Club Seniors

Emploi des seniors : suite des négociations




club seniors
Sous l’impulsion de Dominique de Villepin, Gérard Larcher, ministre délégué à l'Emploi, doit tenter de débloquer le dossier du maintien au travail des salariés de plus de 55 ans. Une réunion de travail s'est en effet tenue avec les partenaires sociaux, pour préparer le futur plan national d'action pour l'emploi des seniors. Une "conférence nationale" est programmée pour février prochain, afin de tirer les conclusions de cette concertation. Ce plan, inscrit sur la période 2006-2010, devra permettre à la France d'augmenter son taux d'activité des seniors, conformément aux objectifs de l'Union Européenne et à la réforme des retraites.

La France est en effet à la traîne, avec un peu plus de 37% des 55-64 ans en emploi, alors que l'objectif fixé par le Conseil de Stockholm est de 50% de seniors en activité à l'horizon 2010 selon l’AFP.

Les partenaires sociaux, qui étaient conviés à travailler sur les mesures qui devrait servir de base au plan gouvernemental, ont achevé leurs négociations le 13 octobre, après sept mois de longues et difficiles discussions. Elles ont débouché sur des mesures limitées, dont la principale et la plus médiatisée est la création d'un CDD (contrat à durée déterminée) de 18 mois maximum, renouvelable une fois, réservé aux demandeurs d'emploi de plus de 57 ans, au chômage depuis plus de trois mois ou en convention de reclassement personnalisé (CRP).

Le projet d'accord ouvre aussi à tout salarié, à partir de 45 ans puis tous les cinq ans, le droit de bénéficier d'un entretien de deuxième partie de carrière pour faire le point sur ses compétences et sur son évolution professionnelle.

Alors que les syndicats devaient donner leur avis avant le 10 novembre, seule la CGT s'est prononcée et a décidé de ne pas signer l'accord, estimant "grave de proposer la seule précarité en guise de fin de carrière". La CFDT a pour sa part émis un avis favorable, mais a réservé sa signature, les autres syndicats ayant demandé un délai supplémentaire. Tous attendent des garanties du gouvernement, craignant que les termes de l'accord ne soient modifiés à l'occasion de l'élaboration du plan senior ou lors du passage au Parlement, concernant par exemple le CDD-senior, le cumul emploi-retraite ou la contribution Delelande (payée par les entreprises qui licencient un travailleur âgé de plus de 50 ans).

Rédigé le Mardi 20 Décembre 2005