Chaque mois, l'actualité mondiale des noms de domaine


Pour vous abonner à DNS News

Pour vous abonner gratuitement à DNS News, veuillez écrire à

dnsnews-subscribe@yahoogroups.com


Qui sommes-nous?

Loïc Damilaville


Editeur de DNS News depuis 1998, Loïc Damilaville travaille depuis 1997 sur les problématiques liées aux noms de domaine.

Il a fondé en 2005 le Club Noms de domaine, destiné à réunir les personnes en charge des noms de domaine au sein des grandes enteprises.

Il est auteur du Livre blanc sur la gestion des noms de domaine parrainé par l'ACSEL, l'AFNIC, l'APCE, l'APRAM, la CCIP, le CEFAC, le CIGREF, le Club de l'économie numérique, l'INPI, l'ISOC France, le MEDEF, le Ministère de l'économie, des finances et de l'emploi, et l'Union des Fabricants.

Loïc Damilaville est adjoint au directeur général de l'AFNIC.

Il mène aussi des missions de conseil auprès des grands comptes pour les assister dans l'élaboration, la mise en place et le suivi de leurs stratégies de nommage et de présence sur internet.

Contact:
loic[at]dns-news.fr
ou 01 49 73 79 06

Vie des extensions - Septembre 2018



AT (Autriche) : le NIC.AT a publié une carte montrant la répartition des noms en .AT en fonction des adresses de leurs titulaires (1). 72.6% des .AT sont enregistrés par des titulaires situés en Autriche.
(1) Austria's Domain Map
https://www.nic.at/en/news/nic-at/austrias-domain-map

BARCELONA: les modèles tarifaires semblent en passe de converger progressivement vers un “fair price” plus ou moins commun à tous les TLDs. Nous voyons en effet nombre de registres ayant pratiqué des politiques « agressives » (.CLUB, .ORG…) revenir sur ces modèles trop « discount » qui finissent par les étrangler, ou par attirer sous leurs extensions des titulaires indélicats. A l’inverse, des extensions assez coûteuses comme le .BARCELONA choisissent de baisser leurs tarifs pour se rendre plus compétitives. Le nouveau tarif entré en vigueur le 10 septembre n’a pas été rendu public, et la gageure sera de savoir jusqu’à quel point les registrars le répercuteront dans leurs propres prix.
(1) .BARCELONA Cuts Price To Make TLD More Accessible
http://www.domainpulse.com/2018/09/15/barcelona-cuts-price-more-accessible/

CLUB: une information intéressante qui entre en résonance avec la récente décision du .ORG de ne plus faire de discount sur les volumes. Le .CLUB aurait vu le niveau de SPAM doubler sous son extension après une campagne promotionnelle « low cost » (0.44$) réalisée par le registrar chinois Ali Baba (1). Le gain en volume de noms fut significatif : 200 000. Mais quel intérêt d’avoir enregistré ces noms s’ils sont spéculatifs ou utilisés à des fins telles que le spam, le phishing etc. ? La question est d’autant plus critique que les clients « normaux » s’habituent à acquérir leurs noms de domaine pour des prix dérisoires et risquent de ne pas les conserver quand on leur révélera que le prix en est en réalité nettement supérieur. Les registrars opérant sur cette vaste échelle de course au volume sont-ils conscients qu’ils scient la branche sur laquelle ils sont assis ?
(1) .CLUB sees spam double after China promotion
http://domainincite.com/23396-club-sees-spam-double-after-china-promotion

COM: chiffre peut-être un tantinet polémique, un article accuse Verisign de toucher un demi-milliard de $ de plus qu’elle ne devrait si le .COM était réellement soumis aux “lois du marché”. Cette information filtre à l’occasion de la renégociation du contrat du .COM, qui expire le 30 novembre prochain. Les marges considérables de Verisign – rendues publiques car la société est cotée en bourse – devraient inciter le Department of Commerce à y porter vigoureusement le fer dans l’intérêt du consommateur américain, nettement plus friand de .COM que de toute autre extension. Selon l’article, ces marges seraient deux à trois fois plus élevées que les moyennes des sociétés du Standard & Poor du secteur. Cette situation insolente peut-elle durer longtemps ? Sans doute le compromis actuel s’est-il établi sur la base d’un « gel » du prix du .COM à 7.85$, mais on s’étonne que les sénateurs et fonctionnaires américains ne soient pas plus combatifs sur ce sujet. Peut-être faudrait-il voir des gouvernements et des associations d’utilisateurs étrangers demander directement des comptes à Washington pour que les choses bougent un peu.
(1) How much would .Com domains cost if .com went out to bid?
https://domainnamewire.com/2018/09/11/verisign-coperative-agreement/

DK (Danemark): le registre danois annonce des améliorations et des simplifications dans son système d’enregistrement et de gestion des .DK (1).
(1) DK Hostmaster Optimises Domain Name Registration Flow
http://www.domainpulse.com/2018/09/03/dk-hostmaster-optimises-domain-name-registration-flow/

EU (UE): si l’on en croit le Register (1), la Commission européenne envisagerait de renforcer les règles d’éligibilité du .EU et les contrôles afférents. Peut-être s’est-elle aperçue fortuitement, à l’occasion du Brexit, qu’un certain nombre de .EU n’étaient pas détenus par des titulaires situés dans l’Union, et/ou que certains titulaires sont seulement des prêtes-noms. Cela ne serait guère surprenant si l’on se souvient qu’à une certaine époque, et peut-être encore maintenant, le ratio de .EU par habitant de Chypre était le plus élevé de toute l’Union. On pourra bien sûr en conclure que les Chypriotes sont de fervents Européens, mais ce n’est peut-être pas la seule raison…
(1) Euro bureaucrats tie up .eu in red tape to stop Brexit Brits snatching back their web domains
https://www.theregister.co.uk/2018/09/15/bureaucrats_eu_domains/

FR (France) : à l’occasion du Salon des SME, l’Afnic propose (1) aux microentreprises, TPE et PME de recourir à son outil gratuit en ligne pour diagnostiquer les forces et faiblesses de leur dispositif internet, et obtenir un diagnostic et des recommandations personnalisés. L’Afnic a aussi publié (2) un compte-rendu de la Journée de son Conseil scientifique du 9 juillet dernier, avec vidéos à l’appui !
(1) Salon SME : Evaluez gratuitement votre présence en ligne et remportez un accompagnement personnalisé
https://www.afnic.fr/fr/l-afnic-en-bref/actualites/actualites-generales/11174/show/salon-sme-evaluez-gratuitement-votre-presence-en-ligne-et-remportez-un-accompagnement-personnalise.html
(2) JCSA18 : Retour sur l’édition 2018 de la Journée du Conseil scientifique de l’Afnic
https://www.afnic.fr/fr/l-afnic-en-bref/actualites/actualites-generales/11152/show/jcsa18-retour-sur-l-edition-2018-de-la-journee-du-conseil-scientifique-de-l-afnic.html

IE (Irlande): un récent rapport du registre irlandais souligne que les deux plus grands freins à la présence internet des TPE irlandaises déjà présentes en ligne sont d’une part le manque de temps (24%) et d’autre part le manque de compétences techniques (11%). Ces chiffres passent respectivement à 43% et 39% pour celles qui ne sont pas encore sur internet. Les bénéfices perçus par les TPE en ligne sont pourtant indéniables : 77% affirment que leur dispositif leur a permis d’augmenter leur notoriété, et 89% que leur site internet joue un rôle important dans le développement de leurs activités.
(1) IEDR Report Highlights Barriers to Irish SMEs Getting Online
http://www.domainpulse.com/2018/09/20/iedr-barriers-irish-smes-getting-online/

NZ (Nouvelle-Zélande): confrontée à des difficultés liée à la mise en vigueur du RGPD, la société DomainTools voit aussi son modèle battue en brèche en Nouvelle-Zélande. Le registre du .NZ s’est ému récemment de la récupération faite de ses données et de l’exploitation qui en était faite par DomainTools. Il a agi en justice et vient d’obtenir une première victoire (1) avec le blocage de l’accès de DomainTools à ses données. Victoire qui pourrait d’ailleurs donner des idées à d’autres registres, comme le reconnaît volontiers la motivation du jugement :
Finally, defendant argues that a preliminary injunction in this case could start an avalanche of litigation as other registers attempt to protect the privacy of their registrants. If defendant built a business by downloading, storing, and using data from other registers in violation of the terms that governed its access to that data, defendant may be correct – other registers may be encouraged to pursue a breach of contract claim if plaintiff is successful here. It would be ironic, however, if a plaintiff who has shown a likelihood of success and irreparable injury were deprived of preliminary relief simply because defendant may have acted wrongfully toward others as well.
Est-ce le “début de la fin” pour DomainTools (2)? C’est bien possible. Doit-on s’en réjouir ? C’est possible que non. Car en dépit de ses pratiques apparemment condamnables, DomainTools remplit une fonction bien utile en permettant d’accéder à des données historiques sur les détenteurs de noms de domaine et autres fonctionnalités de recherche sur notre marché. Que la société survive ou périsse, il faudra sans doute imaginer un service qui permette, sans porter atteinte ni aux droits des registres, ni aux lois protégeant les données personnelles, de continuer à pouvoir accéder à certaines informations clefs.
(1) New Zealand’s .Nz namespace gets preliminary injuction against DomainTools
https://domainnamewire.com/2018/09/12/new-zealands-nz-namespace-gets-preliminary-injuction-against-domaintools/
(2) Beginning of the end for DomainTools? Court orders it to scrub Whois records
http://domainincite.com/23401-beginning-of-the-end-for-domaintools-court-orders-it-to-scrub-whois-records

ORG: le registre du .ORG semble avoir tiré les conclusions des effets pernicieux des stratégies marketing reposant trop sur la recherche à tout prix du volume par le moyen de ristournes, rabais et autres campagnes promotionnelles. Dans un récent blog, son CEO informe qu’il ne pratiquera plus désormais de « discounts » fondés sur les volumes, qui profitent seulement aux gros registrars. Il souhaite privilégier à présent la « qualité », en attachant par exemple de l’importance à l’utilisation faite des noms de domaine enregistrés – en cherchant notamment à éviter des usages frauduleux tels que le phishing.
Ces mesures sont de bon sens, mais elles n’en constituent pas moins une petite révolution culturelle lorsqu’appliquée à l’un des trois grands « Legacy ». Elles confirment que les constats plus que mitigés des résultats obtenus par les stratégies axées sur les volumes commencent à être partagés par les « grands » eux-mêmes. Il faut donc s’attendre à voir le .ORG « maigrir » dans les prochains mois, car les grands registrars, menant en général des politiques opportunistes, n’y trouveront plus autant leur compte. Le pari du registre est de faire moins, mais mieux, en s’appuyant sur des registrars partageant son approche privilégiant la « qualité ». Cette expérience grandeur nature nous dira si le marché est suffisamment mûr pour ce genre de bouleversements dans son esprit et dans ses pratiques. En effet, le principal écueil des stratégies « qualitatives » est qu’elles ne sont souvent pas connues, ou perçues par les utilisateurs qui voient seulement qu’une extension est plus ou moins chère qu’une autre.
(1) Big Changes Coming Up To Our Registrar Products
https://pir.org/big-changes-coming-up-to-our-registrar-products/

RADIO: une brève s’interroge sur l’intérêt du « droit au nom » en vigueur sous le .RADIO (1). Cette règle impose aux candidats au dépôt d’un nom de domaine générique d’avoir une raison légitime pour l’obtenir, c’est-à-dire un nom commercial ou des activités « réelles » liés à ce nom de domaine. Cette mesure a manifestement pour objectif d’empêcher les dérives spéculatives et le développement des « comportements abusifs » constatés dans d’autres extensions. Elle profite donc à la « communauté » des titulaires de .RADIO en leur garantissant, et en garantissant aux visiteurs de leurs sites, qu’ils sont dans une zone « propre ». C’est un bénéfice qualitatif, malheureusement souvent moins perçu que les effets volumes engendrés par des règles « ouvertes ».
(1) Community-driven new TLDs have a tricky balancing act
https://domainnamewire.com/2018/08/28/community-driven-new-tlds-have-a-tricky-balancing-act/

TEL: coup dur pour le .TEL qui vient de perdre son 2e plus gros registrar. Celui-ci, un Chinois, se focalisait sur la vente du .TEL. Mais il est probablement en faillite aujourd’hui, n’ayant plus payé ses frais ICANN depuis le début de l’année et ne répondant pas aux demandes de communication de sa base pour assurer la continuité de service auprès de ses clients.
(1) .tel’s second-biggest registrar gets canned
http://domainincite.com/23379-tels-second-biggest-registrar-gets-canned

TG (Togo): soucieux de développer son TLD, le gouvernement togolais a recouru en septembre à la méthode habituelle pour gagner du volume de manière spectaculaire: diffuser gratuitement les noms en .TG (1). Des économistes s’intéressant au marché des noms de domaine devraient mener une étude sérieuse sur le rapport coûts – bénéfices à long terme de telles campagnes, en incluant les taux de renouvellement généralement très bas, les pratiques délictueuses en explosion, l’atteinte à l’image de marque de l’extension nationale et indirectement à celle du pays dans son entier. En définitive, il reviendrait sans doute moins cher de baisser les tarifs à un prix où les utilisateurs locaux pourraient préférer le .TG aux grandes extensions génériques. Car dans un schéma assez pervers et classique en Afrique, les prix des extensions nationales sont élevés, ce qui contraint les utilisateurs locaux à acquérir des extensions « étrangères » et à faire ainsi perdre à l’économie nationale des sommes substantielles qui dans le cas contraire auraient été recyclées en son sein.
(1) Togo’s Government Launches Promotional Campaign For .TG With Free Domains
http://www.domainpulse.com/2018/09/04/togo-promotion-tg-free-domains/

ZA (Afrique du sud) : la ZADNA, registre du .ZA, a invité (1) les parties prenantes de la « communauté » des noms de domaine sud-africaine et le grand public à s’exprimer au sujet des niveaux de prix de gros pratiqués par le registre. Cet appel à commentaires est seulement exploratoire et ne constitue pas un engagement du registre à augmenter ou à baisser ses tarifs.
(1) ZADNA Consulting on .ZA Wholesale Fee Review
http://www.domainpulse.com/2018/09/18/zadna-consulting-on-za-wholesale-fee-review/


Samedi 29 Septembre 2018
Loic Damilaville
Lu 70 fois

Présentation | Analyses générales | Gouvernance Internet | Juridique | Sommaires anciens n°