenter ses tarifs comme précédemment.
Le verdict a été très favorable à Verisign puisque l’entreprise se voit autorisée à augmenter le prix de 7%, de manière annuelle et quatre fois sur les six prochaines années (1). Les observateurs ont très vite identifié les gagnants et les perdants, ces derniers étant les titulaires de .COM et au premier chef les domainers, mais aussi les ayants droits titulaires de noms défensifs (ce qui n’est pas mentionné dans les articles). Si les actionnaires ont eu de quoi se réjouir (2), les inquiétudes étaient vives chez les autres parties prenantes qui s’interrogeaient (3) sur ce qu’allait faire l’ICANN. Car ce « milliard » de chiffre d’affaires supplémentaire accordé à Verisign (4) est soumis aux négociations que le registre va à présent devoir mener avec l’ICANN.
De là la possibilité pour cette dernière de contraindre Verisign à mettre en place sous .COM la procédure URS qui semble inquiéter beaucoup de monde. Rappelons que l’URS est un système peu coûteux et rapide permettant à une partie s’estimant lésée par l’utilisation d’un nom de domaine d’obtenir la suspension et le blocage de celui-ci. Manquant de psychologie, l’une des dirigeantes de Verisign a choisi ce moment pour traiter les domainers de « scalpeurs » de noms de domaines (au sens où ils « scalpent » la valeur des noms), ce qui a évidemment fait jaser. Certains y ont vu une tentative de diversion (5) de la part d’un registre bien conscient que se remplir les poches au détriment de la communauté le rend impopulaire.
Mais cette « diversion » est en réalité peut-être plus grave qu’un simple effort tactique. Nous ne serions pas étonné que Verisign ait mis en exergue les vagues de domaining chinois des années 2015-2017 pour « condamner » des pratiques pouvant avoir pour effet de déséquilibrer le TLD. De là une proposition – évidemment bien accueillie par la NTIA – de s’engager à lutter contre le cybersquatting (variante illégale du domaining) et toutes autres formes de pratiques potentiellement préjudiciables. L’autorisation d’augmenter les tarifs anticiperait donc une perte en stock liée à l’évolution du marché mais surtout à la mise en place encore à venir de contrôles plus étroits sur le TLD (ceux-ci engendrant aussi des coûts supplémentaires). Ce serait forte de cette certitude que la responsable de Verisign se serait permise ces déclarations désobligeantes vis-à-vis des domainers. Le caractère abusif de la déclaration tient à ce que le domaining en soi s’apparente à une activité de spéculation en bourse, et n’est en aucun cas illégal en lui-même. Mais l’amalgame est vite fait entre domainers et cybersquatters, et cette dame ne voulait sans doute pas viser des pratiques qui sont le pain quotidien des actionnaires de son employeur.
Les défenseurs des titulaires se sont à présent tournés vers l’ICANN pour obtenir d’elle qu’elle bloque le tarif du .COM lors des futures négociations (6), mais cette perspective est douteuse. Outre la mise en place de l’URS, l’organisation californienne peut trouver là une occasion de revenus complémentaires, en prélevant sa part des 7% d’augmentation. Il est peu probable que son souci de l’intérêt général l’empêche d’en profiter.
(1) Who wins, who loses from Trump Admin decision on domain names
https://domainnamewire.com/2018/11/02/who-wins-who-loses-from-trump-admin-decision-on-domain-names/
(2) Verisign stock skyrockets on new contract terms
https://domainnamewire.com/2018/11/02/verisign-stock-skyrockets-on-new-contract-terms/
(3) Will ICANN take a bigger slice of the .com pie, or will .domainers get URS?
http://domainincite.com/23644-will-icann-take-a-bigger-slice-of-the-com-pie-or-will-domainers-get-urs
(4) Trump gives Verisign almost $1 billion in free money
http://domainincite.com/23641-trump-gives-verisign-almost-1-billion-in-free-money
(5) Verisign's Attempt to Increase its Fees Still Unjustified Despite Diversionary Tactic
http://www.circleid.com/posts/20181112_verisigns_attempt_to_increase_fees_unjustified_despite/
(6) Letter to ICANN Re NTIA and the .COM Registry Agreement
https://www.internetcommerce.org/letter-to-icann-re-ntia-and-the-com-registry-agreement-november-16-2018-pdf/

CZ (Rép. Tchèque): le prix de gros des .CZ passera à 145 couronnes (5.6 euros) à compter du 1er janvier 2019 (1).
(1) The CZ.NIC Association changes the wholesale domain prices
https://www.nic.cz/page/3901/the-cznic-association-changes-the-wholesale-domain-prices/

FR (France): l’Afnic lance ses premiers “Coaching Days” destinés aux registres de .CORP ou aux candidats à l’obtention d’un .CORP au cours du future round ICANN. Les dossiers doivent être envoyés à l’Afnic avant le 28 février 2019.
(1) Afnic Conseil, le partenaire des extensions internet innovantes
https://www.afnic.fr/fr/l-afnic-en-bref/actualites/actualites-generales/11259/show/l-afnic-lance-la-1ere-edition-de-ses-coaching-days.html

ME (…Montenegro): le .ME a introduit les noms de domaine en caractères IDN le 12 novembre dernier (1). Les caractères d’un vaste éventail de langues sont à présent enregistrables sous ce ccTLD : arabe, biélorusse, bosniaque, bulgare, chinois (traditionnel et simplifié), croate, danois, finnois, français, allemand, hindi, hongrois, islandais, italien, coréen, letton, lituanien, macédonien, monténégrin (latin et cyrillique), polonais, portugais, russe, serbe (latin et cyrillique), espagnol, suédois, turc et ukrainien.
(1) .ME Introducing IDNs Next Week
http://www.domainpulse.com/2018/11/07/me-introducing-idns-next-week/

NU (Niue): le gouvernement des Iles Niue a attaqué le registre suédois en justice pour récupérer “son” extension, le .NU (1). Celui-ci avait été obtenu auprès de Jon Postel par Bill Semish, qui en avait apparemment rétrocédé l’exploitation à IIS.SE (registre du .SE) en 2013 en contrepartie de fortes royalties. Les Iles Niue exigent de même la rétrocession par IIS.SE de tous les profits qu’a pu engendrer le .NU. Ce ccTLD a un grand succès en Suède car il signifie quelque chose comme « nouveau » en suédois. Plusieurs centaines de milliers de .NU sont déposés en Suède.
(1) Exclusive: Tiny island sues to take control of lucrative .nu
http://domainincite.com/23705-exclusive-tiny-island-sues-to-take-control-of-lucrative-nu

NZ (Nouvelle Zélande): la Commission des Noms de domaine néo-zélandaise et le Département des Affaires intérieures ont conclu un partenariat afin de travailler ensemble à un internet « plus sûr ».
(1) NZ Works Towards A Safer, More Secure and Trusted .NZ
http://goldsteinreport.com/article.php?article=26743

VN (Vietnam): le registre vietnamien annonce que son système d’enregistrement en ligne est opérationnel depuis le 12 septembre, associant déjà quelques registrars “tests”. Toutes les étapes sont traitées jusqu’au paiement en ligne.
(1) VNNIC deployed online registration system for “.VN” domain name
https://www.vnnic.vn/node/1906?lang=en

ZA (Afrique du sud): le registre du .ZA communique (1) autour du franchissement par le .ZA du seuil des 1.2 millions de noms de domaine, s’affirmant comme le 1er ccTLD africain.
(1) With 1.2 Million Registrations, .ZA Cements Its Position As Africa’s Leading ccTLD
http://www.domainpulse.com/2018/11/19/1-2-million-registrations-za/

Dimanche 2 Décembre 2018
Loic Damilaville
Lu 37 fois

Présentation | Analyses générales | Gouvernance Internet | Juridique | Sommaires anciens n°