Chaque mois, l'actualité mondiale des noms de domaine


Pour vous abonner à DNS News

Pour vous abonner gratuitement à DNS News, veuillez écrire à

dnsnews-subscribe@yahoogroups.com


Qui sommes-nous?

Loïc Damilaville


Editeur de DNS News depuis 1998, Loïc Damilaville travaille depuis 1997 sur les problématiques liées aux noms de domaine.

Il a fondé en 2005 le Club Noms de domaine, destiné à réunir les personnes en charge des noms de domaine au sein des grandes enteprises.

Il est auteur du Livre blanc sur la gestion des noms de domaine parrainé par l'ACSEL, l'AFNIC, l'APCE, l'APRAM, la CCIP, le CEFAC, le CIGREF, le Club de l'économie numérique, l'INPI, l'ISOC France, le MEDEF, le Ministère de l'économie, des finances et de l'emploi, et l'Union des Fabricants.

Loïc Damilaville est adjoint au directeur général de l'AFNIC.

Il mène aussi des missions de conseil auprès des grands comptes pour les assister dans l'élaboration, la mise en place et le suivi de leurs stratégies de nommage et de présence sur internet.

Contact:
loic[at]dns-news.fr
ou 01 49 73 79 06

Vie des extensions - Juillet-août 2021



AERO : l’ICANN a publié (1) le nouveau contrat du .AERO lors de la période d’appel à commentaires faisant partie du processus habituel. D’après ce qu’en dit notre source, on y sent la volonté constante d’aligner les conditions en termes de contraintes pour le registre (présence d’un séquestre notamment) mais les tarifs resteront inchangés. Ceux-ci s’élèveraient à 20% du tarif payé par les registres de nTLDs. Pourquoi ceux-ci, qui ont souvent des problématiques financières aigues, n’ont-ils pas encore exigé de l’ICANN qu’elle aligne ses prix soi-disant « costs-oriented » sur ceux des extensions génériques existant depuis plus longtemps et ayant donc un double avantage concurrentiel, c’est un mystère.
(1) ICANN DOESN’T money-grub in new gTLD contract shocker
http://domainincite.com/26838-icann-doesnt-money-grub-in-new-gtld-contract-shocker

AMAZON : après avoir arraché de haute lutte le .AMAZON aux pays de la région amazoniene, le groupe a commencé à l’utiliser (1). Les tous premiers noms sont ads.amazon, alexa.amazon, echo.amazon, kindle.amazon, prime.amazon et primevideo.amazon… qui pour l’instant renvoient vers le site phare américain.
(1) Amazon has started using hard-won .amazon
http://domainincite.com/26847-amazon-has-started-using-hard-won-amazon

AU (Australie) : le registre a annoncé (1) que les noms seront directement enregistrables sous .AU à compter du 24 mars 2022. Un système de « priorités » permet aux titulaires de noms actuels (sous .COM.AU etc.) de revendiquer leur .AU. Ces titulaires auront 6 mois, à compter du 24 mars, pour déposer une demande aurpès d’un registrar accrédité auprès du registre. Celui-ci émet aussi un appel à commentaires (2) au sujet de son plan stratégique 2021 – 2025.
(1) Australia’s Internet domain is growing - get ready to getyour.au
https://www.auda.org.au/statement/australias-internet-domain-growing-get-ready-getyourau
(2) Have your say: auDA 2021-25 Proposed Strategy released for consultation
https://www.auda.org.au/statement/have-your-say-auda-2021-25-proposed-strategy-released-consultation

BE (Belgique) : le registre belge nous présente un panorama de ses activités en matière de cybersécurité (1).
(1) Temps de sortir de l'ombre : la cyber sécurité en Belgique
https://www.dnsbelgium.be/fr/nouvelles/cyber-securite-en-belgique

CA (Canada) : un rapport du CIRA, registre du .CA, montre qu’au Canada aussi le covid et les périodes de confinement ont provoqué une accélération de la transition numérique (1).
(1) CIRA reports covid-19 pandemic-fuelled growth as e-commerce booms
https://goldsteinreport.com/cira-covid-19-ecommerce-booms/

CN (Chine) : un expert commente (1) le récent rapport du gouvernement chinois (2) indiquant que le nombre de noms de domaine déposés en Chine a baissé de 51 millions fin 2019 à 42 millions fin 2020. Chiffre capital, il n’y aurait selon cet expert que 4,4 millions de sites web en Chine, ce qui montre l’amplitude du phénomène du domaining dans ce pays toutes extensions confondues.
On relève que le .CN est leader, mais en détenant moins de 50% de parts de marché. Le .COM est assez loin derrière avec seulement 30%, ce qui représente tout de même 13 millions de noms soit environ 8% de son stock mondial. Enfin, les nTLDs pèsent 18% du marché chinois (contre 8% environ au niveau mondial) ce qui démontre l’appétence des domainers chinois pour ces extensions (ces 7,5 millions de noms représentant environ 25% des nTLDs déposés dans le monde).
(1) Domains plunged 18% in China last year
https://domainnamewire.com/2021/06/29/domains-plunged-18-in-china-last-year/
(2) Rapport du gouvernement chinois sur l’internet en Chine (en chinois, mais page 9 sont présentées les statistiques des noms de domaine)
http://www.cac.gov.cn/2021-02/03/c_1613923423079314.htm

COM : le rapport trimestriel de SPAMHAUS (1) concernant les noms de domaine utilisés à des fins préjudiciables fait une nouvelle fois ressortir le .COM comme le TLD privilégié pour ce genre d’activités. Le registrar NameSilo a l’honneur douteux de voler la vedette à Namecheap.
(1) .com and NameSilo fingered as “most-abused” after numbers rocket
http://domainincite.com/26865-com-and-namesilo-fingered-as-most-abused-after-numbers-rocket

DE (Allemagne) : le DENIC annonce (1) que le seuil des 17 millions de .DE a été franchi le 13 juillet dernier, ce qui lui donne l’ocasion d’une rétrospective sur l’histoire du .DE.
(1) More .de Domains Than Ever Before: 17-Million Mark Cracked!
https://www.denic.de/en/whats-new/news/article/more-de-domains-than-ever-before-17-million-mark-cracked/

DK (Danemark) : le DK-Hostmaster indique (1) que sa charte de nommage va évoluer à partir du 6 septembre 2022. Les principales modifications sont les suivantes :
- Introduction of Registrar Management, where a registrant can in future choose to let a registrar completely take care of the administration of his or her domain name and at the same time retain the same consumer protection. It will still be possible for a registrant to manage his or her domain name via DK Hostmaster Self-Service, including using a billing contact and a proxy.
- The registrant's obligation to keep contact information correct has been clarified, and so have DK Hostmasters powers to control this. The consequence of not having accurate contact information is that all of a registrant's domain names are suspended and deleted
- The suspension period is unified so that it is 30 days regardless of the reason for suspension.
(1) New terms for the right to use .dk domain names
https://www.dk-hostmaster.dk/en/news/new-terms-right-use-dk-domain-names-0

EU (UE) : actualité assez dense pour le .EU, ou tout au moins pour son registre. Celui-ci indique que le TLD a cru de 1,26% au 1er semestre 2021 (1), avec un taux de renouvellement de 82,88%. Le Portugal est le pays de plus dynamique, voyant son stock de .EU s’envoler de 61%. Autre point d’intérêt, les structures et personnes situées en Islande, au Liechtenstein et en Norvège peuvent enregistrer des .EU depuis le 2 août (2). Ces renforts pourront-ils compenser les pertes liées au Brexit, les noms concernés ayant été passés en statut « Withdrawn » au 2 juillet ? (3). Eurid présente enfin une atualisation de son étude sur les usages des .EU (4), montrant que 81% des .EU ont un serveur MX et 82% pointent vers un serveur Web ; 19% sont en outre utilisés à des fins commerciales.
(1) EURid’s Q2 report shows 1.26% growth
https://eurid.eu/en/news/2021-q2-report/
(2) Extension of citizenship criteria to EEA nationals
https://eurid.eu/en/news/extension-of-citizenship-criteria/
(3) Brexit Impacted EU Domains Now “Withdrawn”. What Next?
https://www.internetnews.me/2021/07/07/brexit-impacted-eu-domains-now-withdrawn-what-next/
(4) Latest results of the .EU website categorisation
https://onlinedomain.com/2021/07/02/domain-name-news/latest-results-of-the-eu-website-categorisation/

ID (Indonésie) : l’introduction des noms en caractères indonésiens se heurte à l’absence de standardisation des écritures indonésiennes (1). Cette tâche est indispensable pour que le processus de création de noms (voire de TLDs) en caractères indonésiens soit possible, au moins pour les principales graphies employées dans le pays.
(1) PANDI lauds BSN move to accelerate standardization of local scripts
https://en.antaranews.com/news/182834/pandi-lauds-bsn-move-to-accelerate-standardization-of-local-scripts

IE (Irlande) : le registre irlandais indique (1) que le 1er semestre 2021 a été le meilleur de son histoire, avec des créations en progression de 1, 6% sur un 1er semestre 2020 déjà atypique. La croissance annuelle est de 9,6%. Le .IE fait partie des ccTLDs bénéficiant des effets de l’accélération de la transition numérique. Son communiqué laisse à entendre que la conjoncture est restée favorable au développement de l’Internet en Irlande, à l’instar d’autres pays. Les effets d’une éventuelle crise économique ne se font pas encore sentir sur les performances du TLD.
(1) Irish domain sales closely track pandemic restrictions
http://domainincite.com/26915-irish-domain-sales-closely-track-pandemic-restrictions

IO (Terr. Brit. Océan indien) : Afilias, qui opère le .IO, a récemment été l’objet d’une plainte pour participation à un « crime contre l’humanité », en ce qu’elle tire de gras profits de l’exploitation d’un TLD correspondant à un territoire dont les habitants ont été chassés par les Britanniques dans les années 1970 pour permettre l’installation d’une base militaire. Le TLD avait été attribué à Paul Kane en 1997, qui le revendit à Afilias en 2017 pour 20 millions de $. Mais l’acquéreur n’a peut-être pas fait une très bonne affaire. Les Chagos ne vont pas disparaître du jour au lendemain et leurs plaintes s’associent à celles de victimes d’opérations délictueuses menées en s’aidant de noms en .IO. Cela ne fait pas « propre » en termes d’image pour Afilias et sa holding Donuts, à présent contrôlées par « Ethos » Capital. Peut-être vont-elles même devoir partager le « fromage » avec les populations autrefois spoliées de leurs territoires selon des méthodes devenues aujourd’hui peu politiquement correctes, et cela ne fera pas plaisir aux actionnaires.
(1) “Crimes against humanity” claims against Afilias
http://domainincite.com/26910-crimes-against-humanity-claims-against-afilias

ME (Montenegro) : le .ME a franchi (1) le million de noms de domaine. Peut-on avancer que c’est le fruit d’une accélération dela transition numérique au Monténégro ? Rien n’est moins sûr, mais trève de mauvais esprit... Le communiqué indique que le plus grand registrar du .ME est GoDaddy avec 14,6% des noms, suivi par Namecheap qui n’a que 2,71% de parts de marché. Le marché du .ME semble donc particulièrement éclaté entre de multiples registrars.
(1) .ME Celebrated Million Registered Domains
https://domain.me/me-celebrated-million-registered-domains/

NL (Pays-bas) : le SIDN fait la promotion de son outil de suggestion de noms de domaine (1).
(1) "Suggestion tool makes it easier for business registrants to find a good .nl domain name"
https://www.sidn.nl/en/news-and-blogs/suggestion-tool-makes-it-easier-for-business-registrants-to-find-a-good-nl-domain-name

NZ (Nouvelle-Zélande) : intéressante étude (1) du registre du .NZ sur les dynamiques de renouvellement dans son TLD. Sans apporter de révélations, l’étude permet de quantifier les phénomènes connus, notamment le fait que la probabilité de renouvellement d’un nom de domaine augmente avec son ancienneté. Un graphique met en revanche en exergue l’effet d’érosion naturelle qui se produit même sur des noms anciens, car le taux de renouvellement n’est jamais de 100%. Selon les calculs de Internet NZ, le % de noms déposés en année X et toujours présents en X+4 serait de 40%. On mesure ainsi toute l’importance pour les registres de stimuler les renouvellements, mais aussi de faciliter les créations – et les re-créations – de noms de domaine afin de surmonter ce frein naturel au développement. Jusqu’à présent, peu de registres de ccTLDs ont dû éprouver de situation où l’érosion non compensée par des créations et re-créations finit par « siphonner » leur stock. Mais bien des nTLDs connaissent ce genre de problème. Le .NZ en tout cas fait partie des TLDs bénéficiant de l’accélération de la transition numérique (2).
(1) Domain retention insights for .nz ccTLD
https://internetnz.nz/news-and-articles/domain-retention-insights-for-nz-cctld/
(2) NZ gets the covid-19 pandemic bump
https://goldsteinreport.com/nz-gets-the-covid-19-pandemic-bump/

ORG : le .ORG pourrait bientôt proposer 7 nouvelles graphies, en croate, finnois, hindi, italien, monténégrin, portugais et japonais (1). Le DNS Abuse Institute lancé par PIR il y a quelques mois a publié une « roadmap » fort intéressante (2) mais aussi très ambitieuse, sinon trop. On se noie un peu dans la floraison d’initiatives diverses là où il aurait peut-être fallu quatre ou cinq actions simples évaluées sur la base de résultats concrets. Ne dit-on pas que « qui trop embrasse mal étreint » ?
(1) .org domains could come in seven new languages
http://domainincite.com/26867-org-domains-could-come-in-seven-new-languages
(2) DNS Abuse institute publishes roadmap for combatting abuse
https://goldsteinreport.com/dns-abuse-institute-publishes-roadmap-for-combatting-abuse/
https://dnsabuseinstitute.org/wp-content/uploads/2021/06/DNS-Abuse-Institute-Roadmap.pdf

PT (Portugal) : comme bien d’autres ccTLDs, le .PT affiche (1) des résultats très positifs pour son 1er semestre 2021. Il est remarquable de voir à quel point les situations dont rendent compte les registres sont similaires d’un TLD à l’autre, comme si les utilisateurs de l’internet avaient réagi de la même manière dans le monde entier, lorsque leurs gouvernements le leur permettait. Le cas du .CN est d’autant plus contrasté.
(1) .pt grows 11% and exceeds 53 thousand new registrations in the first half of the year
https://www.dns.pt/en/news/pt-grows-11-and-exceeds-53-thousand-new-registrations-in-the-first-half-of-the-year/

RU (Russie) : le registre du .RU présente un résumé très condensé de l’intiative Domain Patrol après deux ans d’existence. Celle-ci vise à rassembler divers organismes russes en vue de la lutte contre les « abus » liés aux noms de domaine. Des résultats sont publiés mensuellement ; le rapport de juillet montre que les opérations de phishing constituent l’essentiel des cas traités.
(1) Domain patrol: Year on the watch
https://cctld.ru/en/media/news/kc/28359/
https://xn--80ahdqlciafpmxo0iwa.xn--p1ai/en/reports/

SUCKS : une nouvelle décision UDRP au sujet d’un .SUCKS (1, 2) relance le débat visant à savoir comment mettre un terme aux agissements de ce groupe de suctuctures savemment contruit pour que les liens entre elles restent camouflés. La suggestion du panel d’expert aux plaignants, qu’il a dû débouter pour une raison « technique », n’est rien moins que de s’en prendre directement au registre Vox Populi, plutôt qu’au titulaire Honey Salt. La procédure n’est plus une UDRP, c’est une « PDDRP » (ah ! ces inimitables sigles icanniens) qui est la même chose, mais dirigée contre les registres d’extensions génériques. Elle a été rarement, sinon jamais utilisée, mais ce pourrait être en effet une arme plus efficace pour frapper au coeur une nébuleuse d’acteurs aux responsabilités soigneusement diluées dans ce qui reste un modèle économique malsain.
(1) .sucks registry probably “connected” to mass cybersquatter, panel rules
http://domainincite.com/26949-sucks-registry-probably-connected-to-mass-cybersquatter-panel-rules
(2) Panel hands .sucks squatter a WIN, but encourages action against the registry
http://domainincite.com/26854-panel-hands-sucks-squatter-a-win-but-encourages-action-against-the-registry

TICKETS : DotXYZ a acquis un nouveau nTLD, le .TICKETS, probabement tué par son modèle « value-oriented », c’est-à-dire posant des conditions strictes à l’enregistrement et pratiquant des prix littéralement prohibitifs. Selon notre source (1), DotXYZ ne va pas bouger les prix (ce qu’il dit pour l’instant) mais va éliminer toutes les restrictions en termes d’éligibilité.
(1) XYZ scraps .tickets rules but won’t lower the price
http://domainincite.com/26831-xyz-scraps-tickets-rules-but-wont-lower-the-price

UK (Royaume-Uni) : le précédent DG de Nominet ayant dû démissionner peu de jours avant que des membres en colère ne « fassent le ménage » dans le Conseil d’administration du registre, le nouveau DG a communiqué sur ses orientations pour les prochains mois. Le cœur de la controverse était la tonalité trop « commerciale » de la stratégie de l’ancienne équipe, qui venait sans doute contrarier certains intérêts tout en créant un manque de lisibilité dans le positionnement du registre. En cohérence avec ce constat, voici les axes de travail que s’est donnés le nouveau DG :
A strategic review of all non-registry related services.
A review of Nominet’s wholesale price for domains.
A review of the reserve funds held by the company to determine a suitable level for reserves and options for using unallocated reserves.
A review of remuneration policy to ensure the company can attract talented people at reasonable cost.
A review of the public benefit spending of the company to ensure it is set at an appropriate level and supports the UK’s digital economy and society.
A review of the ways in which Nominet engages with members and seeks advice and input on key decisions.
En somme, et en caricaturant peut-être, Nominet qui tendait à devenir un acteur de première grandeur tout en se diversifiant (notamment sur les ondes TV et la cybersécurité) va se recentrer, abaisser ses tarifs, moins rémunérer ses dirigeants, distribuer plus d’argent, veiller à améliorer la qualité des interactions avec ses membres. Il est probable qu’à l’issue de ces réflexions la hache tombera sur quelques activités jugées non opportunes à conserver dans le cadre de la nouvelle stratégie ; quel sort sera-t-il réservé aux nombreux nTLDs dont Nominet est le back-end registry ?
(1) New Nominet Chair sets out change agenda
https://www.nominet.uk/new-nominet-chair-sets-out-change-agenda/



Samedi 28 Août 2021
Loic Damilaville
Lu 11 fois

Présentation | Analyses générales | Gouvernance Internet | Juridique | Sommaires anciens n°