Soyez ravis par vos enfants!

Contraception : votre choix !

La contraception... tout le monde sait ce que c’est. Et des millions de femmes y ont recours afin de choisir leur temps pour concevoir un enfant. Si vous parlez contraception, on va généralement vous répondre « pilule », éventuellement « stérilet » ou « préservatif »… Oui, mais qu’en est-il des couples qui désireraient avoir recours à une méthode de contraception plus naturelle, plus respectueuse du corps et des cycles féminins, ou moins nocive ? L’information est souvent difficile à trouver, ou partiale, ou incomplète. Nous vous livrons ici quelques pistes à suivre, quelques renseignements utiles, pour vous aider à vous y retrouver dans les différentes possibilités qui s’offrent à vous et trouver, peut-être, la méthode qui vous convient le mieux…


Les méthodes artificielles

Contraception : votre choix !
Les méthodes de contraception classiques et les plus répandues sont, d’un point de vue purement technique, très efficaces. La fiabilité de la pilule ou du stérilet n’est plus à démontrer, et ces méthodes ont amélioré la qualité de vie de millions de femmes, et leur conviennent.

Il ne faut toutefois pas perdre de vue que les méthodes « artificielles » sont des méthodes qui perturbent d'une façon ou d'une autre le déroulement naturel du cycle de la fécondité : modification des taux d'hormones dans le sang pour empêcher l'ovulation, empêchement de la nidation de l’œuf fécondé dans l’utérus... Généralement, ces méthodes nécessitent soit une médication (pilule, piqûre d'une substance anti-conceptionnelle, pilule abortive du lendemain), soit l'implantation d'un dispositif intra-utérin (stérilet, implant, ...).

Nous ne nous étendrons pas sur la nocivité maintenant démontrée, quoique généralement ignorée, de la pilule sur le système cardio-vasculaire, et ce d’autant plus qu’elle est associée à d’autres facteurs de risque (tabagisme), ni sur son action hormonale qui tendrait à favoriser l’apparition des cancers du sein (lire à ce propos le très intéressant livre du professeur Henri Joyeux, cancérologue et chef du service de chirurgie digestive au Centre de recherche sur le cancer Val d’Aurelle à Montpellier, « Femmes, si vous saviez… Hormones – ménopause – ostéoporose », Editions F-X de Guibert)
Il s’agit là d’un choix personnel, et il incombe à chacune de peser le rapport bénéfice-risque de ses choix en matière de santé.

En résumé, les méthodes artificielles sont contraceptives ("contre la conception"). Elles agissent non seulement au niveau physique mais aussi psychologique et mental de la femme. Avec la pilule, par exemple, la femme n'a plus de variation hormonale dans le sang. D’un point de vue hormonal elle n'a plus de cycle. Sa féminité, ou tout au moins l’idée qu’elle s’en fait peut s'en trouver diminuée. C’est une dimension que l’on tend généralement à occulter, mais qui peut avoir des répercussions importantes sur le vécu de la femme.

L’usage du préservatif, du diaphragme, de l’éponge vaginale ou de la cape cervicale, quant à eux, s’ils sont assez fiables, peuvent parfois déranger ou perturber la sexualité du couple par le côté « corps étranger » qu’ils représentent, et par l’attention qu’ils demandent à un moment où on préférerait peut-être se laisser aller…

Une autre méthode peut consister en l’emploi de contraceptifs locaux (gel ou ovules spermicides). Mais cela nécessite bien sûr encore une fois une « planification » des rapports sexuels qui peut être néfaste à la spontanéité, en ce sens que leur application doit généralement avoir lieux un certain temps (jusqu’à 1 heure) avant le rapport.
Ces produits contraceptifs peuvent être chimiques, mais il est également possible de faire confectionner par son pharmacien des ovules aux huiles essentielles, qui ont l’avantage d’être naturels et non-irritants, mais le désavantage d’être assez chers…
Pour les couples qui seraient tentés, nous vous livrons ici une « recette » d’ovules aux huiles essentielles :

Ovules spermicides :

"Il s'agit d'ovules gynécologiques à base d'huiles aromatiques à
prendre 1 heure au moins avant les rapports.
La formule est tirée d'un ouvrage intitulé : Traité de Phytothérapie
et d'aromathérapie, Tome 3 (Gynécologie) des Dr Girault et Belaiche,
Éditions Maloine.
Ces ovules sont à faire préparer en pharmacie mais il est bon de
s'enquérir si la pharmacie choisie se fournit en huiles essentielles
de qualité correcte.

Voici la formule :

Huile Essentielle d'origan d'Espagne + HE lavande + HE romarin :
deux
à trois gouttes de chaque

Teinture mère saponaire + TM ananas comosus à 0,05 g pour chacune

Excipient non gélatineux.

En cas de rapports itératifs, il est déconseillé de replacer une
nouvelle ovule. D'autre part, il est déconseillé de prendre une
douche vaginale après les rapports - ce qui détruirait l'action des
huiles essentielles.
Nota : Ces ovules ne sont pas allergisantes et présentent l'avantage
d'être antiseptiques sans pour autant détruire la flore vaginale."

Les méthodes naturelles :

Une méthode naturelle est une méthode basée sur l’observation et la connaissance de son corps. L’idée est qu’une femme est capable de gérer sa fécondité en observant les signes que son corps lui transmet, et lui permettent de savoir où elle en est dans son cycle menstruel.
Ce type de méthode demande à la femme d’apprendre à se connaître et à s’écouter, ce qui suppose une implication plus grande du couple dans la gestion de sa fécondité et peut sembler rébarbatif pour certains ; mais cela représente aussi un énorme bénéfice pour l’équilibre de la personne, car le bien-être passe par l’écoute et la connaissance de soi, et ce dans tous les domaines de la santé physique et psychologique. Il s’agit là plus d’un choix de vie que du simple choix d’une technique de régulation des naissances.

Les principales méthodes naturelles sont :

La méthode Ogino.
Ou méthode « du calendrier », du nom du docteur japonais qui le premier a constaté, dans les années 1930, que les règles se produisent environ deux semaines après l'ovulation. Imprécise et ne tenant pas compte des cycles irréguliers, cette méthode est très approximative et de moins en moins utilisée. Malheureusement, elle est encore la référence la plus citée en matière de méthodes naturelles, ce qui discrédite beaucoup ces dernières.

La méthode des températures.
Egalement peu fiable, elle ne renseigne la femme sur sa période féconde qu'à postériori, après l'ovulation détectée par la montée de la température du corps. Elle n’est donc pas à même de renseigner la femme sur sa période pré-ovulatoire, et nécessite de longues périodes d’abstinence. De plus, l’allaitement ou la pré-ménopause faussent les données en matière de température. Par ailleurs, des dosages hormonaux ont montré qu’un décalage de plusieurs jours pouvait parfois être constaté entre le jour d'ovulation et la montée de la température basale du corps, ce qui tend à démontrer que la température n’est pas le signe le plus fiable à corréler avec l’ovulation.

La méthode sympto-thermique
Aussi appellée Méthode d'Auto Observation (M.A.O.) qui utilise plusieurs signes (glaire cervicale, température, toucher du col, douleurs, ...) pour établir la période féconde. Cette méthodes a l’avantage de permettre à la femme de bien connaître ses cycles et son corps, et de gérer au plus près ses périodes fécondes. Il est à noter que, selon certains, le fait de prendre « trop » de signes en compte pourrait en perturber l’interprétation et rendre la méthode moins précise. Ce point est controversé.
Pour en savoir plus sur la M.A.O. :
http://www.servicevie.com/02Sante/Sante_ados/Ados151199/ados151199.html

La méthode d'Ovulation Billings
Qui utilise le signe de la glaire cervicale (substance visqueuse sortant du vagin), et uniquement celui-ci, pour permettre à tout moment à la femme de savoir si elle est en période féconde ou non. En périodes pré- et post-ovulatoires, la sensation de sécheresse ressentie à la vulve lui indique qu'elle est inféconde. Le premier changement dans la sensation lui indique qu'elle entre dans sa période féconde.
Pour en savoir plus sur la glaire cervicale et son observation :
http://www.servicevie.com/02Sante/Sante_ados/Ados291199/ados291199.html
http://billings.free.fr/
http://www.woomb.org/bom/bomindex_fr.shtml

Le microscope de fertilité
Il s’agit d’un tout petit microscope (pas plus grand qu’un tube de rouge à lèvres) permettant de visualiser d’un coup d’œil, à l’aide d’une goutte de salive ou de glaire cervicale, à quel moment du cycle on se trouve. Il est basé sur le phénomène hormonal naturel et mesurable. Pour permettre à l’ovule d’être libéré par l’ovaire, le taux d’oestrogènes dans le corps de la femme s’élève progressivement jusqu’à l’ovulation. Ces oestrogènes créent de la « saline » ou sel dans votre salive et dans le mucus du col de votre utérus. Ce sont ces cristaux de sel que vous observez à l’aide du microscope de fertilité, et qui vous renseignent, selon leur aspect, sur l’état de votre fécondité.
Pour en savoir plus :
http://www.lunafertility.com/fr_howit.html

Le « sex-yoga » ou gymnastique de l’utérus
Cette méthode est basée sur des exercices simples et rythmiques dont le principe de base est de faire affluer le sang vers l’utérus et d’oxygéner efficacement la zone du petit bassin, afin d’en éliminer les toxines. Son utilisation permet de régulariser ses cycles menstruels, de se débarrasser des problèmes et des malaises qui y sont parfois liés. Mais au-delà de cet effet bénéfique, une fois qu’elle est bien connue et maîtrisée, cette méthode permet, par quelques exercices simples en fin de cycle, d’empêcher la nidation éventuelle d’un œuf fécondé. Bien sûr, il s’agit là non pas de prévenir la fécondation, mais bien d’empêcher la nidation d’un œuf, ce qui conviendra à certaines femmes, mais en rebutera d’autres d’un point de vue purement psychologique.
Pour en savoir plus :
http://www.alternativesante.com/gazette/sections/section.asp?NoSection=32
http://www.servicevie.com/02Sante/Sante_femmes/Femmes12032001/femmes12032001.html

Conclusion

Voilà, nous avons fait un rapide tour de la question, afin de vous donner une vue d’ensemble des méthodes et possibilités qui existent. A vous maintenant de choisir ce qui vous convient le mieux, d’essayer, d’expérimenter, de sentir, d’apprendre à vous connaître… afin de trouver ce qui vous équilibrera le plus sur le plan physique et psychologique.
Pour un condensé exhaustif du tour d’horizon que nous venons de faire, vous pouvez consulter le site suivant : http://www.uottawa.ca/sante/contracepfra.html
Bien entendu, si vous avez d’autres questions, si vous avez besoin de précisions ou d’explications, si vous avez des témoignages à faire, si vous désirez en savoir plus, n’hésitez pas à nous contacter sur le forum, et nous nous ferons un plaisir de compléter notre information ou d’écouter vos avis.

Rédigé par Françoise Jeurissen le Jeudi 13 Juin 2002 à 00:00 | Lu 20311 fois