La Gauche, année zéro...

La fin du macronisme


Emmanuel Macron : Une contre-performance aussi relative que sa majorité.

Si la gauche veut être majoritaire en 2017, tout est à construire
Si la gauche veut être majoritaire en 2017, tout est à construire
Sur les ondes la meute anti-Macron se lâche. Il n'est question que de gifle, de lourde défaite, d'avenir obscurci... bref de déroute pour le président. Avec gourmandise, la presse parle déjà de blocage de l'Assemblée et d'une possible dissolution. Allons donc...

Pendant toute la campagne électorale, on ne parlait que de la possibilité d'une cohabitation, voire de Mélenchon premier ministre. ( Horresco referens ! )

Rien de tel aujourd'hui. Certes, la situation politique est inédite, mais la  situation institutionnelle s'apparente à celle que connut François Mitterrand en 1988.

Après avoir largement réélu le président sortant, les électeurs ont voulu limiter le pouvoir présidentiel en ne lui donnant qu'une majorité relative à l'assemblée nationale. A l'époque, le gouvernement de Michel Rocard ne dispose que 275 sièges de députés socialistes et apparentés.

Cette majorité relative n'empêchera pas Michel Rocard de faire approuver par l'Assemblée d'importantes réformes en peu de temps, notamment la création du RMI, première version de l'actuel RSA et de la CSG et de rétablir la paix en Nouvelle-Calédonie, en digne émule de Pierre Mendès-France qui avait mis fin à la guerre d'Indochine...

Pour Elizabeth Borne, la tâche de gouverner promet donc d'être lourde, complexe, mais pas impossible.

En 2017, la fin du macronisme

Emmanuel Macron a brillamment remporté 2 élections présidentielles parce que son analyse était juste : la France politique est divisée entre un bloc central progressiste et deux blocs populistes, de gauche et de droite.

Il a réussi a porter les valeurs du bloc républicain dans des élections présidentielles où l'hyper-personnalisation de la fonction exige une personnalité d'exception, capable d'incarner des valeurs autant qu'un programme.

Or, nous vivons la fin du macronisme : la limitation du cumul des mandats ne lui permettra pas d'être candidat en 2027. Et la vie politique française des cinq prochaines années sera surdéterminée par cette échéance. Nous allons vivre dans l'ombre omniprésente de cette question : qui succèdera à Emmanuel Macron ?

La majorité présidentielle résistera-t-elle à la pléthore de candidats possibles, de François Bayrou à Edouard Philippe en passant par Gérard Darmanin et Bruno Le Maire.

Verra-t-on l'émergence d'une candidate ? Elizabeth Borne parviendra-t-elle à tenir les rênes d'un tel attelage ? Le bloc central trouvera-t-il un(e) champion.ne sans exploser avant l'échéance ?

Du côté des extrêmes, la candidature de Marine Le Pen en 2027 est probable, celle de Mélenchon possible. Mais ni LFI, ni le FN ne manquent de grandes gueules pour incarner le populisme.

Et la gauche dans tout cela ?

Le « plafond de verre » de Fabien Roussel

Pour la gauche, cette année est l'année zéro, au sens donnée par le cinéaste Roberto Rosselini au titre de son film Allemagne, année zéro. Tout est à reconstruire...

Lorsque l'on fait l'addition des voix de gauche et d'extrême-gauche, on voit que la "dynamique" prétendument insufflée par la Nupes n'a pas fait gagner une voix par rapport aux précédentes législatives.

La dynamique a été interne, celle d'une recomposition mécanique en faveur LFI qui avait imposé sa candidature unique dans la plupart des circonscriptions, mais le total des voix de gauche reste sous un "plafond de verre", selon le dirigeant communiste Fabien Roussel.

La gauche « progresse en nombre de députés parce que nous étions unis, mais en nombre de voix nous ne progressons pas et il va falloir réussir à dépasser ce plafond de verre si nous voulons demain gouverner ce pays », a également affirmé Fabien Roussel, le dirigeant communiste.
Ce plafond de verre est-ce la domination de LFI ? L'assujettissement du PS et d'EELV à un programme irréaliste de rupture avec le système, qui n'est pas un programme capable de rassembler 
A SUIVRE...
 
Lundi 20 Juin 2022
Franck Martin


Nouveau commentaire :


Inscription au Bloc Notes