Chaque mois, l'actualité mondiale des noms de domaine


Pour vous abonner à DNS News

Pour vous abonner gratuitement à DNS News, veuillez écrire à

dnsnews-subscribe@yahoogroups.com


Qui sommes-nous?

Loïc Damilaville


Editeur de DNS News depuis 1998, Loïc Damilaville travaille depuis 1997 sur les problématiques liées aux noms de domaine.

Il a fondé en 2005 le Club Noms de domaine, destiné à réunir les personnes en charge des noms de domaine au sein des grandes enteprises.

Il est auteur du Livre blanc sur la gestion des noms de domaine parrainé par l'ACSEL, l'AFNIC, l'APCE, l'APRAM, la CCIP, le CEFAC, le CIGREF, le Club de l'économie numérique, l'INPI, l'ISOC France, le MEDEF, le Ministère de l'économie, des finances et de l'emploi, et l'Union des Fabricants.

Loïc Damilaville est adjoint au directeur général de l'AFNIC.

Il mène aussi des missions de conseil auprès des grands comptes pour les assister dans l'élaboration, la mise en place et le suivi de leurs stratégies de nommage et de présence sur internet.

Contact:
loic[at]dns-news.fr
ou 01 49 73 79 06

Vie des extensions - Octobre 2019



AMAZON : Encore un rebondissement dans l’affaire du .AMAZON, attribué par l’ICANN à la société américaine homonyme. Les pays de la région amazonienne continuent de protester avec virulence, mais cette fois le gouvernement américain lui-même est entré en lice en indiquant via son représentant au sein du GAC qu’il ne « soutiendrait pas un nouvel avis du GAC sur la question » (1). Cela devrait clore les débats… en attendant un nouveau litige, car les projets de règles encadrant les candidatures à des termes géographiques lors du futur « round » ne semblent pas plus explicites qu’en 2012 (2).
(1) America has Amazon’s back in gTLD fight at ICANN 66
http://domainincite.com/24908-america-has-amazons-back-in-gtld-fight-at-icann-66
(2) New (kinda) geo-TLD rules laid out at ICANN 66
http://domainincite.com/24905-new-kinda-geo-tld-rules-laid-out-at-icann-66

BOND : la sunrise du .BOND a commencé le 17 octobre et se poursuivra jusqu’au 18 novembre (1). Système assez classique où les noms sont proposés à des prix déclinant avec le temps. Il est intéressant de noter que ce nTLD fut d’abord un .CORP créé par la Australian Bond University. Inutilisé, il a été cédé aux gestionnaires du .ICU.
(1) BOND To Commence Sunrise on 17 October
http://www.domainpulse.com/2019/09/26/bond-to-commence-sunrise-on-17-october/

CN (Chine) : un aperçu intéressant au sujet du marché chinois (1), avec beaucoup de chiffres dont le premier – 829 millions d’utilisateurs de l’internet – a de quoi susciter bien des convoitises. Encore plus significatif de notre point de vue, l’écart entre le nombre de noms déposés toutes extensions confondues – 38 millions – et celui des entrepreneurs – 140 millions. Le .CN enfin aurait lui-même quelque chose comme 26 millions de noms, soit les deux tiers des noms déposés.
(1) Chinese domain market – the big picture
https://domainnamewire.com/2019/11/05/chinese-domain-market-the-big-picture/

COM : après la controverse sur le .ORG, une autre se prépare sur le .COM, et pour les mêmes raisons (1, 2). Compte tenu des marges de Verisign – l’une des sociétés les plus rentables du monde – une augmentation des tarifs semble indéfendable. Mais nous sommes dans l’univers ICANN, où les intérêts des utilisateurs sont souvent peu de chose en regard de ceux des acteurs économiques, l’ICANN comprise.
(1) ICANN is about to give Verisign its .com price increases
https://domainnamewire.com/2019/10/25/icann-is-about-to-give-verisign-its-com-price-increases/
(2) Verisign likely to get its billion-dollar .com pricing windfall
http://domainincite.com/24893-verisign-likely-to-get-its-billion-dollar-com-pricing-windfall

EU (UE) : EURID a publié le 23 octobre une note succincte indiquant que « compte tenu des récents développements du scénario de retrait du Royaume-Uni, le plan présenté sur la page Brexit est gelé dans son ensemble » (1). Il semble qu’en réalité ce soit justement l’absence de tout « développement » qui contraigne le registre à reporter sine die la date d’entrée en vigueur des nouvelles règles (2). Cette incertitude continue d’empoisonner la vie du .EU mais les règles étant définies, quelle que soit la date de leur implémentation, le réel problème reste la chute des créations liées à la désaffection des Britanniques. Le rapport d’Eurid pour le 3e trimestre montre en effet que le taux de renouvellement est plutôt bon, de l’ordre de 78.9%, mais que le stock continue de baisser (- 6 000 noms au T3 2019). La faiblesse des créations est donc le principal facteur d’explication de la morosité du .EU, même si le non renouvellement de leurs .EU par bon nombre de titulaires britanniques pèse sans doute aussi lourdement sur les performances du TLD.
(1) Latest news about .eu and Brexit
https://eurid.eu/en/news/latest-news-about-eu-and-brexit/
(2) Brexit hell: .eu suspension plan put on hold
http://domainincite.com/24881-brexit-hell-eu-suspension-plan-put-on-hold
(3) EURid Q3 2019 Progress Report now available
https://eurid.eu/en/news/q3-2019/

FR (France) : l’Afnic communique sur le renforcement et la simplification de son système de « locking » (1) permettant d’empêcher des modifications des données concernant les noms de domaine sans l’aval de leurs titulaires. Ce service est fortement recommandé pour tous les noms « stratégiques ».
(1) L’Afnic renforce et simplifie .FR Lock, son système de sécurité pour les noms de domaine
https://www.afnic.fr/fr/l-afnic-en-bref/actualites/actualites-generales/11689/show/l-afnic-renforce-et-simplifie-fr-lock-son-systeme-de-securite-pour-les-noms-de-domaine-1.html

KE (Kenya) : article critique sur le .KE et les freins à son développement, notamment en termes de pricing (1).
(1) Kenya’s .KE Domain Registrations Nearing 100,000 Mark, but It Can Do Better – Here’s Why
http://www.circleid.com/posts/20191007_kenya_dot_ke_domain_nearing_100000_registration_mark/

NEW : la sunrise du .NEW démarrera le 2 décembre et se poursuivra jusqu’au 14 janvier (1). Elle sera suivie d’une « Limited Registration Period » durant laquelle les demandes devront être adressées à Google.
(1) Google donne accès aux raccourcis .new, comment les utiliser ?
https://www.presse-citron.net/google-donne-acces-aux-raccourcis-new-comment-les-utiliser/

ORG : les demandes de reconsidération adressées au Board aux fins d’obtenir la révion de la décision de faire sauter le plafond d’augmentation des tarifs du .ORG ont été rejetées (1-3). Cette décision était évidemment attendue, mais un observateur attentif relève que le BAMC (« Board Accountability Mechanism Comittee) qui formule habituellement une recommandation au Board dans ce genre de circonstances n’a pu le faire dans ce cas précis, le quorum nécessaire n’étant pas atteint pour cause de récusations (spontanées) liées à de possibles conflits d’intérêts. La polémique reste cependant ouverte, moins sur la décision elle-même que sur les défaillances avérées ou prétendues qui ont mené à ce résultat. La manière dont l’ICANN tient compte (ou non) des commentaires reçus lors de ses périodes d’appels à commentaires est sous les feux des projecteurs. Des responsables de l’ICANN expliquent que ce n’est pas le nombre des commentaires qui compte, mais les arguments présentés dedans. Une campagne de « spam » présentant X milliers de fois le même argument n’aura donc en principe pas plus de valeur qu’un seul commentaire. Cela se comprend, mais on voit tout de même une faille à ce système : quel intérêt pour les utilisateurs d’envoyer des commentaires si le fait que ceux-ci aillent tous dans le même sens sauf un conduira malgré tout à la prise en considération de l’unique « dissident » avec le même poids que l’ensemble des autres réunis ? On serait tenté de remarquer que la polémique est vaine dans la mesure où l’ICANN n’a que très rarement pris den compte les commentaires qui n’allaient pas dans le sens de ses décisions. Mais le côté formel de la procédure conduit à des situations, comme celle du .ORG récemment, où le mépris de ces commentaires apparaît de manière trop flagrante pour être politiquement correct. L’organisation californienne a donc commencé à poser quelques jalons en vue de « faire évoluer » le mécanisme d’appels à commentaires (4). Il est regrettable que les orientations ne soient pas de mieux prendre en compte les réactions de la communauté, mais bien plutôt de limiter encore plus leur impact.
(1) ICANN Board finds no problems with new .Org contract
https://domainnamewire.com/2019/11/04/icann-board-finds-no-problems-with-new-org-contract/
(2) Surprise! ICANN throws out complaints about .org price caps
http://domainincite.com/24915-surprise-icann-throws-out-complaints-about-org-price-caps
(3) ICANN denies reconsideration requests by Namecheap and EFF
https://onlinedomain.com/2019/11/04/domain-name-news/icann-denies-reconsideration-requests-by-namecheap-and-eff/
(4) ICANN will try and kill future comment periods
https://onlinedomain.com/2019/10/11/domain-name-news/icann-will-try-and-kill-future-comment-periods/

UK (Royaume-Uni) : rappel d’une information déjà évoquée le mois dernier : les prix du UK vont augmenter à partir de janvier 2020, de 4% soit 15 pence (1). Ceci devrait rapporter 2 millions de £ de plus à Nominet et permettre au registre de continuer à développer ses actions de diversification. Le registre britannique se pose en outre des questions (2, 3) sur différents points liés à la politique de blocage de noms suspects et de publication des listes de noms devant retomber dans le domaine public.
(1) Nominet raises .uk prices
http://domainincite.com/24779-nominet-raises-uk-prices
(2) Three big changes could be coming to .uk
http://domainincite.com/24826-three-big-changes-could-be-coming-to-uk
(3) Nominet announces 2019 .UK Policy Consultation
https://www.nominet.uk/nominet-announces-2019-uk-policy-consultation/

VOTE : le registre du .VOTE, prenant acte de l’échec de sa stratégie fondée sur des règles d’éligibilité drastiques, a décidé de les assouplir (1). Le TLD compterait aujourd’hui 3 000 noms de domaine, vendus au prix nominal de 60$.
(1) Mediocre .vote gTLD drops restrictions
http://domainincite.com/24775-mediocre-vote-gtld-drops-restrictions

WHOSWHO : autre TLD à connaître des difficultés, le .WHOSWHO, qui avait reçu une « Breach Notice » de l’ICANN en début d’année, semble avoir réussi à surmonter l’obstacle (1). Pour combien de temps… ?
(1) .whoswho survives!
http://domainincite.com/24787-whoswho-survives

Samedi 9 Novembre 2019
Loic Damilaville
Lu 15 fois

Présentation | Analyses générales | Gouvernance Internet | Juridique | Sommaires anciens n°