Chaque mois, l'actualité mondiale des noms de domaine


Pour vous abonner à DNS News

Pour vous abonner gratuitement à DNS News, veuillez écrire à

dnsnews-subscribe@yahoogroups.com


Qui sommes-nous?

Loïc Damilaville


Editeur de DNS News depuis 1998, Loïc Damilaville travaille depuis 1997 sur les problématiques liées aux noms de domaine.

Il a fondé en 2005 le Club Noms de domaine, destiné à réunir les personnes en charge des noms de domaine au sein des grandes enteprises.

Il est auteur du Livre blanc sur la gestion des noms de domaine parrainé par l'ACSEL, l'AFNIC, l'APCE, l'APRAM, la CCIP, le CEFAC, le CIGREF, le Club de l'économie numérique, l'INPI, l'ISOC France, le MEDEF, le Ministère de l'économie, des finances et de l'emploi, et l'Union des Fabricants.

Loïc Damilaville est adjoint au directeur général de l'AFNIC.

Il mène aussi des missions de conseil auprès des grands comptes pour les assister dans l'élaboration, la mise en place et le suivi de leurs stratégies de nommage et de présence sur internet.

Contact:
loic[at]dns-news.fr
ou 01 49 73 79 06

Vie des extensions - Novembre 2020



AU (Australie) : le registre du .AU annonce (1) que la nouvelle charte de nommage entrera en vigueur le 12 avril 2021. Sa principale évolution concerne la possibilité d’enregistrer des noms directement sous .AU. auDA publie aussi son Rapport annuel 2019/2020 (2), sur fond de sortie d’une longue crise de gouvernance interne. Enfin, il communique sur les impacts positifs du COVID pour le .AU, dans un contexte où de nombreuses entreprises australiennes sont obligées de développer leurs activités digitales pour survivre (3, 4).
(1) New rules for .au domain names to launch on 12 April 2021
https://www.auda.org.au/news/new-rules-au-domain-names-launch-12-april-2021
(2) auDA’s 2019/20 Annual Report highlights transformation and consolidation
https://www.auda.org.au/news/audas-201920-annual-report-highlights-transformation-and-consolidation/
(3) .au domain names growth highlights businesses pivoting online during COVID-19
https://www.auda.org.au/news/au-domain-names-growth-highlights-businesses-pivoting-online-during-covid-19/
(4) More shoppers are seeking out Aussie businesses online
https://www.auda.org.au/news/more-shoppers-are-seeking-out-aussie-businesses-online/

BE (Belgique) : DNS Belgium décrit (1) le mécanisme de vérification mis en place au moment des créations de noms de domaine. Si les données des titulaires sont incorrectes, ceux-ci disposent de 14 jours pour régulariser leur situation, au risque de perdre leur nom de domaine. Mais ces 14 jours peuvent être mis à profit pour faire beaucoup de mal. DNS Belgium procède donc à des vérifications automatiques s’efforçant de détecter des « patterns » ou des incohérences afin d’identifier très rapidement les noms potentiellement dangereux.
(1) DNS Belgium checks registration data even faster
https://www.dnsbelgium.be/en/news/check-registration-data

CH (Suisse) : le registre suisse indique (1) que son fichier de zone va bientôt être publié en open data.
(1) Discover and use Linked Open Data
https://www.switch.ch/stories/Discover-linked-open-data/
(2) The .ch zone file will be published as open data
https://securityblog.switch.ch/2020/11/18/dot_ch_zone_is_open_data/

CZ (Rép. Tchèque) : CZ.NIC Labs indique (1) avoir « scanné » plus un million de noms en .CZ en consolidant plusieurs sources de données les concernant. L’éude restitue ainsi une image de l’utilisation des .CZ : 61,1% pointaient vers des pages web non parking, 20,1% vers des pages de parking, 12% n’avaient aucun contenu, 6,7% étaient en http error. 69,3% avaient un serveur de messagerie opérationnel.


Le graphique d’utilisation des noms en fonction de leur âge est très éclairant quant à la corrélation entre l’utilisation et l’ancienneté, donc entre l’utilisation et le renouvellement. L’étude présente encore d’autres informations intéressantes.
(1) Basic classification of second-level domains in .cz
https://adam.pages.nic.cz/reports/adam/domain_classification-en/

EU (UE) : EURID a mis à jour sa page « Brexit » en informant les titulaires de .EU concernés des différents jalons de l’agenda (1) :

o On 21 December 2020, EURid will notify by email all UK registrants who have not yet demonstrated continued compliance with the eligibility criteria and their registrars about the risk of forthcoming non-compliance with the .eu regulatory framework.
o On 1 January 2021, EURid will notify by email all UK registrants and their registrars that their domain name is no longer compliant with the .eu eligibility criteria and is moved to the “SUSPENDED” status until 31 March 2021.
o On 1 April 2021, EURid will notify again by email all UK registrants and their registrars that their domain name is no longer compliant with the .eu regulatory framework and is moved to the “WITHDRAWN” status.
o On 1 January 2022, all the domain names in the “WITHDRAWN” status, formerly assigned to UK registrants, will be REVOKED and become AVAILABLE for general registration.
Ce processus s’amorcera donc dans quelques jours, alors que le stock de .EU continue à décroître (2). Toujours au niveau européen, une brève d’Associated Press signale (3) des velléités de Bruxelles de renforcer le contrôle des Européens sur leurs données personnelles, notamment dans le cadre de l’utilisation de grandes plate-formes américaines et chinoises.
(1) Update on Brexit related .eu domain names
https://eurid.eu/en/news/update-on-brexit-related-eu-domain-names/
(2) .EU domain registrations decrease again
https://onlinedomain.com/2020/11/02/domain-name-news/eu-domain-registrations-decrease-again/
(3) EU plans new rules giving europeans more control of data
https://goldsteinreport.com/eu-plans-new-rules-giving-europeans-more-control-of-data/

FI (Finlande) : à l’instar de nombreux ccTLDs, le .FI est dopé par les conséquences du COVID contraignant nombre d’entreprises à accélérer leur transition numérique. Il vient de passer le seuil des 500 000 noms (1). Le registre s’est aussi associé au Centre national finlandais de cybersécurité (NCSC-FI) pour mettre au point Kybermittari, outil destiné à aider les dirigeants d’entreprise à faire face aux risques cyber et à assurer la continuité de leurs opérations.
(1) Digital services take centre stage in exceptional conditions as .fi domain names reach 500,000 milestone
https://www.traficom.fi/en/news/digital-services-take-centre-stage-exceptional-conditions-fi-domain-names-reach-500000
(2) New tool for management to tackle cyber threats
https://www.traficom.fi/en/news/new-tool-management-tackle-cyber-threats

FORUM : le .FORUM joue l’originalité : pendant sa période de sunrise (jusqu’au 15 décembre), ses tarifs seront réduits de moitié par rapport aux tarifs post-ouverture globale (1). C’était la bonne nouvelle. La mauvaise est qu’à 452,13$, ce prix « d’ami » en fera hésiter plus d’un…
(1) .forum sunrise period will cost less than half the regular reg fee
http://domainincite.com/26039-forum-sunrise-period-will-cost-less-than-half-the-regular-reg-fee

FR (France) : l’Afnic, registre du .FR, a lancé en novembre son initiative « Je passe au numérique » destinée à accompagner les TPE/PME dans leur transition numérique (1). Ses équipes mettent aussi à la disposition de la communauté un ensemble de ressources sur DoT et DoH (2).
(1) « Je passe au numérique », l’initiative de l’Afnic pour les TPE/PME
https://www.afnic.fr/fr/l-afnic-en-bref/actualites/actualites-generales/12383/show/je-passe-au-numerique-l-initiative-de-l-afnic-pour-les-tpe-pme.html
(2) Evolutions du DNS et ses protocoles : l’Afnic publie un ensemble de ressources sur DoT et DoH
https://www.afnic.fr/fr/l-afnic-en-bref/actualites/actualites-generales/12358/show/evolutions-du-dns-et-ses-protocoles-l-afnic-publie-un-ensemble-de-ressources-sur-dot-et-doh.html

LU (Luxembourg) : le registre Restena vend actuellement aux enchères les .LU en 1 et 2 caractères (chiffres et lettres). Compte-tenu de la rareté de ces noms et des prix atteints sous d’autres extensions, les niveaux atteints jusqu’à présent semblent très raisonnables (1). Le site (2) permet de filtrer les noms en fonction des dates d’échéances des enchères (2). Beaucoup de noms ne semblent pas avoir trouvé preneur, et seront enregistrables « normalement » à compter du 15 décembre.
(1) One-letter .lu domains could be bought for peanuts
http://domainincite.com/26019-one-letter-lu-domains-could-be-bought-for-peanuts
(2) Site des enchères sous .LU
https://1-2.dns.lu/auctions

MX (Mexique) : le registre mexicain communique sur la transition numérique des entreprises de son pays (1) dans le contexte du COVID. Il décrit une situation très semblable à celles de nombreux pays. Un second article cherche sans doute à stimuler les entrepreneurs en leur donnant des sources d’inspiration (2), mettant en valeur les e-commerçants rencontrant le plus de succès.
(1) How Mexican businesses are transforming to deal with Covid-19
https://www.dominios.mx/how-mexican-businesses-are-transforming-to-deal-with-covid-19/
(2) The most successful Mexican eCommerce businesses
https://www.dominios.mx/the-most-successful-mexican-ecommerce-businesses/

NL (Pays-bas) : SIDN communique ce mois-ci sur deux nouveaux types d’attaques liées au DNS. La première (1) a été baptisée « SAD » pour « Side channel Attacked DNS », et serait une variante de l’exploitation de la « faille Kaminsky » par empoisonnement de cache. Ceci renforcera peut-être une mobilisation très vacillante autour de l’implémentation de DNSSEC. La seconde nous initie à un nouveau terme, le « smishing », qui consiste à envoyer des liens malveillants par SMS (2). Ce type d’attaque utiliserait de plus en plus des noms de domaine typosquattés.
(1) SAD DNS: new DNS cache poisoning technique emerges
https://www.sidn.nl/en/news-and-blogs/sad-dns-new-dns-cache-poisoning-technique-emerges
(2) Typo domain names used for smishing
https://www.sidn.nl/en/news-and-blogs/typo-domain-names-used-for-smishing

ORG : un post (1) de Konstantinos Zournas établit très clairement le lien entre l’échec d’Ethos Capital à s’emparer du .ORG et le rachat d’Afilias (opérateur technique du .ORG) par Donuts, elle-même contrôlée par Abry Partners. La conclusion est qu’Afilias, en tant qu’opérateur technique, pourra exiger des hausses de tarifs qui seront nécessairement répercutées dans les prix du .ORG. Mais le ton est très polémique et trop anxiogène. Nous ne connaissons pas le contrat liant PIR (registre du .ORG) à Afilias. Et pour l’heure, ce sont les finances de PIR qui sont en déroute du fait des ponctions réalisées par l’ISOC. Afilias devrait présenter de solides raisons d’augmenter les tarifs, surtout après « l’émotion » provoquée par l’affaire du rachat manqué par Ethos Capital. Mais au-delà de ces nuances, il est clair que les claquements de mâchoires de certains acteurs sont assourdissants.
(1) ORG was “saved”. Now get ready for some huge price increases!
https://onlinedomain.com/2020/11/20/domain-name-news/org-was-saved-now-get-ready-for-some-huge-price-increases/

RU (Fédération de Russie) : poursuivant sa politique de partenariats, le registre russe annonce avoir signé un nouvel accord avec le registre biélorusse, pour les .BY et .БЕЛ (1). On nous propose aussi une rétrospective sur les 10 ans d’existence active du .РФ (« .RF » pour Fédération de Russie).
(1) Coordination Center signs Memorandum of Cooperation with TLD .BY and .БЕЛ
https://cctld.ru/en/media/news/kc/26911/
(2) Ten years of registration in .РФ domain
https://cctld.ru/en/media/news/kc/26865/

SPA : le registre du .SPA fait jaser en ayant choisi comme adresse officielle dotspa.xyz, plutôt qu’une adresse en .SPA (1). Un autre article soulève le voile sur les manœuvres opérées lors de la préparation du projet, l’un des partenaires initiaux se sentant à présent floué (2).
(1) .spa registry relocates to .xyz
http://domainincite.com/26041-spa-registry-relocates-to-xyz
(2) Angry investor sues for 30% of new .spa gTLD
http://domainincite.com/26009-angry-investor-sues-for-30-of-new-spa-gtld

TH (Thaïlande) : le registre thaïlandais communique (1) sur sa participation à l’effort mondial en vue de promouvoir l’IAU (Internet Universal Acceptance) visant à lever les freins techniques existant aujourd’hui encore au bon fonctionnement des extensions en caractères non latins (voire, dans certains cas, des extensions de plus de 3 caractères…). Cette inertie de certains acteurs à faire évoluer leurs dispositifs est un obstacle majeur à l’utilisation et à la diffusion des extensions en caractères non latins, ou latins accentués. Quoique ce problème de coordination technique de l’Internet soit pour le coup au cœur des missions de l’ICANN, celle-ci s’est jusqu’à présent montrée nettement moins virulente sur le sujet que sur d’autres questions faisant moins partie de son mandat…
(1) Internet Universal Acceptance (UA) Initiative Launched in Thailand
https://www.thnic.or.th/en/ua-launched-en/

Samedi 28 Novembre 2020
Loic Damilaville
Lu 43 fois

Présentation | Analyses générales | Gouvernance Internet | Juridique | Sommaires anciens n°