blocnotes

Premier jour de CASEO : le bonheur


Franck Martin



L'opposition glapit...

Verte de rage, l'opposition glapit devant le succès de la nouvelle piscine. Mauvais calcul, mauvaise pioche. Plus elle dénigrera l'équipement, plus elle mettra en lumière une évidence : sans notre équipe, il n'y aurait pas eu de nouvelle piscine.

Avec le bassin de 50 mètres, les sportifs sont aux anges, les licenciés du club ENL très contents. Pourtant, l'opposition couine: avec 6 lignes d'eau le bassin de 50 mètres n'est pas olympique ! Il fallait construire 2 lignes d'eau en plus !

La riposte est facile : sortir 3 millions d'euros en plus pour seulement une ou deux compétitions par an, ce n'est pas sérieux.

Avec de telles critiques, l'opposition montre qu'elle est capable de mettre Louviers sur la paille en 6 mois.





1.Posté par jec le 04/03/2014 09:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Certes un bassin olympique ne se justifie pas à Louviers et en effet pas nécessaire de dépenser plus d'argent pour mettre la ville sur la paille ( elle y est déjà )
Mais annoncer 3 millions supplémentaires pour 2 lignes d'eau en plus sur un des bassins, soit plus de 15% du coût total du centre aquatique, ce n'est pas sérieux .
C'est tout simplement aberrant.
Ou alors le centre à du coûter bien plus que le chiffre annoncé !!!!!

Réponse de Franck Martin

L'amateurisme est louable dans la pratique du sport, mais votre amateurisme en gestion publique est plutôt attristant. Trois énormes bourdes en quelques lignes, c'est un triste record !

Première bourde : les finances de la Ville sont saines, la stabilité fiscale est la règle, la dette est stable et tous les comptes administratifs sont excédentaires depuis 19 ans !

Deuxième bourde : la Ville de Louviers ( et les contribuables ) n'ont pas mis un centime dans la construction de cette piscine intercommunale et ne paiera dans son fonctionnement que la fréquentation des écoles primaires et des 3 clubs ( natation, plongée, canoé-kayak). En fait Louviers fait des économies sensibles.

Troisième bourde : tous les sportifs savent que les normes exigées par une Fédération pour homologuer un terrain de foot ou une piscine au niveau national ou olympique ne visent pas seulement le terrain ou le bassin de natation. Effectivement, 2 lignes d'eau supplémentaires, ça ne coûte pas des millions. Mais l'environnement du bassin ( couverture, éclairage, postes de chronomètrage, vestiaires spécifiques, salles d'appel, bassin d'échauffement, gradins homologués ) coûte un bras et une jambe, en tout cas plusieurs fois le prix de l'extension de 6 à 8 lignes d'eau.

Tout cela pour une ou deux compétitions de niveau national par an !

Renseignez vous avant de gémir ! La satisfaction de Francis Luyce, président de la FFN et des sportifs pratiquant la natation de compétition au sein de l'ENL, très heureux de leur nouvelle piscine, aurait du vous ouvrir les yeux.



2.Posté par jec le 05/03/2014 10:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je constate que l’habitude de rabaisser les gens, dès qu’ils émettent une critique ou un avis ne vous convenant pas, est récurrente et bien ancrée chez vous. Mais ne vous en déplaise tous les Lovériens ne sont pas des demeurés

1- Je suis bien sûr tout à fait d’accord sur le fait que l’homologation d’un bassin nécessite, outre 8 lignes d’eau des équipements et infrastructures spécifiques et onéreux. Mais relisez vous, ce n’est pas de ma faute si la teneur de votre article laisse croire aux lecteurs que se sont 2 lignes d’eau supplémentaires qui coûtent 3 millions.

2- Le bassin de 25 mètres est quand à lui homologué pour les compétitions. Est-ce que suffisamment de compétitions sont prévues pour justifier le surcoût engendré ?

3- N’est-ce pas contradictoire puisque que le centre aquatique n’a pas coûté 1 centime aux Lovériens d’accuser l’opposition de vouloir mettre Louviers sur la paille ?

4- Concernant la règle de stabilité fiscale elle ne concerne que le budget de fonctionnement, et est facile à obtenir : il suffit d’augmenter les recettes en votant des hausses d’impôts comme en 2009 et 2010.(cumulés avec la hausse des valeurs locatives cela fait 29,2% de hausse depuis 2006 pour un taux d’inflation de 11.4% pour la même période)
Pourtant Louviers est bien endettée, par le budget d’investissement, et le restera tant que les intérêts de la dette seront financés par de nouveaux emprunts.

5- Que le centre aquatique soit financé par la Case, la région, le département ou des subventions d’état il est faux de dire que cela ne coûte rien aux habitants de Louviers car il s’agit toujours d’argent public donc de nos impôts. D’ailleurs en consultants les feuilles d’impôts locaux et fonciers vous constaterez, si vous l’ignorez, qu’il y a bien une part pour le département.

Réponse de Franck Martin

1 / Vous dites que vous n'avez pas compris ce que j'ai écrit. Dont acte.

2 / Le bassin intérieur est homologué pour des compétitions jusqu'au niveau régional. Cela n'entraîne pas de surcoût majeur. Exemple : les vestiaires du public suffisent.

3 / Quel étrange mélange... La construction de la piscine n'a pas coûté un sou à Louviers, c'est un fait. A porter au crédit des représentants de la municipalité à la CASE. Que vient faire l'opposition là-dedans ? Elle ne siège pas à la CASE et n'a eu aucune influence sur ce dossier. Si je dis que l'opposition pourrait mettre Louviers sur la paille en six mois, c'est que leur ignorance totale du fonctionnement des finances locales saute aux yeux dès qu'on lit leur propagande. Parmi une foule d'exemples : lorsqu'un foyer bénéficie d'un dégrèvement fiscal, ils sont persuadés que les recettes budgétaires de la Ville sont amputées d'autant... alors que l'Etat compense la somme au centime près. Plus généralement, ils proposent d'augmenter les dépenses (pour flatter l'électeur) et de diminuer les recettes ( pour flatter le contribuable) C'est le retour à la formule célèbre sous la 4ème République : demander plus à l'impôt et moins au contribuable ! Grotesque.

4 / Renseignez vous un peu avant d'avancer de telles énormités. Je vous conseille la lecture du livre du sénateur de l'Eure Bourdin «Les Finances Locales». Règle de base : une commune ne peut pas emprunter pour rembourser les intérêts de l'emprunt ! C'est strictement impossible. Les intérêts figurent dans les dépenses du budget de fonctionnement, qui ne peut être financé que par des ressources propres, jamais par l'emprunt.

5 / Si tout est dans tout et réciproquement... toute pensée est impossible, allons nous coucher. Ou alors clarifions un débat qui porte sur les finances intercommunales et non sur le budget de l'Etat. Monsieur de la Palisse aurait pu confirmer que le contribuable départemental contribue au budget départemental. A l'intérieur de ce budget, il est exact que le Département consacre une enveloppe annuelle pour subventionner les équipements sportifs dans l'Eure. Mais la construction de la piscine de LOUVIERS n'influence en rien le montant de cette enveloppe, qui est attribuée à moult constructions chaque année et qui reste stable depuis plusieurs années. En d'autres termes, si la piscine n'avait pas été construite, la part de financement du contribuable lovérien au budget des sports dans l'Eure serait allée vers d'autres communes, ni plus ni moins.
Idem en ce qui concerne la dotation de l'Etat au budget de la CASE ? Non, car les dotations sont en baisse ! Donc, piscine ou pas, la part de contribution des Lovériens au budget de l'Etat alloué aux intercommunalités est en baisse. Le contribuable lovérien a moins participé cette année, via le budget de l'Etat, au financement de la CASE. Et rappelons qu'il ne participe pas du tout au financement direct de la CASE, qui ne prélève pas d'impôt sur les contribuables locaux ( hormis l'ex-part départementale, dérisoire ). Et oui, la réalité est loin de la caricature simpliste que vous dessinez.

3.Posté par Sylvia Mackert le 05/03/2014 15:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ma fille et ma petite fille ont participé à cette première journée et ont juste regretté d'avoir dû attendre plus d'une heure avant de pouvoir entrer, car ça fait long avec un bébé d'attendre plus d'une heure dehors en cette période. Ensuite en rentrant le soir, la petite a bien dormi par contre, donc la piscine a été bénéfique pour son sommeil.

Quant au finances de la ville, un proverbe comptable dit "tout ce qui ne croît pas décroît" donc une dette stable décroît, diminue petit à petit. Et stable "par habitant", si la population bouge... faut pas se plaindre finalement, même si dans la vie privée on aimerait avoir plus de marges pour dépenser notre budget familial, donc pas tout mélanger entre finances publiques et privés, les montants ne sont pas du tout comparables, ce qui paraît beaucoup par rapport à un budget familial l'est beaucoup moins par rapport à un budget public, collectif. Pour les riches une goutte d'eau pour les pauvres cela paraît énorme. Donc beaucoup ou pas beaucoup ? difficile à dire. Mais tout ce qui ne croît pas décroît, donc une dette stable est en baisse.

Nouveau commentaire :

Louviers | CASE | Eure | Normandie | Politique | Humour | Editorial (vidéo) | Revue de Presse | Polémique | Vidéune | Route du Rhum | Présidentielle 2012 | Elections 2014 | Mairie de Louviers | Elections 2017 | Revue de Presse | Facebook | La Chronique de Pascal Hébert | Haro | Elections Législatives 2022 | Editorial | En vidéo | Tweets