Midi Libre

15 Décembre 2019

Mais qu'avez-vous fait pour les plus fragiles ?


Lettre à Philippe Martinez
Souvent, en vous regardant et vous écoutant, je pense au défunt « milliardaire communiste » Jean-Baptiste Doumeng, un petit paysan qui avait fait fortune dans le commerce  de bétail  avec l’Union soviétique .  Comme je lui demandais s’il n’était pas inquiet du déclin du PC et de la CGT ( qui a encore perdu 30 000 adhérents l’an dernier sous votre direction ) il répliqua, superbe :«  Avec 10% à la SNCF, je bloque le pays ! » Vous avez retenu la leçon. Avec votre moustache stalinienne d’ admirateur de l’ex URSS comme votre père , un communiste espagnol engagé  en 1936 dans les Brigades internationales ,  vous  gravissez les échelons depuis votre poste de technicien  Renault, en brandissant le drapeau rouge. En 2015, à la faveur de l’éviction  de Thierry Lepaon, vous devenez,  avec le soutien de votre compagne Nathalie Ganiochipi qui passe en force pour vous apporter les voix de la Cgt santé, le secrétaire général  de l’organisation syndicale encore la plus puissante de France.  Négociateur souvent brutal (  A la TV, vous  coupez la parole d’un «  Ecoutez , quand je vous parle ! ») vous  adoptez une ligne dure afin de tenir compte  du poids grandissant de l’ultra gauche . Et c’est ainsi que, en mai 2016, dans le but de forcer le Premier ministre Manuel Valls à retirer son projet de «  Loi Travail », vous empêchez la presse quotidienne, qui refuse de publier votre tribune, de paraître.  Mais il vous arrive de manœuvrer assez finement. De même qu’en 1968  la CGT de Georges Séguy, d’abord marginalisée par le mouvement étudiant,  avait réussi in fine à s’imposer dans la négociation face au pouvoir gaulliste, vous  réussissez à récupérer bon nombre de ces «  Gilets Jaunes »  qualifiés par vous l’an dernier d’ « extrème droite ». Joli virage ! Grâce auquel, aujourd’hui, avec l’appui des conducteurs en grève de la SNCF et de la RATP, vous semblez  mener le jeu face à Emmanuel Macron devant votre rival de la CFDT, Laurent Berger.  Vous voilà donc l’invité vedette ce dimanche de BFM TV. Avant, mardi, de mener la grande manif  annoncée à Paris. Mais qu’avez-vous fait pour  les plus fragiles - aide soignantes, femmes de ménage et  employés de petits commerces, sans oublier  les agriculteurs  ?   De plus en plus nombreux et vulnérables, ces « travailleurs » là ne vous intéressent pas. A vos yeux, comme  à ceux des grands patrons capitalistes , ils ne pèsent rien.