Télégramme de Brest

10 Janvier 2014
Pendant que Dieudonné M’Bala M’Bala se prépare à tenir, après demain au Zénith de Nantes, un véritable « meeting » politique qui pourrait tourner à l’émeute (puisque les célèbres chasseurs de nazis, Serge et Beate Klarsfeld et leur fils Arno, ont appelé à manifester contre l’humoriste « qui fédère tous les antisémites, de l’ultra gauche à l’extrême droite »), Jean-Marie le Pen, se prépare, lui, à entamer une tournée qui le mènera, en dix jours, de Grenoble à Agen en passant par Nice, Marseille et Avignon . Simple coïncidence ? Certes, l’agenda du président d’honneur du FN avait été arrêté depuis longtemps ; celui de Dieudonné aussi. Condamnations Mais comment oublier que Dieudonné, qui débuta dans le showbiz au côté d’Elie Semoun, a viré à l’antisémitisme obsessionnel, au point d’avoir fait de son propre camarade l’une de ses cibles, parmi d’autres acteurs et journalistes juifs ? Après avoir entamé, en 2005, une carrière politique sous l’étendard de l’extrême gauche en affrontant à Dreux le FN, l’enfant de la banlieue parisienne, fils d’une Bretonne et d’un Camerounais, s’est depuis rapproché de Jean-Marie Le Pen, qu’il a choisi en 2008 pour parrain de sa fille Plume. De son côté, le fondateur du FN, condamné dix neuf fois pour propos racistes – tout récemment encore, sur les Roms mais plus souvent, naguère, sur les juifs, comme Dieudonné aujourd’hui -, n’a pas pris du tout ses distances avec « l’humoriste ». Dans son dernier blog vidéo, Le Pen accuse même Manuel Valls d’encourager, contre le spectacle de Dieudonné, des « troubles à l’ordre public » fomentés par de petites « bandes de jeunesses israëliennes et commandos juifs » et qui donneraient au Ministre de l’Intérieur un prétexte pour « restreindre encore une liberté d’expression qui ne cesse de régresser ». Chevalier blanc Gare au dérapage ! Alerte pour Marine Le Pen, alors qu’elle entame une double campagne -municipale et européenne- avec la satisfaction de voir ses efforts pour « dédiaboliser » l’image du FN porter leurs fruits et ses nouveaux sympathisants, mobilisés. Elle sait qu’il ne faut pas laisser le « vieux lion » inoccupé et sans audience médiatique et elle l’a donc encouragé à faire campagne à travers la région Provence Alpes Côte d’Azur dont il est l’élu. Mais si son père allait répliquer à une provocation ? Déjà le plus populaire des ministres, Valls, qui se rêve successivement à Matignon et à l’Elysée, s’est toujours montré, comme Nicolas Sarkozy et François Hollande, proche de la communauté juive. Il n’attend que cette occasion pour apparaître comme le chevalier blanc terrassant à la fois le dragon raciste d’extrême gauche et celui d’extrême droite. Le piège est tendu. Qui va y tomber le premier ?