Club Seniors

Médecin traitant : entrée en vigueur de la réforme




club seniors
En vertu de la réforme voulue par le ministre de la Santé de l'époque, Philippe Douste-Blazy, les Français avaient jusqu'au 31 décembre pour choisir leur médecin traitant. Pourtant à cette date, près d'un tiers ne l'avaient pas encore fait.

Depuis le 1er janvier, la réforme de l'assurance-maladie est pourtant devenue une réalité pour les assurés, avec l'entrée en vigueur de pénalités financières pour ceux qui refusent cette nouvelle démarche médicale. Pour le gouvernement, cette réforme a pour objectif de lutter contre le déficit de l'assurance-maladie, estimé à plus de 8 milliards d'euros pour l'année 2005. Hors parcours de soins coordonnés, les consultations ne sont plus remboursées qu'à 60% au lieu de 70% par le régime de base de la Sécurité sociale.

Concrètement, on trouve dans le parcours de soin une nouvelle case "pénalités financières" depuis lundi, pour ceux qui ne seraient pas passés pas par leur médecin traitant. Mais en réalité, il existe désormais une "double peine" pour ceux qui ne jouent pas le jeu : d'abord, le spécialiste leur faire payer la consultation plus cher, jusqu'à 32 euros au lieu de 27. Ensuite, et c'est ce qui est nouveau, le taux de remboursement passe de 70 à 60%.

Au final, chez le généraliste, il vous restera 3 euros à payer, au lieu du forfait de 1 euro si vous êtes dans le parcours de soin. Pour un spécialiste conventionné, la facture peut aller de 5 euros et demi à 10 euros et demi. Enfin, chez un spécialiste non conventionné, à honoraires libres, la Sécu vous rembourse 3 euros 30 de moins hors parcours de soin. Résultat : une consultation à 50 euros vous coûtera environ 30 euros.

Rédigé le Jeudi 5 Janvier 2006