l'information circule dans l'entreprise, je l'ai souvent croisée devant la ... machine à café

Translation

Powered by Google


Aujourd'hui, c'est de notoriété (cf le billet daté du 16.01.2006 "Google et l'information professionnelle") : les entreprises utilisent de plus en plus les moteurs de recherche - et Google en particulier - pour repérer des contenus presse.

On peut penser que dans ce contexte les acteurs classiques de "l'information professionnelle" ne resteront pas sans réagir. D'ailleurs, la réaction s'organise déjà :
  1. d'un point de vue légal, du côté des éditeurs qui intentent des actions en justice à l'égard du moteur de recherche au motif que ce dernier permet à tout internaute d'accéder gratuitement à un contenu commercialisé par ailleurs par ces mêmes éditeurs et leurs intermédiaires
  2. d'un point de vue marketing, avec le développement de plates-formes d'agrégation de fils d'information, de dépêches et plus largement de contenus presse, voire de rumeurs.
Premier élément d'appréciation : jusqu'à récemment l'information produite par les éditeurs était diffusée sur le marché par l'intermédiaire de services d'agrégation. Les principaux étant proposés par les sociétés Lexis Nexis, Thomson Business Intelligence et Factiva.
Arrêtons nous quelques instants sur cette dernière (filiale de Reuters et Dow Jones) dont le positionnement est on ne peut plus clair : réorienter les recherches en environnement professionnel effectuées par les "iWorkers" vers des solutions professionnelles qui garantiront un accès à une information non accessible depuis des sites internet gratuits.

Dans ce contexte, Factiva développe via un livre blanc ("The Hidden Costs of Information Work" - avril 2005) un argumentaire déjà servi par d'autres acteurs de l'information professionnelle (c'est de bonne guerre) sur les coûts cachés en matière de recherche et de gestion de l'information suivant le principe que mieux vaut souscrire à un service d'agrégation qui remonte des informations validées que de rechercher sur le "web ouvert" (nonobstant gratuit) des informations que l'on ne trouve pas et qui engendrent des coûts (temps homme) non négligeables.

La solution proposée par l'agrégateur a pour dénomination : Factiva Search 2.0. L'interface de recherche est proche de celle que propose les principaux moteurs de recherche et la partie résultat est agrémentée de filtres qui permettent d'organiser plus efficacement l'information remontée par catégorisation de celles-ci, le tout dans un contexte de navigation simple. Cette interface balaie un fonds constitué de près de 9.000 sources de presse et plus de 3.500 sites d'actualité en ligne. Des alertes sont paramétrables par ailleurs.

Précision : ce type de service - qui à l'origine s'adresse à des veilleurs et documentalistes en entreprise - est proposé aujourd'hui dans un contexte d'ouverture de la cible à des non-professionnels de l'information avec l'idée que ces personnes retrouveront une interface déjà connue (celle des principaux moteurs de recherche). Attention cependant le droit d'accès indique clairement que ce service s'adresse aux entreprises (compter plus de 2.800 euros par mois pour 15 utilisateurs). A ce prix là, pas sûr que l'argument des coûts cachés en "open web" soit suffisant pour recruter de nouveaux clients. La plate-forme est proposée depuis janvier en version bêta. A suivre ...


Deuxième élément pour étayer la réflexion : on peut penser que la réaction ne relève pas que du seul fait des intermédiaires et diffuseurs d'information professionnelle, mais aussi des éditeurs eux-mêmes. Force est de constater que ces derniers - les gros éditeurs tout du moins qui fondent leur notoriété sur des titres de presse reconnus dans leur domaine - sont engagés dans une tendance qui consiste à reprendre la maîtrise de la relation directe avec le client final (l'entreprise).


Assiste t-on sur le marché de l'information professionnelle à un match tripartite avec d'un côté les moteurs de recherche, de l'autre les éditeurs de contenus et les diffuseurs ou agrégateurs qui eux-mêmes jouent leur match ?


On peut aussi se demander si au final, Google n'est pas l'arbitre - pas franchement neutre - qui organise la confrontation et le marché au demeurant ?

Pour télécharger le livre blanc "The Hidden Costs of Information Work"

Rédigé par lamachineacafe le 01/03/2006 à 07:50 | Commentaires (0) | Permalien

Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Google Furl Y! Technorati Viadeo Pinterest
Syndication
RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile

Add to Netvibes

Abonnement Bloglines

Add to Google

/a_la_une

Subscribe in NewsGator Online



Vous n'utilisez pas d'agrégateur de flux RSS Vous pouvez recevoir - dès parution - les billets de ce weblog sur votre outil de messagerie en vous inscrivant ci-dessous


entrez votre adresse e-mail :