Explosif : le Football Club Seine-Eure va déterrer les dossiers "gris" de l'USL...


Franck Martin

Qui sème le vent... récolte la tempête. Nous avions réussi à pacifier et unir les talents du foot à l'échelle intercommunale. Priollaud ressuscite les vieilles querelles, Priollaud divise à nouveau le monde du foot. Et c'est bien le principal reproche que j'adresse au maire de Louviers. Un maire qui joue sur la division et les querelles est irresponsable.

En suscitant la création d'un club de foot dissident, il souffle sur les braises mal éteintes d'un long brasier : des années de querelles et de divisions au sein du mouvement sportif lovérien. Il y a eu des époques où l'on comptait plus d'éphémères présidents de club que de joueurs sur les terrains...

Vouloir ressusciter les misérables querelles du passé, saupoudrer l'argent public sur des micro-clubs alors que l'avenir du sport local passe et passera de plus en plus par des structures intercommunales mutualisées est une énorme faute. Seuls les avocats - civils aujourd'hui peut-être pénalistes demain - peuvent se réjouir de voir le maire ressusciter le contentieux : ils vont avoir du pain sur la planche.


Seuls, les avocats se frottent les mains

Cette brochette d'amateurs et de faux-jetons a joué avec le feu... Mais qui manipule qui ?
Cette brochette d'amateurs et de faux-jetons a joué avec le feu... Mais qui manipule qui ?
Bien avant la fusion, j'avais passé l'éponge sur les fautes de gestion patentes des dirigeants du club de foot lovériens. Des subventions exceptionnelles ont été accordées pour renflouer la caisse, le stade de foot avait été rénové, pour la mariée soit présentable, que le club lovérien puisse s'intégrer sans rougir dans une configuration intercommunale.

Si la ville de Louviers n'avait pas consenti cet effort de réparation des fautes des dirigeants lovériens, on m'aurait accusé de "refiler les dettes du club de Louviers au club de Pont-de-l'Arche-Les Damps"

Las... c'est pourtant ce qui s'est produit !

14 000 euros d'un amer héritage

Les dirigeants de l'USL ont liquidé le club dans des conditions pour le moins opaques, après avoir licencié l'entraîneur de façon tellement stupide que le Football-Club Seine-Eure a été condamné par les prud'hommes à payer 14 000 euros d'indemnités. 

Alors que le FSCE n'est pour rien dans ce licenciement illégal. Amer héritage, que le maire actuel de Louviers se refuse à assumer bien qu'il n'ait pas hésiter à embarquer sur sa liste et faire élire les principaux dirigeants de l'ex-USL qui ont perpétré ce licenciement fautif.

Faire de José Pires un adjoint aux Sports et un adjoint aux Finances de celui qui a mené l'USL à la faillite est un risque majeur dont le maire ne tardera pas à découvrir l'ampleur. Mais qui tient qui ?

Rallumer le feu

Déjà, les couteaux s'aiguisent, on déterre les haches de guerre, les archives et les dossiers financiers douteux qui avaient été enterrés au moment de la fusion...

Bref, Priollaud a remis le feu au football lovérien. Il est bien incapable de circonscrire ce nouveau départ de feu dans un incendie que nous avions éteint.


Mercredi 30 Septembre 2015


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 4 Janvier 2018 - 16:17 Monsieur Messaoud Rafa à l'honneur !

Louviers | CASE | Eure | Normandie | Politique | Humour | Editorial (vidéo) | Revue de Presse | Polémique | Vidéune | Route du Rhum | Présidentielle 2012 | Elections 2014 | Mairie de Louviers | Elections 2017 | Revue de Presse | Facebook | La Chronique de Pascal Hébert | Haro | USA Election