Mauritanie : l’opposition prête à participer aux prochaines élections


Nouakchott - Saharamédias
Samedi 7 Avril 2018



Mauritanie : l’opposition prête à participer aux prochaines élections
Le plus grand rassemblement de l’opposition en Mauritanie a exprimé son intention de  participer aux élections législatives et municipales prévues à la fin de cette année, malgré des craintes formulées en ce qui concerne les critères de transparence et d’honnêteté.

Lors d’une conférence de presse tenue vendredi, le président de l’union des forces de progrès et président en exercice du forum national pour la démocratie et l’unité, Mohamed O. Maouloud a révélé que le groupe des 8 a décidé de prendre part aux prochaines élections.
 
 Le groupe des « 8 » compte outre le FNDU, le rassemblement des forces démocratiques, le front des forces de progrès, Tewassoul, mouvement IRA, parti Sawab, le parti de la nation, le parti INAD et le mouvement « impossible de changer la constitution. »
 
Ce groupe s’était constitué à la veille du referendum populaire organisé par le gouvernement pour modifier la constitution au mois d’août de l’année dernière, un referendum boycotté par l’opposition qui l’avait qualifié de « théâtre ».

O. Maouloud qui a demandé à ce que l’opération de vote soit consensuelle de bout en bout, a mis en garde contre l’accaparement du processus électoral ajoutant que l’opposition est d’abord un partenaire.

Il a ajouté que la véritable garantie de l’honnêteté des élections restait le partenariat et l’honnêteté et que tout autre comportement serait un hold-up et un coup d’état.

O. Maouloud s’est refusé à répondre à la question qui faisait état de rencontres sécrètes entre certains responsables de l’opposition et le pouvoir en place, ajoutant qu’il voulait s’abstenir d’y répondre dès l’instant où elles ont sécrètes.

Le président de l’UFP et président en exercice du FNDU a vertement critiqué la campagne d’adhésion lancée par l’union pour la république au pouvoir qui serait « un exercice pour une campagne de falsification en gestation qui doit être arrêtée ».

O. Maouloud a évoqué le recours du parti au pouvoir à la corruption, aux deniers publics et les moyens de l’état, réaffirmant l’existence d’opérations frauduleuses des pièces d’identité.

Plusieurs partis de l’opposition mauritanienne avaient boycotté les élections législatives et municipales organisées en 2013 de même que les présidentielles en 2014 en l’absence de garanties de transparence et d’honnêteté de ces élections, selon eux.
 
 
 
 
 














GABONEWS APAnews