Télégramme de Brest

30 Novembre 2019

Concilier une meilleure protection des rivières et le niveau de vie des agriculteurs...


 70% des Français se disent désormais très concernés par l’ écologie, plus de 50%, prêts à changer leurs habitudes. Rien d’étonnant, donc, si les Verts ont le vent en poupe et si , après avoir obtenu aux Européennes un score de 13, 5% - certes inférieur à celui de Dany Cohn-Bendit en 2009 ( 16% ) mais tout de même ! – ils se voient en position d’emporter en mars plusieurs grandes villes comme Nantes et Rennes. Rien d’étonnant non plus si nombre de citoyens, inquiets de voir le paysage politique se réduire à un duel Macron-Le Pen, souhaitent voir grandir , autour d’EELV, une « troisième force » qui aurait, n’en déplaise à Mélenchon, des alliés à gauche comme au centre. Mais voilà : c’est toujours compliqué, avec les Verts. Apparu au soir des Européennes du 22 juin comme un vainqueur, en route pour la présidentielle, Yannick Jadot vient de connaître un cruel revers. Lui reproche-t-on son excès d’assurance ?  Des initiatives fâcheuses, comme de signer  sans l’avoir lue  une pétition contre « l’islamophobie »  et de demander à Strasbourg  une minute de silence  pour nos soldats tombés au Mali, alors que le Parlement européen les avait  honorés la veille ? La liste qu’il soutenait n’a obtenu que 26, 5% des voix des militants face à  «  Grandir ensemble, l’Ecologie au pouvoir »( 42, 9%) menée par Julien Bayou.  39 ans,  l’air d’un adolescent mince aux cheveux frisés , Bayou devrait donc être élu, ce samedi à Saint- Denis, secrétaire national d’EELV.  Il a la sagesse de vouloir «  travailler à concilier une meilleure protection des rivières et le niveau de vie des agriculteurs  ». Il lui faudra, dès aujourd’hui, réussir à concilier les  oppositions au sein de son propre parti .