Vie des extensions - janvier 2020



AMAZON : les gouvernements de la région amazonienne ne se tiennent pas pour battus au lendemain de la décision attendue de l’ICANN d’attribuer le .AMAZON à la société américaine homonyme. Il est probable que ce dossier constituera pendant longtemps un abcès et une menace pour l’ICANN, car les gouvernements ont la mémoire très longue.
(1) Amazon governments vow revenge for “illegal and unjust” ICANN decision on .amazon
http://domainincite.com/25205-amazon-governments-vow-revenge-for-illegal-and-unjust-icann-decision-on-amazon

AU (Australie) : le registre du .AU annonce l’arrivée d’un nouveau CEO (le précédent ayant lui aussi été mêlé à un scandale). Il faut un certain courage pour entrer dans la fosse aux lions – à moins que ce ne soit une fosse aux serpents…
(1) New CEO to step into the lion’s den at auDA
http://domainincite.com/25181-new-ceo-to-step-into-the-lions-den-at-auda

CH (Suisse) : SWITCH communique sur le fait que plus de 100 000 .CH sont à présent signés en DNNSEC (1). Si la proportion de noms signés par rapport au stock global reste modeste (5%), le graphique présenté dans l’article montre que le nombre de noms signés grimpe en flèche depuis 2017.
(1) 100’000 .ch domain names are secured with DNSSEC!
https://securityblog.switch.ch/2020/01/06/100000-ch-domain-names-are-secured-with-dnssec/

CN (Chine) : article amusant (au second degré) portant sur l’atonie des TLDs en caractères chinois (1). En effet, l’auteur mentionne des volumes qui causeraient des crises cardiaques (de bonheur) chez maints registres de nTLDs, avec en conclusion : « les TLD IDN chinois sont encore modestes en comparaison des grandes extensions comme le .COM et le .CN. Leur impact doit encore se faire sentir ». Cela mérite toutefois attention (au 1er degré) car apparemment ces TLDs n’ont réellement pas fait beaucoup recette, à l’échelle du marché chinois. Leur côté spéculatif est bien sûr assez faible, car les domainers chinois ciblent de préférence des extensions compréhensibles par le reste du monde. Et les usages n’ont pas plus suivi que pour les autres TLDs IDNs dans le monde, à l’exception notable du « .РФ » (Fédération de Russie, en cyrillique).
Un autre article (2) évoque les 10 premiers registrars chinois, liste qu’il est intéressant de comparer avec ceux qui profitent le plus des nTLDs (disponible sur nTLDstats.com). Ce ne sont pas forcément les plus importants qui se positionnent sur les nTLDs, ce qui fait penser qu’en Chine comme en Occident les modèles économiques des acteurs « traditionnels » ne se fondent pas complètement dans le business du « domaining » à outrance.
(1) Will Chinese IDN domains become widely used ?
https://domainnamewire.com/2020/01/16/will-chinese-idn-domains-become-widely-used/
(2) Top 10 registrars in China
https://domainnamewire.com/2020/01/15/top-10-registrars-in-china/

CO (Co…lombie) : un article nous en révèle un peu plus sur l’appel d’offres en cours autour du .CO (1). Il y aurait 5 candidats en lice : Afilias, Neustar (qui gère actuellement le TLD), Nominet (UK), CentralNic et Donuts. Selon l’auteur, les conditions requises dans l’appel d’offre seraient cependant biaisées en faveur d’Afilias, seul des cinq candidats à pouvoir les remplir. De là à penser qu’Afilias aurait « inspiré » le texte de l’appel d’offres, il n’y a qu’un pas, que certains ont déjà allègrement franchi. Ce n’est qu’une péripétie de la guerre opposant Afilias à Neustar…
(1) Is the .co rebid biased toward Afilias? Yeah, kinda
http://domainincite.com/25198-is-the-co-rebid-biased-toward-afilias-yeah-kinda

COM : l’ICANN et Verisign ont publié (1, 2) un projet d’amendement au contrat les liant pour la période 2018 – 2024. Le fait principal est la faculté donnée à Verisign d’augmenter ses tarifs de 7% par an toutes les 4 dernières années des périodes renouvelées de 6 ans. En clair et si j’ai bien compris, Verisign pourra augmenter ses tarifs de 7% en 2020, 2021, 2022 et 2023, puis lors de la période 2024-2030 en 2026, 2027, 2028 et 2029.
Il y a plusieurs choses choquantes dans cette affaire. La première est que les titulaires de .COM ne sont pas associés aux discussions, alors même que l’ICANN est censée fonctionner en mode « bottom up ». Ce n’est pas nouveau, mais ce n’est pas une raison pour ne pas le souligner. Second point gênant, l’ICANN est juge et partie dans cet accord puisqu’elle en retire un profit évalué à 20 millions de $ (contre 361 millions pour Verisign). Ceci devrait la disqualifier pour toute négociation contractuelle de ce genre. Troisième point, Verisign est déjà l’une des sociétés les plus profitables de la planète et il n’y a rigoureusement aucun motif de lui faire ce cadeau, en dépit des arguments toujours ressassés concernant la « sécurité et la stabilité » de l’internet, nécessitant de lourds investissements etc (3). L’argument est d’ailleurs fondé en lui-même, mais il semble être devenu à la fois une excuse et un élément de chantage pour protéger les marges pharamineuses de Verisign. Un observateur note avec raison que les 20 millions de $ récupérés par l’ICANN lui manquaient précisément pour équilibrer son budget toujours plus important. Et cet observateur remarque que l’ICANN, si elle était normalement gérée, devrait envisager de maîtriser ses coûts (ou de revoir ses ambitions à la baisse) plutôt que de prendre l’argent dans la poche des titulaires de .COM en s’entendant avec Verisign dans leur dos (4). Ces combines aux relents d’arrière-cuisine suscitent naturellement des protestations (5) mais on ne saurait douter que l’ICANN, comme à son habitude lorsque ses intérêts sont en jeu, s’assiéra commodément sur les « commentaires » hostiles qui seront envoyés dans le cadre du processus formel qu’elle doit respecter pour toute modification de contrat.
(1) ICANN and Verisign agree to .com price increase
https://onlinedomain.com/2020/01/03/domain-name-news/icann-and-verisign-agree-to-com-price-increase/
(2) Verisign pays ICANN $20 million and gets to raise .com prices again
http://domainincite.com/25129-breaking-verisign-pays-icann-20-million-and-gets-to-raise-com-prices-again
(3) ICANN’s Proposed .COM Registry Agreement Sees Enhanced Security and Prices
http://www.domainpulse.com/2020/01/06/icanns-com-registry-agreement-enhanced-security-prices/
(4) The biggest problem with Verisign’s .com deal
https://domainnamewire.com/2020/01/07/problem-verisign-com-deal/
(5) ICA’s statement on the new .COM registry agreement
https://onlinedomain.com/2020/01/07/domain-name-news/icas-statement-on-the-new-com-registry-agreement/

CY (Chypre) : le registre chypriote communique sobrement (1) sur le fait que les noms en .CY peuvent à présent être déposés directement sous le TLD. Il n’y a pas de période de « grandfathering » prévue pour les titulaires de noms de 3e niveau (exemple.org.cy).
(1) .cy registry announces the registration of first level .cy domain names
https://www.nic.cy/portal/en/cy-registry-announces-registration-first-level-cy-domain-names

DK (Danemark) : les structures gouvernementales danoises ont l’obligation d’avoir signé leurs noms de domaine en DNSSEC en janvier 2020. Le registre communique à ce sujet (1) en tentant de les rassurer.
(1) DNSSEC on the domain names of all state authorities
https://www.dk-hostmaster.dk/en/news/dnssec-domain-names-all-state-authorities

EU (UE) : Eurid signale que le Royaume-Uni ne fait plus partie de l’Union européenne depuis le 31/01/20 à minuit. Une période dite « de transition » s’ouvre jusqu’au 31/12/20. Pendant ce laps de temps, les citoyens et résidents britanniques pourront encore conserver leurs .EU (1).
(1) Brexit update 30.01.2020
https://eurid.eu/en/news/brexit-update-31-01-2020/

GAY : la sunrise du .GAY commence en février (l’article source (1) ne mentionne pas la date exacte). Elle durera juqu’au 6 mai, l’ouverture générale ayant lieu le 20 mai. Le registre insiste sur le fait qu’il reversera 20% de son chiffre d’affaires (5$ par nom de domaine) à des organisations caritatives (2).
(1) GAY Launching Sunrise For Trademark Holders In February
http://www.domainpulse.com/2020/01/10/gay-launching-sunrise-february/
(2) .gay prices and availability revealed as registry promises to give 20% of revenue to charity
http://domainincite.com/25169-gay-prices-and-availability-revealed-as-registry-promises-to-give-20-of-revenue-to-charity

KE (Kenya) : le KENIC a réduit les frais de renouvellement des .KE situés au 3e niveau de l’arborescence (exemple.org.ke) jusqu’au 31/03/20. L’objectif est de stimuler les enregistrements et de limiter les suppressions. Cette initiative se fonde sur une étude menée en avril 2019 montrant que la principale cause de non-renouvellement était les frais. Les chiffres annoncés expliquent bien le problème : le registrar Africa Registry propose ainsi les dépôts à 35$, et les renouvellements à 113$. EuroDNS est à 149$ pour les créations. Il est clair que ces prix sont rédhibitoires lorsqu’existent des alternatives nettement moins coûteuses.
(1) Renewal Prices For .KE Third Level Domains Slashed In Bid To Boost Demand
http://www.domainpulse.com/2020/01/20/renewal-prices-for-ke-third-level-domains-slashed-in-bid-to-boost-demand/

PL (Pologne) : le NASK a supprimé la possibilité offerte jusqu’en janvier de réserver un nom de domaine 14 jours avant son enregistrement effectif. Cette fonctionnalité peu commune (c’est la première fois que je la rencontre) n’est plus applicable, depuis le 8 janvier, qu’aux clients encore titulaires d’options sur des noms et dans le cas de décisions de justice.
(1) PL Ends Domain Name Reservation Option
http://www.domainpulse.com/2020/01/12/pl-ends-domain-name-reservation/



Samedi 1 Février 2020
Loic Damilaville