USA : Jusqu'où iront les partisans de Trump ? (1/2)

Election présidentielle J-22


Franck Martin

Pour le parti républicain au pouvoir, tous les moyens sont bons pour saboter l'élection. Suppression du droit de vote pour des milliers d'Américains, charcutage éhonté des circonscriptions électorales... cela reste, hélas, légal.

Qu'un Président, garant des institutions, appelle publiquement ses partisans à tricher, c'est inouï. Mais il y a plus grave...


Le vote par correspondance, clé du scrutin ?

Suppression de crédits, désorganisation des services : Trump s'attaque au service postal pour saboter le vote par correspondance
Suppression de crédits, désorganisation des services : Trump s'attaque au service postal pour saboter le vote par correspondance

200 000 morts : aux Etats-Unis, la pandémie est particulièrement meurtrière. Trump se moque des mesures barrières et incite les Américains à désobéir au confinement mis en place par les gouverneurs de la plupart des Etats.

 Pour éviter toute contamination dans les bureaux de vote, les Américains s’apprêtent donc à voter massivement par correspondance, méthode autorisée dans beaucoup d’Etats. Les sondages d'opinion indiquent que l'électorat de Joe Biden utilisera, beaucoup plus que l'électorat de Trump, le vote par correspondance.

Afin de contester le résultat de l’élection après le 4 novembre, Trump affirme depuis des mois que le vote par correspondance donnera lieu à une fraude massive. Le FBI dément cette affirmation en assurant qu’aucune manœuvre de fraude n’a été décelée.

On n’est jamais si bien servi que par soi-même. Pour que la fraude existe, autant la créer soi-même : pour être en mesure de contester juridiquement le résultat du vote, Trump et ses partisans tentent de saboter le vote par correspondance.

Imagine-t-on, en France un président de la République appelant publiquement les électeurs à frauder ? Ce qu’a fait Trump, dans un discours appelant ses partisans à voter deux fois : une fois par correspondance une seconde fois dans les bureaux de vote.
 
La ficelle est énorme : si de nombreux cas de fraude sont constatés, Trump pourra contester la régularité du scrutin et donc la probable victoire de Biden.


Le sabotage de l'US Mail

Pour saboter le vote par correspondance, Trump s’est aussi attaqué à la Poste. Il a nommé à la tête de l’US Mail un dirigeant dévoué à sa cause, qui a immédiatement mis en place des mesures désorganisant le service postal, diminuant les crédits affectés à l’afflux de bulletins de vote.

La tactique est claire : créer le chaos dans le service postal pour contester le résultat du vote par correspondance. Devant le tollé général - les Américains considèrent l'US Mail comme un joyau national - Trump a du reculer... un peu.

Les fausses "boîtes à voter" de Californie

USA : Jusqu'où iront les partisans de Trump ? (1/2)
Les bulletins de vote par correspondance peuvent être utilisés de deux manières. Ils peuvent être postés ou déposés dans des ballot drop box officielles, sorte de boîtes aux lettres sécurisées, surveillées et relevées régulièrement par les autorités chargées de veiller au déroulement loyal du scrutin.

Pour saboter le vote par correspondance, notamment à Los Angeles, les responsables du parti Républicain n'ont pas hésité à installer de fausses « boîtes à voter » dans les stations services, les parkings, les grands carrefours.

Les « boîtes à voter » officielles enregistrent le vote et l’identité du votant. Elles permettent ainsi de constituer les listes d’émargement officielles. Tout comme les ballot drop box officielles, les « boîtes à voter » sauvages du parti républicain délivrent un récépissé au votant, comme le tampon sur la carte d’électeur en France.

Mais rien ne garantit que le bulletin de vote soit officiellement comptabilisé… et ne soit pas détourné. Toute personne munie d’un récépissé « sauvage » et qui ne retrouve pas son vote sur la liste d’émargement officielle peut donc légitimement porter plainte…
 
Les partisans de Trump misent sur le chaos juridique que risque de créer l'usage des fausses boîtes pour contester le résultat du vote par correspondance.

Ciblés par le FBI, les terroristes de l'intérieur

Tacitement encouragés par le président, les partisans de Trump, en particulier les milices d’extrême-droite, vont plus loin.

Pour perturber les opérations de vote, ils promettent de se rendre, en armes, à la porte des bureaux de vote pour " surveiller " le scrutin, en fait pour intimider les partisans de Biden.

D'autres n’hésitent pas à franchir la ligne rouge du « terrorisme intérieur » avec des menaces d’attentats et de kidnapping de personnalités politiques de premier plan.

Le FBI vient de procéder à treize arrestations...  ( à suivre )

Le sondage du jour
Le sondage du jour

Mercredi 14 Octobre 2020

Franck Martin