L'actualité d'Alain Fouché, Sénateur de la Vienne

Mon cri d'alarme sur le malaise des élus locaux !

Mercredi 21 Novembre 2018

L'intégralité de mon intervention en Séance publique au Sénat le 20 Novembre 2018. i[

Monsieur le Président,
Monsieur le Ministre,
Mes Chers Collègues,

Ce matin s’ouvre le Congrès annuel des Maires de France, je veux me faire, devant notre assemblée, le porte-parole de ces élus de proximité, qui connaissent un profond malaise.

En témoigne, le nombre de maires ayant quitté leur fonction depuis 2014 en hausse de 55 % par rapport à la précédente mandature et le dernier sondage CEVIPOF : 50% des maires ne souhaitent pas prolonger leur mandat en 2020.

Alors même que 68% des Français leur font confiance, ils sont usés :

- Usés par le manque de considération du pouvoir, par une recentralisation rampante, par une métropolisation devenue indécente, par les fractures territoriales croissantes….

- Usés par des moyens qui diminuent alors que les charges augmentent. La baisse des dotations intervenues dans de nombreuses communes entraine des difficultés financières sans précédent, elles n’ont plus de visibilités sur l’avenir et leur indépendance financière est remise en cause….elles sont à l’os !

- Usés par les contraintes administratives et la verticalité des décisions. Les Maires doivent souvent faire eux même la mission d’un agent municipal faute de moyen pour recruter.

- Usés par la pression qu’ils subissent de l’Etat et les faibles revenus qu’ils perçoivent (1 élu sur 2 bénéficie d’une indemnité mensuelle inférieure à 360 euros). La dernière décision du gouvernement de modifier leur fiscalité va entrainer une augmentation conséquente de l’impôt sur le revenu.

Les maires assument une tâche difficile et indispensable à la vie de nos territoires. Concilier ce mandat avec l'exercice d'une activité professionnelle est difficile.

Faire naitre, enfin, un véritable statut de l’Elu, c’est votre engagement Monsieur le Ministre. Je veux, ici, vous dire que le Sénat par la voix de Gérard Larcher et des Sénateurs a soumis des propositions en octobre dernier. Je crois savoir que certaines d’entre elles seraient reprises.

Je veux lancer un cri d’alarme : être Maire c’est un don de soi, c’est vouloir le meilleur pour son territoire : beaucoup ne peuvent plus l’assumer.

Monsieur le Ministre, vous ne pouvez qu’être conscient de cette situation tant elle est perceptible dans tout le Pays.

Quelles mesures entendez-vous prendre pour résoudre cette crise, pouvez-vous nous dressez les grandes lignes de ce statut de l’élu.

De grâce, rassurez-nous !







Alain FOUCHE