blocnotes

Après Joe Biden, qui ?


Franck Martin

Hier soir, en annonçant sa candidature, Donald Trump a donné le coup d'envoi de l'élection présidentielle de 2024. Quel candidat devra-t-il affronter ?

La superbe résistance des démocrates face au populisme, lors des élections de mi-mandat peut remettre en selle Joe Biden pour briguer un second mandat. Mais s'il ne se représente pas, qui l'emportera lors des primaires du Parti Démocrate ?

Dans une république fédérale, aussi sociologiquement diverse que les USA, le vainqueur des primaires doit être champion.ne d'un rassemblement difficilement imaginable dans un pays aussi historiquement centralisé que la France.


Gretchen Whitmer, gouverneur du Michigan. Candidate en 2024
Gretchen Whitmer, gouverneur du Michigan. Candidate en 2024
Aux Etats-Unis, pour être candidat à l'élection présidentielle, il faut d'abord, dans un système de bipartisme, être désigné par son propre parti dans un long processus de sélection, incroyablement complexe et différencié : les élections primaires.

Dans chaque Etat, selon des modalités très diverses, des assemblées locales votent pour désigner les représentants des candidats en fonction du nombre de voix recueillies par chacun. Lors d'une convention nationale, tous ces délégués désigneront le candidat du parti à la présidence.

Dans notre république jacobine, centralisée depuis l'Ancien Régime, il est difficile de concevoir l'extrême diversité d'une république composée de 51 Etats, certes unis, mais si profondément différents, administrant, plus qu'un peuple, un assemblage de minorités, culturellement, religieusement diversifiées, jusque dans les mœurs publiques et privées.

Cette extrême diversité a rendu nécessaire - jusqu'à la caricature - la valorisation de ce qu'une immense majorité d'Américains ont en commun : la croyance en une destinée manifeste, le rêve américain, un seul drapeau flottant sur une nation de cinquante Etats.

Un Etat fédéral au pouvoir limité, un président élu par un système électoral indirect où la représentation de la diversité des territoires prend le pas sur la règle majoritaire directe : en 2016, Donald Trump, comme bon nombre de présidents des Etats-Unis, a recueilli largement moins de voix que challenger, Hillary Clinton, mais était largement majoritaire dans le collège électoral composé de délégués de chaque Etat.

Le vivier du parti démocrate : Joe Biden et les autres

Les élections de mi-mandat ont été très bonnes pour le président Biden.

Son parti a évité les attaques massives qu’il a subi à mi-chemin du premier mandat de Barack Obama et les tortures que les Républicains ont subi après deux ans de Donald Trump.

Après deux ans de Biden, les électeurs ont donné aux Démocrates une petite tape sur les doigts. Cela lui fait ressembler à un faiseur de miracles et pourrait bien faire taire le bruit de fond sur la question de savoir s’il devrait se présenter pour un deuxième mandat.

Mais la petite musique ne disparaîtra pas complètement. Il y a la question de l’âge de Biden, et il y a la question de l’énergie de Biden.

Il était déjà le plus ancien président de l’histoire des États-Unis lorsqu’il est entré en fonction à 78 ans. Il frôlera les 82 ans le jour des élections de 2024. Cela se voit. Il ne projette plus le dynamisme effervescent qui fut le sien naguère. Ses bourdes s'ajoutent aux déclarations mal à propos.

Le mois dernier, il a prétendu à tort que l’exonération des prêts étudiants — qu’il avait instauré par décret présidentiel — avait été adoptée par quelques voix au Congrès. La plus flagrante inexactitude de son propre bilan, mais pas la seule.

Lorsque Robert Costa de CBS News a interviewé le représentant Jim Clyburn, le démocrate de Caroline du Sud, juste avant les résultats de mi-mandat et lui a demandé si Biden devrait se représenter, Clyburn a refusé de répondre. Il a déclaré que les décisions des démocrates pour l’avenir devraient tenir compte de « qui a quelle capacité de faire quoi », selon un tweet de Costa.

Biden a-t-il la main et l’éclat pour s’assurer que Donald Trump ou un autre républicain ne gagne pas la présidence dans deux ans? Avant les élections de mi-mandat, les sondages ont montré qu’une majorité significative de démocrates avait envie de choisir quelqu’un d’autre. Je ne suis pas certain que les résultats de cette semaine changeront beaucoup ce sentiment. C’est ce que je ressens.

Si ce n'est pas Biden, qui sera adoubé par les primaires du parti Démocrate ?
Un article du New York Times présente le panorama des candidats du riche vivier des Démocrates, ainsi q'une évaluation (et un classement approximatif) des différents démocrates qui pourraient être candidats en 2024 ou qui sont sur le point d’émerger en tant que chefs de parti dans l'après-Biden, quelqu'en soit la date. 
« La candidature Biden n’est pas sûre pour 2024. Sera-ce Buttigieg ?
Harris ? Ou même Whitmer ? »

 Par
Frank Bruni
M. Bruni est professeur de journalisme et de science politique
à l’Université de Duke, auteur de « The Beauty of Dusk »


 

Kamala Harris, la vice-présidente des USA
Kamala Harris, la vice-présidente des USA

Dans le vivier du parti Démocrate : les favoris

Kamala Harris
De nombreux démocrates hésitent à considérer Kamala Harris comme la candidate du parti pour 2024. Ils considèrent cela comme politiquement suicidaire, pointant son faible taux d'approbation de son mandat et sa malheureuse campagne de 2020 qui a pris fin avant le début des "caucus" de l'Iowa* ( voir note ci-dessous)
 
Mais Biden l’a choisie comme candidate parce qu’elle a des qualifications et du charisme, et son perchoir actuel ferait d’elle la première candidate ipso facto. ( Kamala Harris est vice-présidente des Etats-Unis F.M.)
« Je pense qu’elle est l’une des raisons pour lesquelles Biden a gagné, et on ne lui en a jamais attribué le mérite », m’a dit Doug Sosnik, stratège démocrate chevronné.

« Elle a dynamisé la base. Elle était bonne sur le terrain, et elle s’est bien débrouillée dans le débat. »
 Elle a également marqué l’histoire — elle est la première femme, la première femme noire et la première sud-asiatique à la vice-présidence — et elle incarnerait ces mêmes premières comme présidente, une perspective exaltante qui pourrait dissuader certains concurrents potentiels.

 Harris serait dans une position particulièrement forte si Biden tergiversait avant de décider de ne pas entrer dans une seconde course présidentielle.Un délai serré pourrait écraser les candidatures des politiciens qui doivent encore construire la reconnaissance de nom, les réseaux politiques et les listes de donateurs.

« Il n’y a que deux ou trois personnes qui peuvent mettre le contact et démarrer à fond », a déclaré Bakari Sellers, un ancien législateur démocrate en Caroline du Sud où a lieu une primaire démocratique essentielle.
Il a nommé Harris, Pete Buttigieg et Amy Klobuchar. Il a laissé de côté Bernie Sanders, disant que Sanders, 81 ans, est probablement trop vieux.

Pete Buttigieg, la star des primaires de 2020

Pete Buttigieg
Buttigieg, 40 ans, serait le deuxième plus jeune président américain le jour de l’inauguration 2025, seulement un mois et demi de plus que Theodore Roosevelt. Il représente un changement de génération. Et la plupart des initiés démocrates avec qui j’ai parlé ont prédit qu’il serait un candidat formidable, compte tenu de son succès en 2020 — il s’est essentiellement classé troisième, derrière Biden et Sanders, dans les primaires démocratiques — et de son expérience en tant que secrétaire des Transports.

Homosexuel avec un mari et deux enfants, il représente, comme Harris, un progrès vers l’égalité. Et il s’est avéré être l’un des messagers les plus agiles du parti, ses apparitions sur Fox News et MSNBC donnant des extraits partagés largement sur les médias sociaux.
 
« Il faut reconnaître le mérite d’un homme qui est passé d’un maire médiocre de la quatrième plus grande ville de l’Indiana à avoir le plus de délégués en Iowa », a déclaré Ari Rabin-Havt, qui était directeur adjoint de campagne de Sanders en 2020, faisant référence au temps de Buttigieg à South Bend.

« Je pense que c’est le candidat le plus performant. »

 
Rabin-Havt aime classer les candidats démocrates dans le circuit des « amateurs de bon vin » (Buttigieg, Elizabeth Warren et d’autres démocrates privilégiés par les électeurs qui ont plus d’éducation et d’argent) ou « circuit de la bière » (les politiques, comme Sanders, qui sont appuyés par un groupe moins riche). Biden a remporté la nomination parce qu’il était acceptable pour les deux contingents.

 Buttigieg peut-il surmonter cet obstacle ?

« Il a été une force intellectuelle dans les primaires démocratiques », a déclaré Joel Benenson, qui a été le principal sondeur de Barack Obama en 2008 et 2012 et dont la firme a réalisé un sondage pour Buttigieg en 2020.

« Il était peut-être un peu trop intellectuel. »

Et il n'a pas suscité l'enthousiasme des électeurs noirs qui sont essentiels aux succès des démocrates.
« Les candidats sérieux et les stratèges savent que vous devez vous présenter tôt et régulièrement devant les électeurs noirs parce qu’ils voient à juste titre le fait de se présenter en retard comme une case à cocher plutôt qu’un engagement sérieux », m’a dit Benenson.

De plus, Buttigieg ne serait pas le « nouveau venu » dans le cycle de 2024, a déclaré un stratège démocrate de longue date. « Il serait traité différemment. »

Big Gretch, la battante

Gretchen Whitmer

Une démocrate qui vient d’être réélue avec une marge impressionnante dans la bataille présidentielle clé du Michigan, pourrait être Ruban Bleu du vote populaire : elle a juste la bonne mesure de merlot.

Elle « pense comme un général, ressemble à une vedette de cinéma des années 40 et parle comme si elle pêchait le brochet sur la glace... », a écrit Sarah Vowell dans le Times en août 2020.

Vowell a regroupé Whitmer avec Biden et plusieurs autres politiciens de premier plan au pays qui, contrairement à tous les présidents depuis Jimmy Carter, diplômé des universités publiques (dans le cas de Whitmer, Michigan State, à la fois collège et école de droit).

Elle est aussi le sujet d’une chanson à succès du rappeur de Detroit GmacCash, « Big Gretch ».
« Big Gretch » : le surnom a pris, et c’est de l’or.

De nombreux démocrates éminents ont exhorté Biden à se présenter avec Whitmer en 2020 - c'est à quel point ils estimaient que son attraction pouvait être puissante. Il n'y aucune raison de penser que son charisme s'est affaibli alors qu'elle y ajoute plus d'expérience du pouvoir.

Et c’est sans doute le bon type d’expérience. Les gouverneurs ont plus de facilité à se séparer du monde de Washington — et du cynisme des électeurs à ce sujet — que les politiciens qui travaillent dans la capitale depuis de nombreuses années.

Il y aura sans doute un gouverneur dans tout mélange post-Biden. Je ne vois pas un autre avec plus de potentiel que Whitmer. « Big Gretch sera formidable », a déclaré M. Sellers.

 
 Nicole Hemmer, politologue à l’Université Vanderbilt et auteure du livre récemment publié « Partisans : The Conservative Revolutionaries Who Remade American Politics in the 1900 », a fait remarquer que Whitmer « a été pris pour cible par l’extrême droite, donc cela s’inscrit dans le récit des dangers pour la démocratie ».
« Sur le papier, poursuit Hemmer, c’est très logique. Je ne sais tout simplement pas si elle a ce punch à percer dans les médias nationaux. »

En effet, Whitmer, 51 ans, n’a pas passé beaucoup de temps sous les projecteurs nationaux, donc on ne sait pas si elle brillerait sur une plus grande scène. Dans un récent débat contre son adversaire républicain pour le gouverneur, Tudor Dixon, elle a été solide mais sans éclat.


Gardez un œil sur…

Amy Klobuchar a duré beaucoup plus longtemps dans les primaires de 2020 que Harris, et chaque semaine qui passait, la sénatrice du Minnesota, maintenant âgée de 62 ans, aiguisait son message et sa voix. Elle pourrait construire à partir de là. Et au moins dans le Minnesota, elle a montré la capacité de gagner le soutien parmi les progressistes démocrates et les modérés. Mais Amy Klobuchar certainement pas la tasse de thé de l'extrême gauche. Comme en 2024, la compétition interne aux Démocrates mettra presque certainement un gouverneur sur le devant de la scène, il y aura un progressiste radical là aussi.

Si Sanders ne se présente pas, est-ce qu’Elizabeth Warren — qui, à 73 ans, est de 8 ans sa cadette — devient leur porte-étendard? Elle a sans aucun doute appris de sa campagne de 2020, qui a pris du retard après une vague précoce, mais qui a révélé qu’elle était non seulement bien préparée, mais aussi dynamique dans les débats et sur le terrain.
 
J’ai parlé des gouverneurs.

Roy Cooper, le démocrate à la tête de la Caroline du Nord, a été élu deux fois (2016, 2020) lorsque Trump a remporté la Caroline du Nord et lorsque les républicains de la Caroline du Nord l'ont emporté dans les courses au Sénat férocement contestés, aussi. Cela équivaut au moins à une option transpartisane à une époque strictement partisane. Cooper, 65 ans, pourrait être tonique — affable, sensible, sans raideur idéologique.
Je suis peut-être partial; il est mon gouverneur, et je pense qu’il a fait un travail admirable et équilibré de contrecarrer et de travailler avec les Républicains qui contrôlent les deux chambres de l’assemblée législative de l’État. Il illustre et modèle les qualités de compétence et de pragmatisme. De plus, son mandat actuel à la présidence de l’Association des gouverneurs démocratiques signifie qu’il a établi ou renforcé des liens au-delà de son État.
« Il a un problème de charisme », a confié un initié démocrate, faisant écho aux autres. Mais elle a ajouté : « Je pense que son nom sera publié, et il serait un candidat intéressant. »
 
Bien que la défaite de Tim Ryan contre J.D. Vance dans la course au Sénat en Ohio ait rendu cet État plus rouge que jamais, ses électeurs, il y a à peine quatre ans, ont accordé un troisième mandat au sénateur Sherrod Brown, un démocrate, et ce, avec une marge de près de sept points de pourcentage.
Cela témoigne de l’ampleur de son implantation.
« Si vous me demandez qui, au sein du Parti démocratique, a la confiance de la gauche radicale et le pouls des Américains de la classe ouvrière, c’est Sherrod Brown », m’a dit Sosnik. « Il fait le pont avec les coulisses du parti. »
Mais Brown, 70 ans, s’est retiré de la course présidentielle de 2020 malgré un intérêt considérable pour lui. Plusieurs initiés démocrates m’ont dit qu’il est simplement trop ambigu sur ses intentions et son ambition de monter une campagne présidentielle gagnante.

Le gouverneur J.B. Pritzker de l’Illinois a gagné des fans pour ses moments ardents de fraîcheur et de franchise. « Le gouverneur Pritzker brille étrangement sur Internet », a déclaré M. Hemmer. La combinaison des zones urbaines et rurales en Illinois fournit une leçon instructive pour une campagne nationale. Et plusieurs stratèges démocrates ont souligné que si Biden laisse ses successeurs potentiels avec peu de temps pour recueillir l’argent dont ils ont besoin, Pritzker, 57 ans, pourrait financer sa propre campagne. Un stratège a dit qu’il serait un adversaire particulièrement fascinant pour Trump, « un vrai milliardaire contre un faux milliardaire ». Mais un milliardaire est-il le bon candidat démocrate ?
 
Le saut d’un député vers la candidature à la présidence est important et peu probable.

Il suffit de poser la question à Tim Ryan et à Eric Swalwell, qui ont échoué en 2020... mais cela n’empêcherait peut-être pas le représentant Ro Khanna, un démocrate de Californie, d’essayer. Un communicateur fort qui représente la Silicon Valley, mais parle avec passion des préoccupations des travailleurs à une altitude économique inférieure. Khanna est bien considéré par les progressistes, en particulier ceux intéressés par un changement de la garde.
 « Je pense qu’il y a une certaine méfiance parmi la base démocratique à l’idée que l’ensemble des dirigeants de leur parti soient des gens qui ont une mentalité des années 1990 en matière de politique », a déclaré Rabin-Havt, ajoutant que Khanna, un Amérindien de 46 ans, s’écarte de cette mentalité.
Hemmer a convenu qu’il ne fait pas partie de l’establishment démocratique et, s’il a bien joué ses cartes, pourrait tordre cela pour plus d’excitation, un buzz particulier, « se présenter au peuple américain comme un candidat qui n’a pas été défini par d’autres et qui a un peu plus de marge de manœuvre. »

Je ne les sens pas... de Bernie Sanders à... Michelle Obama

Le cas Bernie Sanders excite forcément la curiosité. Il a été finaliste de la primaire démocrate deux fois de suite, et il est toujours dans la course, siège toujours au Sénat, toujours vénéré par de nombreux progressistes. Mais si Biden subit les atteintes de l'âge, peut-il être remplacé par une personne plus âgée qui a eu une crise cardiaque en 2019 ? Je ne le crois pas.
 
Qu’est-ce qu’un jeune progressiste comme Alexandria Ocasio-Cortez ?
Son nom est cité. Mais il y a sa jeunesse et ses 33 ans. Elle atteindrait l’âge minimum pour la présidence, 35 ans, moins d’un mois avant le jour des élections 2024. Et elle n’apporterait que six ans d’expérience à la Chambre. Ce sont des années folles où les vieilles règles volent par la fenêtre, mais probablement pas aussi vite et loin.
 
L’empressement avec lequel Gavin Newsom, 55 ans, s’est avancé en tant que défenseur engagé des valeurs des valeurs de gauche dans un combat ouvert contre Ron DeSantis a naturellement alimenté les spéculations sur une candidature présidentielle. Et il a le précieux titre de gouverneur d'un grand État.
Mais cet État est la Californie, autrefois drapeau de l'avant-garde et maintenant plus un test de Rorschach partisan. Et il y a une image doucereuse et trop habile chez Newson qui fait réfléchir de nombreux observateurs et en font reculer d'autres, y compris l'écrivain Josh Barro qui a utilisé sa newsletter pour marquer sa prise de distance envers Newson.
 Et spécifiquement et métaphoriquement, une candidature à Newsom peut-elle survivre à la photo largement médiatisée de lui et de son ex-femme, Kimberly Guilfoyle, qui est maintenant fiancée à Donald Trump Jr., allongés sur un tapis luxueusement prétentieux dans une pièce dorée ? Une façon de voir les lacunes de Newsom par rapport à celles d’autres candidats démocrates à la présidence : lorsqu'il a piétiné ses propres préconisations contre la COVID - éviter tout rassemblement en Californie - c’était pour un festin somptueux à la célèbre French Laundry dans la vallée de Napa. Quand Whitmer a négligé les siennes dans le Michigan, c'était pour dîner dans un bar, avec au menu une grillade avec de la mozarella et des bâtons de fromage grillé.
 
De nombreux démocrates parlent encore du discours de 2017 de Mitch Landrieu, alors maire de la Nouvelle-Orléans, sur les monuments confédérés et la réconciliation raciale. Il était sublime. Et dans son rôle actuel en tant que conseiller et coordinateur des infrastructures pour l’administration Biden, il sillonne le pays de manière avantageuse. Mais une candidature de Landrieu suscite autant de controverse que d'excitation dans les rangs l’intelligentsia démocrate. C'est à la fois une malédiction et une bénédiction.
 
La prochaine connaissance de sensibilité proche de la mienne qui suggère que Michelle Obama va ou devrait se présenter à la présidence sera supprimée de mes contacts !

C’est une personne profondément admirable qui... n’a jamais montré une étincelle d'approbation à cette idée et dont la cote de popularité dégringolerait à la minute où elle était dans la mêlée plutôt qu’au-dessus.

 

Je suis intrigué...

L’Arizona est un État pourpre avec un penchant pour la folie politique et pourtant, le sénateur Mark Kelly, un démocrate de 58 ans qui est l’incarnation de l’équilibre, pourrait être sur le point d’y être réélu. Cela pourrait susciter des spéculations sur son appel en tant que candidat à la présidence, surtout compte tenu de sa biographie (ancien astronaute; ancien pilote de la Marine; marié à Gabby Giffords, un ancien député à la Chambre qui est devenu l’un des plus éminents défenseurs de la sécurité des armes à feu au pays après avoir failli être tué dans une fusillade de masse).
 « Il a une marque qui transcende le parti », a observé un stratège.
Hemmer a déclaré : « Il a la capacité de toucher certaines de ces notes qui ont vraiment fonctionné pour la campagne Biden : « Je suis quelqu’un qui connaît et comprend la souffrance. Je suis quelqu’un qui a transformé les défis en fonction publique. »
 
Si le sénateur Raphael Warnock, 53 ans, bat son adversaire républicain, Herschel Walker, dans un second tour de décembre, il aura remporté un État pourpre deux fois en deux ans. Il communique avec les électeurs noirs et « n’offense pas non plus les blancs» écrit Sellers, qui ajoute :
« Il peut être une transition générationnelle depuis Biden. »
De plus, Warnock, ministre baptiste ordonné, pourrait contester les prétentions des candidats républicains à une plus grande religiosité. « Beaucoup de républicains pensent que G.O.P. signifie le Seul Parti de Dieu », a dit Sellers. « Raphaël leur arrache ça. »
 
Le gouverneur Jared Polis, 47 ans, vient de se faire réélire dans le Colorado bleu clair, où il a fait un excellent travail selon la plupart des commentateurs et, dans les mots admiratifs du chroniqueur conservateur du Washington Post George Will,  « Il a le don de conduire son progressisme de haut niveau en s’éloignant du strict catéchisme de cette église. »
Le titre de cette chronique de Will,  publiée il y a deux mois, « Why Colorado Gov. Jared Polis could answer Democrats’ 2024 prayers ».
Il est le premier homme ouvertement gay à être élu gouverneur en Amérique, faisant de lui le genre de pionnier que les démocrates aiment souvent embrasser, et il est riche de start-up internet qui remontent à son époque d’étudiant à Princeton. Mais ce n’est pas un geyser de charisme, à peine une police. Sa maladresse pourrait-elle être attachante à l’ère des médias sociaux laqués?
 
La sortie anticipée de Steve Bullock, l’ancien gouverneur du Montana, de la primaire présidentielle de 2020 a pris un certain éclat de l’idée qu’un démocrate qui avait trouvé le succès et a suscité l’affection des républicains dans un état rouge et largement rural pourrait être l’or présidentiel.
Mais cela n’a pas empêché certaines personnes, y compris votre serviteur, de se poser des questions au sujet de quelqu’un comme le gouverneur du Kentucky, Andy Beshear, 44 ans, ou le sénateur du Montana Jon Tester, 66 ans, un agriculteur à son troisième mandat au Sénat. Tester est aimé par de nombreux démocrates à Washington, mais pourrait avoir assez de mal à remporter un quatrième mandat au Sénat en 2024 pour faire d’une course à la présidence une aventure attrayante, rien à perdre.

 
Mais le candidat potentiel le plus intrigant est, presque par définition, celui dont le nom n’a pas encore été mentionné. Et le métabolisme des médias de nos jours offre la possibilité de passer d’un anonymat relatif à une exposition à la saturation en quelques semaines chaudes.
Ce genre de phénomène pourrait se précipiter pour la présidence même si Biden se présente.
Les présidents sortants ont déjà été contestés de cette façon.

 

LE CAUCUS DE L'IOWA

Notice de Wikipédia :
Le caucus de l'Iowa (en anglais  : Iowa Caucus) est un événement électoral pendant lequel les habitants de l'État américain de l'Iowa élisent, au sein du parti politique qu'ils soutiennent, leurs délégués de circonscription pour la convention de comté. Chacune des conventions des 99 comtés que compte l'Iowa sélectionne ensuite des délégués pour les conventions des districts congressionnels et de l'État, lesquels choisissent finalement les délégués pour la convention nationale.
Le caucus de l'Iowa est l'objet d'une forte couverture médiatique tous les quatre ans, en prévision de l'élection présidentielle américaine qui se tient dans l’année (les caucus se tiennent tous les deux ans).
En effet, depuis 1972, l'Iowa est l'État qui inaugure — pour les deux partis principaux — le long processus pour la désignation des candidats à l'élection du président américain. Il sert d'indicateur précoce pour savoir quel candidat peut espérer gagner l'investiture de son parti politique à la convention nationale de celui-ci et ce malgré le poids relatif faible (1 % des délégués nationaux) de cet État rural de trois millions d'habitants.
Le caucus de 2016 a eu lieu le . Celui de 2020 débute le . L'Iowa est un des douze États américains à désigner ses délégués par caucus et non par un vote traditionnel pour les élections primaires.




Nouveau commentaire :

Louviers | CASE | Eure | Normandie | Politique | Humour | Editorial (vidéo) | Revue de Presse | Polémique | Vidéune | Route du Rhum | Présidentielle 2012 | Elections 2014 | Mairie de Louviers | Elections 2017 | Revue de Presse | Facebook | La Chronique de Pascal Hébert | Haro | Elections Législatives 2022 | Editorial | En vidéo | Tweets